Grève nationale dans les centres d’appel

acticall15mai2017

Piquet de grève Acticall à Saint-Etienne du Rouvray (76) le 15 mai 2017

Webhelp, Acticall, Armatis… des débrayages ont lieu toute la journée de ce lundi 15 mai dans les centres d’appel prestataires de service (dont les grands groupes comme EDF, Orange etc, sont les donneurs d’ordre), il s’agit de continuer à rassembler tous les travailleurs du secteur alors qu’une négociation a lieu au sein de la branche d’activité. À l’appel de l’intersyndicale SUD PTT et CGT Fapt, les grévistes demandent 100 euros d’augmentation, l’attribution d’un 13ème mois, et des améliorations comme les 10 minutes de pause par heure, ou les 5 premiers jours enfant malade payés – d’autant plus légitime qu’une large majorité des employés du secteur sont des employées.

Management arrogant

Alors que les salaires sont au SMIC (et à peine plus pour les superviseurs), le patronat de la branche ne propose qu’un insultant +3,60 euros par mois, à Acticall, la prime d’intéressement est passée de 150 euros pour un an à 13 euros ! Partout les conditions de travail se dégradent : impossibilité de prendre des pauses pour aller aux toilettes, renforcement des contrôles (mise sur écoute) des appels…

Localement, la grève a été une réussite notamment là où des branches syndicales ont rejoint l’appel à la grève malgré le silence de leur direction nationale. À Saint Étienne du Rouvray, près de Rouen, la CFTC s’est jointe aux revendications défendues par SUD et la CGT. Il n’y avait là-bas que trente personnes au travail sur l’un des principaux plateaux (sur 200 postes) dont beaucoup de salariés en CDD. Plusieurs superviseurs étaient en grève. Le piquet, dynamique et combatif, a tenu toute la journée, permettant à de nombreux/ses salarié/es de participer à la grève, encouragés par les visites de soutien de l’Union locale CGT et des sections de SUD PTT. Et cela sans le soutien du syndicat majoritaire local, FO.

La grève a touché de nombreux autres sites. Cela doit permettre de construire un rapport de force pour exiger l’amélioration des conditions de travail au sein de toute la branche d’activité.

Par Alex Rouillard

Share Button