Nos forêts ne sont pas des usines à bois !

arton14769-0b79cEn mai 2018 déjà, un millier de fonctionnaires de l’ONF (Office National des Forêts) manifestait partout en France. Cet automne, l’intersyndicale a lancé un nouveau mouvement, appelant à des « Marches pour la forêt », qui ont convergé le 25 octobre à St-Bonnet-Tronçais (03). Les travailleurs du secteur dénoncent la logique de rentabilité et l’unique objectif des ventes de bois qui dénature totalement leur métier. La préservation de l’écosystème n’est plus la priorité!

En 40 ans, le volume de bois récolté a été multiplié par trois alors que les recettes de ces ventes ont baissé de 35 %. Résultat : la direction a fait appel à des cabinets d’audit qui ont pondu l’exigence d’un gain de productivité de 30 % en 5 ans ! Du coup, les effectifs ont baissé (aucune embauche de fonctionnaire en 2018, quelques salariés de droit privé cependant), les conditions de travail se dégradent, la pression augmente… Alors que le malaise social est si fort qu’on ne compte pas moins de 40 suicides en 15 ans ! C’est une déplorable illustration de la surexploitation qui menace sous la pression capitaliste autant les humains que la nature. Les luttes sociales et environnementales sont liées car leur ennemi est le même : le capitalisme, qui ne marche que pour les profits d’une minorité d’ultra-riches. La Gauche révolutionnaire se bat pour une société où l’ensemble des ressources sera mis en propriété publique et où la production sera planifiée démocratiquement ; c’est la seule façon de préserver l’Humain et la Nature !

Rachel

Share Button