Venezuela, non au coup d’état!

1852132815Le Venezuela est dans une situation compliquée. La chute des prix du pétrole et l’embargo américain et de certains pays de l’Union européenne (par exemple, le Royaume- Uni qui retient 80 tonnes d’or appartenant au Venezuela) ont détruit en partie l’économie qui reposait essentiellement sur l’export du pétrole brut.
D’autre part, les nombreuses concessions de Maduro envers les capitalistes n’ont rien arrangé, entrainant baisses de salaire, pénuries alimentaires et une inflation qui peut atteindre 1000 %. Pire encore, les manifestations et les grèves ont été durement réprimées. Maduro a fini par perdre en partie le soutien de la population qui l’a élu. De plus, il a offert de nombreuses occasions à la droite de l’attaquer (politiquement et physiquement) pour l’affaiblir et en arriver jusqu’à la situation actuelle : une tentative de coup d’État de Juan Guaidó, soutenue par les impérialistes comme Trump et Bolsonaro.

Article publié dans l’Egalité 194

Maduro vire à droite

Chavez avait concédé des acquis aux travailleurs et aux jeunes, descendus dans les rues pour défendre la « Révolution Bolivarienne » comme la construction de milliers de logements. Il lui était parfaitement possible de poursuivre sur cette lancée et de faire du Venezuela une vraie économie socialiste. Maduro parle aussi de « socialisme ». Mais il est impossible de socialiser l’économie et dans le même temps, de laisser les grands propriétaires en pleine possession de leurs terres et entreprises. Les entreprises mixtes (privées-publiques) sont un échec qui distribue l’argent public aux multinationales privées, russes ou chinoises, et témoigne du virage à droite qu’a pris Maduro, incapable de sortir le pays de la crise.

Un programme qui serve les intérêts de tous

La situation est instable mais ouverte pour bouleverser les choses au profit de la population. Les travailleurs doivent s’organiser. Les camarades de notre organisation sur place, Izquierda Revolucionaria, appellent à la constitution d’un vaste front de lutte, à la constitution de comités dans les usines, les lieux de travail et dans les quartiers. D’abord pour faire barrage à Guaidó, et empêcher le putsch des impérialistes, ensuite pour dégager Maduro et sa clique de bureaucrates qui ne servent pas les intérêts des travailleurs. Il faudra enfin reprendre les terres et les entreprises aux grands propriétaires actuels pour que les richesses qui s’y trouvent appartiennent enfin aux travailleurs vénézuéliens. Il est essentiel que l’économie permette à l’intégralité de la population de vivre dans de bonnes conditions. Pour cela il faut développer l’ensemble des secteurs de l’économie pour répondre aux besoins réels en logement, transports, énergie, alimentation, culture, etc. Cela ne pourra se faire que grâce à une planification démocratique de l’économie, avec les moyens de production mis en propriété publique et démocratique.

Si les impérialistes prennent le contrôle du Venezuela, ce ne sera que pour le dépouiller de ses richesses en laissant la population dans toujours plus de misère. Ne les laissons pas faire ! Pour une vraie révolution socialiste !

P-E Martin et Mato

Share Button