Quelle riposte face à Macron?

Muriel-PenicaudLe gouvernement tape tous azimuts pour servir les intérêts des capitalistes et des ultra-riches. Il y a en a pour tout le monde : salariés du privé ou du public, retraités, jeunes scolarisés, migrants et leurs soutiens… Bien sûr, il y a la nouvelle contre-réforme du droit du travail imposée par ordonnances. C’est un cataclysme social en perspective.

La loi travail 2 de Macron-Pénicaud va instaurer un permis de licencier, de précariser, de baisser les salaires et d’augmenter le temps de travail, de dégrader les conditions de travail sans contrainte pour le patronat. Les agents publics ne sont pas en reste avec les 120 000 suppressions de postes, le gel de la valeur du point d’indice. Des privatisations… ou « cessions d’actifs », comme ils disent, vont être annoncées prochainement. Des « réformes » dans l’enseignement sont à craindre. En parallèle, la hausse de la CSG et la baisse des APL vont toucher les plus modestes.

Santé: SMUR/SAMU de Rouen, non aux suppressions de postes!

photo-greve-samu-1068x668Début juillet, les 31 conducteurs ambulanciers du SMUR/SAMU (servicemobile urgence et réanimation) du CHU de Rouen ont appris que 6 nouveaux postes allaient être supprimés. Soit une équipe médicale en moins. Nouvel exemple de la casse des services publics, notamment dans la Santé. Cette suppression entraînerait une mise en danger des patients car les temps d’intervention seraient plus longs. En plus la direction voudrait transférer au privé certaines de leurs missions (transports pédiatriques par exemple).

Pour une révolte dans les facs… avant qu’elles ne craquent!

COUL_P8_AG_TOLBIACMacron multiplie les attaques contre les travailleurs, les chômeurs, les précaires : les jeunes sont frappés de plein fouet. Les étudiants sont de plus en plus en difficulté, selon l’Observatoire de la Vie Étudiante de 2016 qui montre que plus de la moitié doivent pratiquer une activité rémunérée ! Entre suppression de personnel, diminution des budgets de l’enseignement supérieur, classes surchargées et augmentation du coût de la vie, les politiques d’austérité des différents gouvernements n’ont fait que détériorer les conditions de vie et d’étude des étudiants.

Contre les attaques de Macron, tous unis dans la lutte!

Dessinfanch

http://blog.fanch-bd.com/

L’ouragan qui sévit ici ne s’appelle pas Harvey, Irma ou José… mais Macron ! Ce n’est pas un phénomène naturel mais bien une contre-révolution sociale menée très sciemment par notre nouveau président, le défenseur des ultra-riches. Cet ouragan Macron, débuté il y a à peine 6 mois, fait d’énormes ravages. Il avance à grande vitesse et dévaste sur son passage nos droits et notre protection sociale : destruction du code du travail, baisse des aides au logement, augmentation de la CSG, suppression des contrats aidés… Tant de mesures qui vont compliquer des conditions de vie déjà très difficiles pour la majorité de la population et creuser encore davantage les écarts de richesses.

Deliveroo, les livreurs à vélo s’insurgent

delivDeliveroo, un des monstres de la livraison de plats cuisinés, se fait remarquer par la dégradation des conditions de travail chez ses « employé‑e‑s ». L’assurance, la mutuelle, l’achat et l’entretien de leur vélo sont déjà à leur charge. Ils ne sont payés que lorsqu’ils sont actifs, ils ne sont rémunérés ni pour l’attente, ni pour la présence. De plus, ils reversent 25 % de leur gain à Deliveroo, puis 25 % au RSI, puisque chaque employé est auto-entrepreneur. Jusqu’en septembre, les livreurs cyclistes étaient payés 7,50 €/h, plus une prime allant de 2 à 4 € par course. Aujourd’hui, ils sont payés 5 € la course (5,75 € à Paris), soit une baisse de revenus estimés de 30 à 40 % par la CGT. La prime pluie passe de 15 € par service à 1 € par course ! Après des rassemblements à Paris, Lyon, Nantes et Bordeaux, ils ont rencontré le 1er septembre la direction de l’entreprise, accompagnés des syndicats SUD et CGT, pour imposer leurs revendications. Un nouveau rassemblement pourrait avoir lieu fin septembre. Nous soutenons entièrement leur lutte contre la précarité.

Lucie Mendes

Irma, la dévastation amplifiée par le capitalisme

A man walks on a street covered in debris after hurricane Irma hurricane passed on the French island of Saint-Martin, near Marigot on September 8, 2017. Officials on the island of Guadeloupe, where French aid efforts are being coordinated, suspended boat crossings to the hardest-hit territories of St Martin and St Barts where 11 people have died. Two days after Hurricane Irma swept over the eastern Caribbean, killing at least 17 people and devastating thousands of homes, some islands braced for a second battering from Hurricane Jose this weekend. / AFP PHOTO / Martin BUREAU

Rue dévastée à Saint Martin AFP PHOTO / Martin BUREAU

L’ouragan Irma a été particulièrement violent et destructeur. La force des vents (jusqu’à 295 km/h) fait monter la mer sur les côtes, inondant les basses villes. À Cuba, la mer est ainsi entrée à plus de 500 mètres à l’intérieur des côtes. Les toitures sont arrachées, et les pluies torrentielles provoquent l’écroulement de murs entiers. La « gestion » de la crise par le gouvernement Macron a été catastrophique, et les affirmations selon lesquelles « tout a été anticipé » correctement montre le cynisme et la malhonnêteté du président.

Onze personnes sont mortes dans la zone française, sur une population de 11 000 habitants. En comparaison, on ne compte que 10 morts à Cuba, pour plusieurs millions de personnes concernées. Est-ce un hasard si les médias français en parlent si peu ? Il est bien plus utile de parler de l’île lorsqu’il s’agit de dépeindre une terrible dictature « communiste ». Car à Cuba, ce sont un million de personnes qui ont été déplacées et mises à l’abri. Et depuis longtemps, les autorités autorisent les habitants à emmener certains de leurs biens pour éviter les pillages ou les réactions de désespoir.