France insoumise : vers une gauche de lutte contre Macron et le capitalisme

Le stand de la France insoumise à la manifestation du 12 septembre 2017 à Paris

Le stand de la France insoumise à la manifestation du 12 septembre 2017 à Paris

Les élections de 2017 passées, la France insoumise attire toujours, tendant à montrer qu’il ne s’agit pas que d’un simple « phénomène Mélenchon ». En fait, la situation politique et sociale pousse en faveur d’une gauche de combat.

Les derniers sondages donnent Macron en chute libre. Pour 39 % des sondés, personne n’incarne réellement l’opposition à celui-ci, mais pour 32 % c’est Mélenchon qui la représente le mieux, très loin devant le FN de Le Pen (14 %), les Républicains (9 %) ou le PS (3 %). Ce n’est qu’un sondage, mais il témoigne d’un potentiel qu’il faut renforcer.

L’appel de la FI à manifester le 23 septembre contre le « coup d’État social » de Macron dans la foulée des syndicats, les appels de Mélenchon à « la lutte, la lutte et encore la lutte », font écho à cela et esquissent une réponse. La situation peut être bouleversée.

Nouvelle grève des routiers dès le 25 septembre

im.php

Opération escargot

Le lendemain du 12 septembre, les fédérations transports FO et CGT appelaient les salariés du transport et activités annexes à se mettre en action contre les ordonnances à partir du lundi 25 septembre. Forte du mouvement que la CGT avait été seule à soutenir pour la reconnaissance du transport de matières dangereuses initié en mai dernier, qui avait fait trembler le patronat et le gouvernement et qui s’est jouée à une journée près pour que le pays bascule dans la pénurie aggravée de carburants, la fédération transports s’est donc mis aux avant postes cette fois-ci pour mobiliser contre la loi travail.

APL: Macron prend aux pauvres

im.phpLa baisse des APL (aides personnalisées au logement) de 5 € annoncée par Macron apportera quelques millions d’euros seulement au gouvernement et mettra énormément de foyers en difficulté, notamment les 800 000 étudiants qui en bénéficient aujourd’hui.
Il est à noter que les foyers qui pourraient toucher jusqu’à 15 € d’APL ne perçoivent pas cette aide, ce qui signifie que tous ceux qui la touchent pour moins de 20 € par mois la perdront. Cela représente jusqu’à 228 € par an. Le gouvernement nous sert donc des informations floues, nous ment en nous disant que ce ne serait «pas grand chose», pour faire passer cette nouvelle après la baisse de l’ISF, disant que la moyenne des loyers est en baisse. Certes, elle est en baisse, mais il ne s’agit que d’une moyenne : à Lyon par exemple, les loyers augmentent toujours. De plus, un bail en cours n’est pas concerné par les baisses de loyer. Il faut nous battre pour pouvoir tous se loger décemment et en finir avec ces inégalités aberrantes !

Quelle riposte face à Macron?

Muriel-PenicaudLe gouvernement tape tous azimuts pour servir les intérêts des capitalistes et des ultra-riches. Il y a en a pour tout le monde : salariés du privé ou du public, retraités, jeunes scolarisés, migrants et leurs soutiens… Bien sûr, il y a la nouvelle contre-réforme du droit du travail imposée par ordonnances. C’est un cataclysme social en perspective.

La loi travail 2 de Macron-Pénicaud va instaurer un permis de licencier, de précariser, de baisser les salaires et d’augmenter le temps de travail, de dégrader les conditions de travail sans contrainte pour le patronat. Les agents publics ne sont pas en reste avec les 120 000 suppressions de postes, le gel de la valeur du point d’indice. Des privatisations… ou « cessions d’actifs », comme ils disent, vont être annoncées prochainement. Des « réformes » dans l’enseignement sont à craindre. En parallèle, la hausse de la CSG et la baisse des APL vont toucher les plus modestes.

Santé: SMUR/SAMU de Rouen, non aux suppressions de postes!

photo-greve-samu-1068x668Début juillet, les 31 conducteurs ambulanciers du SMUR/SAMU (servicemobile urgence et réanimation) du CHU de Rouen ont appris que 6 nouveaux postes allaient être supprimés. Soit une équipe médicale en moins. Nouvel exemple de la casse des services publics, notamment dans la Santé. Cette suppression entraînerait une mise en danger des patients car les temps d’intervention seraient plus longs. En plus la direction voudrait transférer au privé certaines de leurs missions (transports pédiatriques par exemple).

Pour une révolte dans les facs… avant qu’elles ne craquent!

COUL_P8_AG_TOLBIACMacron multiplie les attaques contre les travailleurs, les chômeurs, les précaires : les jeunes sont frappés de plein fouet. Les étudiants sont de plus en plus en difficulté, selon l’Observatoire de la Vie Étudiante de 2016 qui montre que plus de la moitié doivent pratiquer une activité rémunérée ! Entre suppression de personnel, diminution des budgets de l’enseignement supérieur, classes surchargées et augmentation du coût de la vie, les politiques d’austérité des différents gouvernements n’ont fait que détériorer les conditions de vie et d’étude des étudiants.