Irak: le peuple prêt à manifester indéfiniment

afp-130103-md9c5-irak-manifestation-sn1250Après trois semaines de trêve, les Irakiens reprennent la mobilisation notamment dans le sud du pays pour l’emploi, pour une vie meilleure et contre la corruption du gouvernement. Le pays connaît actuellement un taux record de chômage à 25 %, l’économie est à bout de souffle, marquée notamment par la lutte contre Daesh avec tout de même un État qui fait part de la disparition de 410 milliards d’euros de fonds publics en seize ans. Tous les déçus du gouvernement défilent par milliers dans les rues : diplômés, chômeurs, détracteurs de la corruption, ouvriers, travailleurs…

Article publié dans l’Egalité 198

A.E.S.H. : salariés de l’Education maltraités

indexLes rentrées scolaires ont toujours été catastrophiques pour les AESH (accompagnants d’élèves en situation de handicap) mais cette rentrée 2019 est encore pire : des milliers n’ont pas été payés fin septembre ou n’ont pas reçu de contrat. Nombreux sont celles et ceux qui n’ont ni l’un ni l’autre. Début ou mi-octobre une avance de 90 % de salaire a été versée, mais pas pour tous.

Cette situation inacceptable est en grande partie due à la destruction du service public de l’Éducation car les services des rectorats qui gèrent les AESH sont débordés faute de salariés et une forte décentralisation a été mise en place. Mais cela n’est pas resté sans réponse. Dans de nombreuses académies la résistance s’est organisée, souvent initiée par la CGT Educ’action. Comme à Rouen où un rassemblement le 9 octobre a eu lieu ainsi qu’une AG le 21/10 lors d’une formation imposée par le Rectorat pendant les vacances.

Dans l’académie de Rouen et ailleurs, des collectifs des AESH se sont créés pour organiser ces salarié(e)s précaires de l’Éducation afin d’exiger des véritables droits de travail et des vrais salaires.

Grande-Bretagne : après les élections, préparer la lutte contre les conservateurs

socialistpartyLes conservateurs ont remporté une majorité parlementaire importante aux élections législatives en Grande-Bretagne. Dans son discours de victoire, le chef du Parti conservateur, Boris Johnson, a dit qu’il était un « conservateur d’une seule nation » et a promis une augmentation des dépenses pour le système de santé public, le NHS (National Health Service). C’est un mensonge. Lorsque Maggie Thatcher a gagné en 1979, elle a cité François d’Assise, promettant d’apporter l’harmonie et l’espoir à la Grande-Bretagne.

Le monde en révolte

20191027095821985

Le 27 octobre 2019, place Tahrir à Badgad

Le monde est balayé par de grandes luttes. C’est le reflet de la grande instabilité dans laquelle est plongé le capitalisme après douze ans de crise – mais aussi du ras-le-bol de la classe ouvrière et des populations pauvres partout de continuer à vivre dans la galère et la précarité alors que les plus riches amassent des fortunes obscènes sur le dos des travailleurs et de notre planète.

En Amérique latine, il y a plus en plus de pays où il y a des mouvements de masse : Argentine, Puerto Rico, Chili, où le mouvement de masse a obtenu des premières victoires. On a pu y voir ravivées les traditions révolutionnaires de la classe ouvrière chilienne. Des comités de quartier, les cabildos, existent et peuvent jouer un grand rôle, en se renforçant en particulier dans les lieux de travail, en discutant des revendications, en élisant des représentants qui puissent se coordonner pour étendre la lutte, dégager Piñera et constituer les bases d’une assemblée constituante révolutionnaire.

Décembre 2019- Janvier 2020, de toute façon après le 17 on continue!

000_1mt91a-4554315En moins deux semaines, depuis le 5, des milliers de travailleurs et travailleuses de nombreux secteurs ont développé, par la grève et les actions, la lutte contre la casse des retraites. C’est une grève militante, où la popularisation et l’extension du mouvement est une activité impliquant dans chaque ville des centaines de personnes.
Tout le monde comprend désormais que seule une grève de masse est capable de faire reculer Philippe et Macron. Le 17 est une nouvelle démonstration de force alors que le gouvernement joue la montre, espérant l’essoufflement mais se montre de plus en plus fragile. La fin d’année n’est pas nécessairement un « quitte-ou-double », bien au contraire car ce sont des couches de plus en plus larges de travailleuses et travailleurs qui se posent la question d’entrer en action. Chaque date centrale a accru la confiance dans la grève.

17 décembre, toutes et tous en grève, dégageons Macron et toute sa politique !

79784091_2440511456277585_7881764540101165056_nNous ne nous laisserons pas faire et Macron n’a encore rien vu ! La grève initiée le 5 décembre contre la casse des retraites continue à rassembler les masses dans cette deuxième semaine de protestation et de colère. Le cœur de l’attaque est toujours intact, c’est la casse des retraites et pas que des régimes « spéciaux ». Les retraites c’est la seule chose qui donnait son sens dans le système français, et aujourd’hui on tente de nous le prendre aussi. Leur nouveau système veut accroître les inégalités.