Entrons en lutte pour notre avenir !

20077285Depuis mars, les mobilisations mondiales de la jeunesse ont lieu, mettant l’urgence climatique sur le devant de la scène. Notre avenir se joue pendant les cours mais aussi dans la rue, alors allons y porter nos revendications ! Des grèves mondiales pour le climat sont organisées les 20 et 27 septembre. A l’appel des syndicats, une manifestation aura lieu le 24 septembre contre la politique du gouvernement qui casse le peu de retraite qu’il nous reste. Il faut y aller tous ensemble, jeunes, travailleurs,… !

Luttons pour pour l’écologie, luttons contre le capitalisme

manif-climat-jeune-1-854x641Depuis le début de l’année, les mobilisations pour le climat se multiplient et se développent. Les marches et les grèves mondiales sont devenues régulières dans un contexte mondial explosif, où l’exploitation des travailleurs et de la nature est de plus en plus féroce. La lutte pour le climat a un énorme potentiel : les 15 et 16 mars, ainsi que le 24 mai, ont réuni des milliers de jeunes dans les rues des grandes villes du monde. En France, les syndicats de lutte ainsi que les Gilets Jaunes appellent maintenant à la mobilisation pour le climat. C’est dans cette direction qu’il faut aller !

Rentrée sous tension dans les lycées

UCH4D3BWL62UCHVC5XIPJOIADA

Grève à la rentrée au lycée Angela Davis de Saint Denis

Pas sûr que Blanquer ait pris la mesure de la colère contre ses réformes et face aux conséquences directes dans les lycées, malgré l’impossibilité de mener sereinement les examens et les corrections des bacs généraux, technologiques et professionnels en juin-juillet. L’application de la réforme, notamment la fin des filières remplacées par un tronc commun et des options, a impacté les conditions de travail des enseignants, permis des suppressions de postes et creusé encore les inégalités avec moins d’options pour les lycées populaires.

La vérité pour Adama enfin révélée!

6133074lpw-6133073-article-jpg_3880503Le 19 juillet 2016, Adama Traoré tente d’échapper à 3 gendarmes de Persan (Val d’Oise). Ils l’embarquent, le menottent et finissent par l’étouffer en l’écrasant de leur poids… tout cela parce qu’au contrôle d’identité, Adama n’avait pas ses papiers sur lui !

Pendant 3 ans, la famille Traoré s’est battue pour obtenir justice. Plusieurs membres de sa famille se sont retrouvés au poste suite aux manifs de soutien à leur frère. Après de multiples mensonges, répression de toute la justice, un expert a eu le courage de révéler la vérité sur sa mort par suffocation par les 3 gendarmes !
Cette lutte ne s’arrête pas à la famille Traoré. Face aux violences policières, au racisme, nous exigeons la vérité pour Adama et toutes les autres victimes de la répression.

Succès de la grève des agents des finances publiques

Greve DGFIP Yvetot 16092019Dans toutes les régions aujourd’hui, les agents des centres de finances publiques (impôts, trésoreries municipale, centre de paiement…) étaient appelés à la grève par l’intersyndicale CGT-FO-Solidaire-CFDT. Et ça a été un succès !
Face au plan du ministre Darmamin de supprimer au moins 4900 emplois (et potentiellement jusque 6500), la mobilisation a été importante : des centres reconduisent la grève demain mardi (Gironde, Finistère…), d’autres étaient totalement à l’arrêt aujourd’hui (7 centres sur 11 dans le 93, 15 dans le 92).

Depuis la création de la Direction générale des finances publiques (DGFIP) en 2008 par fusions de services, ce sont déjà près de 30 000 emplois qui ont été supprimés. Le nouveau plan de Darmamin prévoit de regrouper 37 % des sites, parfois à 35 ou 50 km de leur actuelle localisation.

Pour un syndicalisme de masse, de classe, de lutte et démocratique!

41467913_2111764402177560_2649116092798074880_nDes camarades salariés et militants syndicaux de la Gauche révolutionnaire se sont réunis samedi 22 juin afin de discuter de la situation de la classe ouvrière dans un contexte particulier : attaques sans précédents depuis plusieurs années de la part des capitalistes et de leurs gouvernements successifs, luttes nombreuses, dont celle des Gilets jaunes, mais qui, jusqu’à maintenant, ne permettent pas d’instaurer un rapport de force suffisant pour stopper le rouleau compresseur capitaliste. La discussion s’est orientée sur quel mouvement syndical la classe ouvrière a besoin. Si les organisations syndicales restent pour les principales d’entre elles, en particulier la CGT, des organisations de masse, la majorité des salarié-e-s se trouvent à l’extérieur de celles-ci.