Une éducation gratuite, de qualité pour tou-te-s. Non à la réforme du lycée, non à la sélection!

p8 LPL’éducation reproduit la culture dite légitime, celle cautionnée par les élites, les mêmes qui ont fait les grandes écoles. Ces élites sont eux-mêmes les purs produits d’une culture dominante : peu ou pas de filles et fils d’ouvrier, de chômeurs, de paysans à l’E.N.A ou Sciences Po…, ils n’ont pas les codes, ils n’ont pas l’argent ! Suivre des études coûte cher : se loger, se nourrir, payer un loyer, des frais d’universités, des stages à l’étranger.

Quant aux plus jeunes élèves, ils sont filtrés très tôt : terminés les suivis spécialisés accompagnés par des psychologues, des éducateurs et des maîtres spécialisés payés et formés par l’éducation nationale. Désormais les parents peuvent payer (ou pas !) des spécialistes faisant partie du secteur privé !

Article publié dans l’Egalité 193

Hongrie, manifestations contre Orban

Viktor Orban, le président populiste d’extrême droite de Hongrie, fait face à des manifestations massives depuis le mois de décembre, y compris avec de nombreux « gilets jaunes ». Le déclencheur de ces manifestations a été la nouvelle loi « travail » du gouvernement, une loi qualifiée à juste titre d’esclavagiste. Elle permet (entre autres) aux patrons d’exiger des travailleurs jusqu’à 400 heures supplémentaires par an, soit l’équivalent de deux mois de travail, payables trois ans plus tard !

Mais très rapidement, c’est toute la politique du gouvernement qui a été remise en cause avec ces manifs. Sans soutien massif pour sa politique raciste et antisociale, Orban s’est appuyé sur un régime très autoritaire, très antidémocratique et corrompu. Voilà quel est le vrai visage de l’extrême droite, derrière leur façade « anti-système », ce sont bel et bien de fervents soutiens du capitalisme, et ceux qu’ils servent, ce sont les grands patrons et les ultrariches! Une grève nationale est appelée pour le 19 janvier, liée avec des appels pour que « Orban dégage » : voilà la voie à suivre !

Par Cécile Rimboud

#Giletsjaunes #MacronDégage #Révolution; ce n’est que le début, révolte contre Macron!

B9717892626Z.1_20181210172333_000+GLBCJ962S.1-0Depuis le début de son mandat, Macron menait un rythme effréné de réformes et, malgré la colère croissante, ne rencontrait pas d’opposition suffisamment puissante pour le stopper. Entre sa politique de destruction des acquis sociaux, l’instabilité économique internationale, son équipe d’opportunistes qui s’effrite, les affaires comme celle de Benalla et l’arrivée sur la scène des gilets jaunes, il a vu sa cote de popularité chuter à 23%. Il annonce tenir son cap mais c’est en bien mauvaise posture qu’il commence l’année 2019.

Mamie Nova et Bonne Maman licencient !

thumbnail_p5 mamie nova 2La direction de Novandie (marques Nova et Bonne Maman), qui appartient au groupe Andros, a annoncé en 2017 un plan de suppression de 180 postes. Deux sites sont touchés en Normandie : Maromme avec 116 postes sur 191, et Savigné-L’Evèque avec 62 postes. La justification de la direction pour fermer deux lignes de production à Maromme est un grand classique : baisse de consommation, hausse du prix du lait… mais elle ne tient pas la route ! Le groupe Andros est en très bonne santé économique et les actionnaires ne sont pas en reste. En effet, la famille Gervoson et Chapoulart pointait en 2018 à la 77ème place des grosses fortunes françaises avec 1200 milliards € ! Les salariés refusent de voir leurs emplois sacrifiés pour que ces capitalistes s’engraissent encore plus. Le 20 septembre les salariés ont bloqué leur usine à Maromme. Le 10 janvier, un rassemblement de solidarité va avoir lieu à 9h devant le Tribunal de Rouen (la direction a assigné en justice le CHSCT car ils ont lancé une enquête sur la dégradation psychologique parmi les salariés !), les salariés attendent un grand rassemblement de soutien à leur lutte ce jeudi ! La pétition de soutien a déjà recueilli plus de 135 000 signatures : signez-la aussi sur www.change.org/p/sauvez-mamie-nova-à-maromme. La lutte continue, zéro licenciement !

Loi Elan: les démolisseurs de logements sociaux

36299Avec la nouvelle loi « Elan » de Macron, fonds d’investissement et fonds de pension vont pouvoir acheter en « nue propriété » des immeubles HLM entiers. L’hypocrisie est totale, car le gouvernement dit vouloir faciliter l’accession à la propriété des locataires HLM ! Que devient alors la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU), qui, depuis l’an 2000, imposait aux communes déficitaires en HLM d’atteindre un quota de 25 % de logements sociaux ? Les organismes de HLM vont pouvoir vendre partout !

Difficile de reconstituer ensuite une offre de HLM, mais facile de réaliser une forte plus-value immobilière dans des endroits comme Neuilly, Cannes, Paris, Lyon ! Et tant pis pour les personnes en mal de logements décents à un prix correct : étudiants, habitants de logements insalubres,… S.D.F. !

Par Christine B.

Les conséquences dramatiques des essais nucléaires en polynésie

P2 radiationsColonisée par les gouvernants français à la fin du XIXe siècle comme la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie est devenue une collectivité d’outre mer de la France. Elle est composée de 118 îles dont 76 habitées dans le Pacifique sud (Tahiti est la plus peuplée), et dotée d’une certaine autonomie avec sa propre assemblée et une présidence. Entre autonomistes et indépendantistes au pouvoir à tour de rôle, alternant affaires de corruption, prison et pouvoir, la situation est complexe dans ce pays où la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté, où les prix des denrées de base sont deux fois plus élevés qu’en France. La population (24 % de chômage) n’en peut plus et de nombreuses luttes sur les conditions de travail sur les docks notamment, sur les retraites, les hôpitaux… se déroulent sans qu’on en sache un mot.

Article publié dans l’Egalité 192