Mort de Remi Fraisse à Sivens : Hollande et Valls assument !

coup-de-latte1-460x327Midi-Pyrénées, et en particulier le Nord de la région, subit depuis plusieurs années des chantiers gigantesques catastrophiques pour l’environnement. Ca avait été le cas avec le viaduc de Millau dans l’Aveyron et c’est aujourd’hui le cas avec le barrage de Sivens qui impacte la zone humide du Testet. Le chantier et les défrichements ont commencé en septembre dernier et menace des hectares de bois protégés et la zone humide du Testet.

La mobilisation a été forte dès le début du projet localement. Depuis deux mois, la présence des forces de l’ordre a été massive sur le site et les tensions se sont multipliées. Ceci a été dénoncé depuis plusieurs semaines par les opposants et les associations locales. Ainsi, au début du mois une militante, qui occupait le site, a failli perdre la main suite à l’envoi d’une grenade dans une caravane. La manifestation du samedi 25 octobre dernier a été massive regroupant plusieurs milliers de personnes de toute la France contre le barrage et montrant la vivacité de la mobilisation et son ancrage parmi la population.

Mais le gouvernement Valls a convoqué les forces les plus répressives que sont les Gardes mobiles pour l’occasion. Ca donne une idée des intentions. Des affrontements ont eu lieu à la suite de la manif. C’est là qu’est mort Rémi Fraisse, un jeune bénévole botaniste de l’association Nature Midi-Pyrénées, tout juste âgé de 21 ans. Les circonstances du décès sont très douteuses puisque l’autopsie indique qu’une plaie béante causée par une explosion a entrainé le décès. Les témoignages parlent de tirs tendus de grenades à gazs lacrymogènes. Or on sait les dégats que cela peut occasionner.

Depuis quelques années, le caractère répressif et autoritaire de l’état n’a pas cessé de se renforcer avec Sarkozy mais on le voit aussi, avec Hollande et Valls. Les procès se multiplient ainsi que les sanctions disciplinaires. Les syndicalistes de Roanne ou du Havre, les faucheurs d’OGM en procès à Amiens et les mobilisations des habitants, tous attaqués et réprimés par ce gouvernement. Le gouvernement soi disant de gauche sert les intérêts financiers et pas ceux des populations et de l’environnement. Il n’hésite pas à utiliser l’appareil répressif de l’état pour stopper les luttes. Hollande s’est empressé d’aller aux obsèques de De Margerie, grand patron de Total mais il est certain qu’il n’aura pas sa place à celles de Rémi Fraisse.

Leila

Share Button