État espagnol : Annonce d’élections anticipées

640x410_moins-200000-personnes-selon-police-manifeste-samedi-16-fevrier-2019-barcelone-contre-proces-dirigeants-independantistesC’en est fini du mandat de Pedro Sanchez. Un gouvernement formé il y a huit mois après la motion de censure contre Rajoy a été renversé par le rejet des propositions budgétaires au Parlement. Mais au-delà de l’arithmétique parlementaire, ce que ces élections anticipées montrent, c’est l’instabilité totale et le discrédit qui corrodent le régime de 1978 établi après la fin de la dictature de Franco. Ses expressions les plus visibles sont le mouvement de masse pour l’autodétermination et l’instauration de la république en Catalogne, la progression de l’extrême droite – stimulée par la montée du nationalisme espagnol et la crise du PP – et une mobilisation sociale qui puise ses racines dans l’appauvrissement de la population et les inégalités croissantes. Cette mobilisation sociale ne connait pas de répit malgré toutes les tentatives faites par des dirigeants syndicaux, la social-démocratie et Podemos pour la désactiver.

Déclaration du Bureau exécutif d’Izquierda Revolucionaria (section espagnole du Comité pour une Internationale Ouvrière)

Témoignage : les gilets jaunes prennent la parole

supp_acquisP. H. a 79 ans. Il nous a demandé lors de la manifestation Gilets jaunes de samedi matin 16 février 2019 à Rouen si nous pouvions publier son texte écrit à la main en deux exemplaires. La détermination est nette chez cet homme. Son texte montre bien d’où vient la colère parmi de nombreux retraités.
« Les revenus de nos représentants s’élèvent pour le Premier ministre et le président de la république à 12 700€ net (source Sud Ouest) et pour un député à 5362,32€ net par mois.

Ces mêmes représentants jugent :

1- que les retraités ayant une retraité de 1250 € vivent dans l’opulence !!!

2- qu’il n’est pas nécessaire d’augmenter les retraités par le suivi de l’indice INSEE et de plus qu’il faut réduire le revenu par la CSG.

Venezuela : Pour une mobilisation massive des travailleurs pour construire un vrai socialisme et mettre fin à la bureaucratie corrompue !

VenezuelaLe nouveau leader de la droite et de l’extrême droite vénézuélienne, Juan Guaidó (récemment élu président de l’Assemblée nationale contre-révolutionnaire) s’est proclamé président. Il a appelé ses partisans à descendre dans la rue pour renverser le gouvernement de Nicolás Maduro. Immédiatement, les gouvernements les plus réactionnaires d’Amérique latine et du monde entier, avec à leur tête Jair Bolsonaro d’extrême droite (Brésil) et Donald Trump (USA), ont reconnu Guaidó comme « seul président légitime » du Venezuela.

Déclaration du Comité exécutif d’Izquierda Revolucionaria (section du Comité pour une Internationale Ouvrière au Venezuela)

Combattre le racisme et l’antisémitisme !

Un Gilet Jaune lors de l’Acte 14 à Paris

Nous rejetons toute forme de racisme et dénonçons fermement les actes antisémites qui ont été menés sur une devanture de magasin et des peintures de Simone Veil. Des actes racistes sont perpétrés chaque année contre des musulmans, des maghrébins, des noirs, des juifs, des asiatiques ou les « migrants ». Et nous les combattons à chaque fois, quelle que soit la « communauté » visée. Ce qu’il manque, ce sont des mobilisations de masse organisées par les syndicats, partis, associations de lutte, contre le racisme et les discriminations.

Il y a trente ans, de telles mobilisations avaient lieu ainsi que des manifestations antiracistes pour dénoncer les meurtres racistes ou les profanations de tombes et refuser les lois racistes et xénophobes. Elles n’existent plus. Du coup, les gouvernements utilisent la faiblesse de la lutte antiraciste pour déverser leur propagande.

Le Socialist Party of Nigeria : une voix pour les opprimés

MANIF_SPNInitialement prévues le 16 février, les élections présidentielles et législatives auront finalement lieu le 23 février au Nigeria, après un report du scrutin à la dernière minute*. Pour la première fois, le Socialist Party of Nigeria va pouvoir offrir une alternative à tous les partis pro-capitalistes. Ces élections ont lieu dans un contexte où la politique du président Buhari et de son parti l’APC, au pouvoir depuis trois ans, n’a strictement rien changé aux conditions de vie de la majorité des Nigérians. De très nombreuses luttes ont lieu dans ce pays de forte tradition militante ouvrière et jeune : campagnes pour la renationalisation de l’électricité, contre les augmentations des prix de l’essence ou des frais de scolarité…

Le 8 janvier 2019, une grève générale a eu lieu pour exiger un nouveau salaire minimum. Notre organisation-sœur au Nigeria utilise cette campagne pour que le Socialist Party of Nigeria puisse être utilisé par les travailleurs comme un vote contre le capitalisme et tous les partis qui le servent.

En Algérie, les catastrophes naturelles empirées par le capitalisme

ob_906f13_incenL’année 2018 a été déclarée l’année la plus chaude jamais enregistrée. Cela cause des désastres comme de nombreux feux de forêts. Le capitalisme et sa loi du profit ne font qu’empirer partout le désastre. Pour sauver notre planète, il faut en finir avec ce système, mettre en place une gestion des ressources et des services publique et démocratique, et planifier la production : c’est ce que permettra une société socialiste et démocratique !

L’été dernier, comme celui d’avant, d’énormes feux touchaient la région de Kabylie en Algérie, sans aucune intervention de l’État, dans des zones proches de la mer où les feux sont, un peu, maîtrisables.