Grève à l’usine Raynal & Roquelaure (Vaucluse)

©PHOTOPQR/LE DAUPHINE/Chloé VINCENT ; 18/08/2016 CAMARET-SUR-AIGUES Plus d?une centaine d?ouvriers de Raynal et Roquelaure en grève (MaxPPP TagID: maxnewsworldfour091052.jpg) [Photo via MaxPPP]

Depuis jeudi 18 août, les personnels de l’usine Raynal & Roquelaure de Camaret-sur-Aigues dans le Vaucluse sont en grève pour réclamer des hausses de salaire, dans le cadre de leurs NAO (Négociations Annuelles Obligatoires). Mardi 22 août, 95% des travailleurs de l’usine soit près de 200 salariés suivaient le mouvement, avec une intersyndicale CGT-CFDT-FO.

Hautes- Alpes : No THT ! RTE dégage !

ManifnonTHT

Tels sont les slogans repris par les manifestants et notamment les militants du collectif no-THT 05 contre le projet de lignes à très haute tension (THT) qui doit traverser la vallée de la Haute Durance (Hautes Alpes).

La moitié de la nourriture produite aux USA jetée à la poubelle

Digital Camera

Digital Camera

De nouvelles données indiquent que la moitié des aliments produits aux États-Unis est tout simplement jetée. Cela ramène sur le devant de la scène le gaspillage intrinsèque au mode de production capitaliste. 60 millions de tonnes de produits alimentaires, d’une valeur de 160 milliards $, sont balancées aux ordures chaque année. Il s’agit la principale catégorie de déchets envoyés aux sites d’enfouissement et incinérateurs des États-Unis. Par Iain Dalton, Socialist Party (section du Comité pour une Internationale Ouvrière en ANgleterre et au Pays de Galles)

Des délégués quittent la Convention démocrate: pas de soutien pour Hillary !

Protestations à Philadelphie. « Il nous faut un parti des 99% – Il nous faut une révolution politique contre la classe des milliardaires ». Banderoles de Socialist Alternative.

Protestations à Philadelphie. « Il nous faut un parti des 99% – Il nous faut une révolution politique contre la classe des milliardaires ». Banderoles de Socialist Alternative.

Le 26 juillet, à Philadelphie, de nombreux délégués ont quitté ensemble la Convention nationale du Parti démocrate après qu’Hillary Clinton ait été officiellement nominée candidate démocrate aux élections présidentielles. Bernie Sanders avait mené une campagne de gauche au cours des primaires mais, dorénavant, il fait tout pour enrayer la colère contre l’establishment du parti. Il a décidé de soutenir la candidate de Wall Street et a promis de mener campagne en sa faveur. Un grand nombre de délégués élus durant ces primaires sur base du programme de la «révolution politique contre les milliardaires», selon le slogan de Sanders, pensent différemment. Ils ne sont pas prêts à jeter leurs idées politiques par-dessus bord. Leur départ collectif de la Convention démocrate a notamment été soutenu par Occupy Wall Street, la campagne «Bernie or Bust» (Bernie ou rien) et Movement4Bernie. Ci-dessous notre camarade Kshama Sawant (Socialist Alternative, organisation-soeur de la Gauche Révolutionnaire) explique pourquoi ce départ collectif était nécessaire. (Cet article est paru la veille sur le site counterpunch.com).

École d’été du CIO. Exemples historiques du potentiel de la lutte de masse

L’école d’été annuelle de notre in28479449536_3e27fc9e0e_zternationale, le Comité pour une Internationale Ouvrière, comprend à chacune de ses éditions un meeting central qui aide à souligner quelques lignes centrales dans la foule des thèmes abordés au cours de ces 6 jours de discussion. Cette année, beaucoup d’attention a été accordée à l’instabilité mondiale mais aussi à quelques événements historiques d’importances. Cette année est en effet le centenaire des «Pâques Sanglantes», le soulèvement de Dublin de 1916. Mais nous fêtons également les 80 ans des développements révolutionnaires survenus en Espagne mais aussi en France en 1936. Avec ce meeting, le CIO tenait à souligner l’importance pour les travailleurs de disposer d’une politique indépendante des partis bourgeois. Notre camarade Geert Cool nous livre un rapport de cette discussion.

Rio de Janeiro : sous les JO, la résistance !

bresiljoAu Brésil, et notamment dans sa « vitrine », Rio de Janeiro, la situation économique et sociale est loin d’être rose. Une fois encore, c’est à la lumière d’une compétition sportive internationale (les Jeux Olympiques) qu’on en entend (vaguement) parler. L’injustice et la misère poussent les travailleurs sur place à se battre pour défendre leurs conditions de vie.

Article publié dans l’Egalité n°178 (juillet-août 2016)