J.O. 2024 : Un voyage pour rien mais à grands frais pour nous

Paris city mayor Anne Hidalgo delivers a speech during the presentation of the feasibility study for a potential bid for the 2024 Olympic and Paralympic Games in Paris, at the Paris city hall, February 12, 2015. The mayor of Paris said on Tuesday the City of Lights had the "heart" for a potential 2024 Olympics bid, but further reflection was needed, as she was presented with a feasibility study that put the potential cost at 6.2 billion euros. REUTERS/Gonzalo Fuentes (FRANCE - Tags: POLITICS SPORT OLYMPICS) - RTR4PB3F Champagne, hôtel 5 étoiles, meilleur restaurant du Pérou… La délégation française, composée de 320 personnes (alors que seules 60 étaient accréditées pour la cérémonie) a été au Pérou, conduite par Anne Hidalgo, la maire de Paris, pour la désignation des J.O. 2024. Or, le résultat était prévisible puisque seule Los Angeles était encore en lice et que la ville ne souhaitait pas réellement les J.O. 2024, préférant 2028. Le voyage a coûté à lui tout seul 1,5 million d’€ qui n’auront véritablement servi à rien.

Résultat, la mairie de Paris commence déjà à réduire des budgets. Telle la suppression de 2 millions € au budget des colonies de vacances pour les enfants des agents de la mairie.

Prestige et gâchis

Le budget qui sera investi dans ces Jeux est, selon le dossier de candidature, de 6,6 milliards €. Ce chiffre, va être fluctuant et sera revu à la hausse. Pensons notamment à la Chine qui avait multiplié son budget pour les J.O. par 12. Cet argent aurait permis de financer des emplois, des logements où plein de choses encore.

La course à l’investissement dans les J.O. et à la technique systématique d’une sous-évaluation de coûts et des impacts sociaux désastreux, ne semblent connaître de frein. Les infrastructures créées pour les J.O. 2016 à Rio ne servent déjà plus. Cet événement et la coupe du monde 2014, n’auront été que des prétextes pour faire des descentes de police dans les favelas pauvres et renforcer les séparations entre quartiers modestes et quartiers aisés.

Le sport au service du peuple, une bien belle illusion

La France accueille également les Jeux Paralympiques (qui ont lieu dans le même pays et la même année que les J.O. depuis 1960), mais il est contradictoire (et hypocrite) de se voir attribuer ces Jeux soit disant pour promouvoir les handicapés seulement quelques temps après avoir déclaré que les contraintes de logements seront abaissées notamment pour l’accessibilité pour les personnes handicapées.

Pour le budget, on peut se dire que seuls 2 bâtiments sont à construire (si l’on ne compte pas les équipements temporaires et les projets immobiliers juteux), la Paris Arena II et le Centre aquatique, ce qui réduit la possibilité d’une trop grande extension du budget et donc de l’argent public. A condition qu’ils ne se gavent pas de resto…

Hugo J

Share Button