Bolivie : le président Morales démit par un coup d’Etat soutenu par les Etats-Unis

Manifestation des mineurs en soutien à Morales le 29 octobre

Manifestation des mineurs en soutien à Morales le 29 octobre

12 Novembre 2019, Niall Mulholland, Comité pour une International Ouvrière – Bolivie. Une tentative de la droite, soutenue par les États-Unis, pour renverser le gouvernement du Mouvement pour le socialisme (MAS) en Bolivie et le remplacer par un régime vicieux anti-ouvrier est en cours.

Evo Morales, premier président indigène d’Amérique du Sud, a démissionné le 11 novembre et s’est enfui au Mexique, où il a obtenu l’asile politique. Son départ a eu lieu après que le chef des forces armées du pays l’a exhorté à se retirer dans « l’intérêt de la paix et de la stabilité ». Dans une déclaration télévisée, Morales avait auparavant dénoncé le « coup » contre lui et son gouvernement du MAS.

Toutes et tous uni-e-s contre le racisme

p8 racismeLa colère monte de plus en plus contre toute la politique du gouvernement de Macron. Il essaie de nous diviser en utilisant le racisme, mais nous refusons de nous laisser avoir ! Le 19 octobre s’est tenu un rassemblement à Paris, avec plusieurs milliers de personnes présentes solidaires contre le racisme et le déferlement de haine envers les musulmans (ou ceux qui en ont l’air) qui, encore une fois, servent de boucs-émissaires et de moyen pour Macron d’essayer de masquer sa politique.

Article publié dans l’Egalité 198

1989: Chute du mur de Berlin, une révolution?

ob_c95eed_chute-du-mur-de-berlin-en-1989À la fin de la 2ème guerre mondiale, il y avait une ambiance nettement pro-socialiste dans la classe ouvrière en Allemagne. Il y avait un soutien massif pour l’idée de la socialisation des grandes industries et pour l’unité du mouvement ouvrier. Il y avait une dynamique dans de nombreuses villes et usines pour l’auto-organisation antifasciste et ils ont organisé des comités de masse pour la dénazification de l’État à partir des cellules de résistance contre le nazisme.

La guerre froide au cœur de l’Allemagne

Le Parti communiste d’Allemagne (KPD, refondé sous le nom de SED) n’était rien d’autre qu’un organe de la politique étrangère de Moscou. L’Allemagne de l’Est était entre les mains de l’administration militaire soviétique. Les comités antifascistes et les comités d’entreprises ont été dissous bureaucratiquement et le KPD exerçait un contrôle sur la vie politique et sur la population.

Économie mondiale, une nouvelle crise inévitable

indexMalgré les dividendes records, les capitalistes ont du mal à cacher leurs inquiétudes. Plus la fin d’année approche, plus les prévisions de croissance sont abaissées. Estimée à 3,2 % selon le FMI et inférieure à 3 % selon d’autres instituts, c’est le taux le plus faible depuis 2008. La production industrielle est la plus touchée avec par exemple une chute de 5 % en Allemagne entre mai 2018 et mai 2019 ou encore une industrie automobile chinoise qui ne tourne qu’à 50 % de son potentiel.

Les bulles spéculatives, elles, continuent de croître, et les niveaux de dettes énormes alimentent l’instabilité. En 10 ans (2008-2018), à l’échelle de la planète, l’endettement a augmenté de 25 % pour les ménages, 20 % pour les entreprises et 100 % pour les États. Cela fait qu’aujourd’hui, l’ensemble des dettes contractées dans le monde dépasse 243 milliers de milliards de dollars… soit plus de 3 fois le PIB mondial !

IBIS Batignolles, le bras de fer continue

IMG-20191101-WA0002La lutte continue mais doit faire face à une nouvelle attaque de la justice de classe remettant clairement en cause le droit de grève ! Une décision inacceptable empêche les grévistes de pouvoir faire du bruit devant l’hôtel sous prétexte d’une voie d’accès privée sous peine d’amende par personne et par infraction. Les grévistes ont donc opté pour une nouvelle stratégie en faisant des piquets volants devant les hôtels du groupe ACCOR et une campagne de boycott d’ACCOR a été lancé

Casse des retraites: le gouvernement change de tactique

img_0045-recad-640x360La casse de notre système de retraite actuel doit s’appliquer en 2025, donc pour la majorité des travailleurs à partir de la génération née en 1963 (qui aura 62 ans alors), pour les policiers qui partent en retraite à 57 ans (la génération 1968), ou les conducteurs de trains qui peuvent partir à 52 ans (la génération 1973). Le gouvernement gagne du temps en proposant d’étaler la mise en vigueur de son nouveau système jusqu’en 2035, et songe même à ne l’appliquer qu’aux nouveaux entrants sur le marché du travail en 2025 et au-delà, sans que les précédents n’y soient soumis.

Article publié dans l’Egalité 198