La révolte est en marche. Etendons la grève et la lutte partout! Macron dégage!

B9717633842Z.1_20181117162356_000+GF7CEM6R5.2-0«Macron dégage ! », « Macron démission », c’est la révolte de ceux qui en ont marre de subir le mépris et l’arrogance du président des riches. « Ceux qui ne sont rien », comme nous avait décrit Macron, sont non seulement en train de le défier, mais également de le faire plier. Nous sommes également devenus « tout ». Travailleurs peu payés, retraités ayant perdu des centaines d’euros depuis les mesures de Macron, intérimaires galérant de contrat en contrat, les gilets jaunes ont ouvert le chemin de la révolte : lycéens, étudiants, travailleurs, il faut que tout le monde entre dans la lutte et qu’on aille vers la grève générale.

Même études = même droits

off_manif_etudiants_lyon_7e-00_00_00_20-3995613Dans la continuité de la sélection à la fac mise en place par Parcoursup, le premier ministre Édouard Philippe a annoncé une augmentation des frais d’inscription pour les étudiants hors Union Européenne.

Un projet de loi injuste !

Avec ce projet de loi, le coût des études passerait de 170 € à 2770 € pour une année de licence, et de 243 € à 3770 € pour une année en Master ! Certains étudiants devraient payer 16 fois plus que d’autres pour faire la même chose ? Non, le gouvernement ne nous aura pas à son petit jeu. Nous refusons qu’une fac déjà bien trop élitiste se ferme encore plus aux étudiants, en les triant selon leurs moyens. En plus, cette mesure veut nous diviser entre étudiant-e-s selon la nationalité ? Il en est hors de question.

Les violences policières font rage

violences-policieres-manifs-lyceennesDu côté des manifestants, la volonté a toujours été d’éviter au maximum les affrontements. Macron n’a donné qu’un mot d’ordre aux forces de l’ordre : fracasser le plus grand nombre de manifestants, bien qu’ils soient pacifiques, pour instaurer la tension et la peur.

À Mantes-La-Jolie, plus de 150 lycéens ont du, sous l’autorité des CRS, s’agenouiller pendant 4 heures, menottés pour certains, avec les mains derrière la nuque. La scène donne des frissons dans le dos, traumatise. À Rouen, le 8 décembre au matin, environs 600 manifestants ont tentés de protester, contre les agissements du gouvernement. La répression n’a pas été médiatisée, cependant, il y eu des nassages, tabassages, des gazages, des tirs «direct» de flashball.

On compte des centaines de blessés en France, certains très gravement, dont de nombreux lycéens. Le mouvement ne doit pas s’épuiser, ne pas être victime de la peur et de la répression. Le peuple doit continuer d’exercer son droit de manifester, les jeunes doivent être soutenus par les syndicats.

Arthur Dolbec

Macron recule (un peu), faisons-le tomber, lui et sa politique

Alors qu’au lendemain du 17 novembre Macron et son ministre Philippe passaient leur temps à dire « nous maintenons le cap », il aura quand même reculé. Certes pas beaucoup. Sur certaines taxes sur le pétrole et un bonus pour le SMIC, mais en gros financé par l’argent public, donc par nous-mêmes ! À aucun moment, ce ne sont les riches qui sont mis à contribution, alors que cette demande est au cœur du mouvement des gilets jaunes.

Le mouvement, parti de travailleurs qui ont peu participé aux récentes luttes, est venu contester l’ensemble des injustices de cette société. Les bas salaires, les retraites trop faibles, les jeunes qui ne trouvent que de l’intérim et des contrats précaires… mais aussi le sentiment que tout est décidé par une poignée de larbins des riches, sans jamais écouter la population, et avec un seul critère : quelle rentabilité pour les plus riches, comment faire les poches des travailleurs et des retraités. Car la suppression de cotisations sociales (faussement appelées « charges »), la destruction de services publics et de milliers d’emplois dans ceux-ci, c’est autant de parties de notre salaire collectif qui nous sont volées.

Gilets jaunes, jeunes, travailleurs, tou-te-s ensemble pour que #MacronDégage

gilets_jaunes_peage_mai_68Gilets jaunes, lycéens, étudiants… de plus en plus de monde entre dans le combat contre Macron. Ils ont cru que leur mépris et leur répression violente pourraient nous arrêter. Mais maintenant ils ont commencé à reculer. Les travailleurs, les retraités, qui composent la majorité des gilets jaunes, doivent renforcer l’alliance avec les syndicalistes, les jeunes, pour non seulement stopper Macron, mais également le dégager !

La hausse du prix des carburants a servi de déclencheur pour le mouvement des Gilets Jaunes. Les grandes compagnies pétrolières polluent, augmentent leurs prix, et le gouvernement nous fait payer augmentant les taxes, et les impôts des riches ont été supprimés. Des grandes compagnies comme Total font des milliards de profits mais ne paient pas d’impôts.

Privatisations et écologie, une histoire impossible

p8 transportsDepuis des années en France, une politique de privatisation est en place. Les autoroutes ont été vendues à Vinci et autres. Il y a eu une ouverture à la concurrence des routes pour les bus, maintenant pour les trains. Les privatisations ne font qu’empirer la situation écologique.

En effet, donner aux entreprise privées le contrôle des services censés être publics, c’est leur donner le contrôle de l’impact écologique ! La France s’est engagée contre le réchauffement climatique. Or, nous sommes dans un système capitaliste : veulent-ils vraiment nous faire croire que dans ce système basé sur le profit, la situation va s’arranger si tout est privatisé ?