Il va falloir dégager ce gouvernement au service des riches !

gouvAlors que l’économie rechute à nouveau la situation sociale est déjà grave. 3,8 millions de personnes bénéficient des minimas sociaux, il y a 6 millions de chômeurs et on peut ajouter 2 millions de travailleurs pauvres. Cela donne une idée de la misère dans la société. Après que le gouvernement ait facilité les licenciements et accompagné les plans sociaux il ne faut pas s’étonner que la courbe du chômage ne s’inverse pas. Ce n’est guère mieux concernant le logement avec 3,8 millions de mal logés et 700000 SDF. La ridicule loi sur l’encadrement des loyers qui n’aurait rien changé n’a même pas été appliquée. Notre niveau de vie ne cesse de baisser et l’augmentation de plus de 2,5 % de l’électricité et du gaz au 1er novembre est un véritable vol, après les autres augmentations !

Crise politique

Alors qu’ils font toutes les réformes voulues par le Medef, promettent la chasse aux chômeurs, la casse la Sécurité sociale, il cède aussi à la moindre action de la petite bourgeoisie (pigeons, petits transporteurs etc.) mais veulent faire les gros bras face aux travailleurs (cheminots, pilotes). Valls évoque l’idée de changer le nom du PS. Ça ne serait pas du luxe depuis le temps qu’ils n’ont plus rien de socialiste. Par opportunisme ils garderont probablement ce nom mais lance des états généraux pour leur apporter des idées dans l’optique de 2017. Pourtant il n’en manque pas d’idées avec Gattaz qui s’autoproclame  »héros de la nation » à la radio, exige que les patrons puisse licencier sans avoir à se justifier, tout en se vautrant dans l’argent publique donné sans aucune contrepartie
La droite n’est pas mieux placée pour apporter la critique avec leurs propres affaires et ne font que proposer pire que le PS pour nous. Le FN qui tentait de se démarquer a montré le même opportunisme via ses élus et veut maintenant se servir des migrants de Calais pour se faire de la pub tout en s’entredéchirant en interne.

La colère gronde !

Pour faire passer la politique anti sociale le PS s’en prend aux militants syndicaux à la Poste mais aussi dans bien d’autres entreprises et d’ailleurs casse petit à petit l’inspection du travail et les prud’hommes et veut s’en prendre aux seuils sociaux et la représentation des salariés dans les entreprises.
L’Etat réprime et tue également les contestations contre les projets aberrants comme celui du barragede Sivens.
Mais les luttes se multiplient et le gouvernement a peur que tout mouvement se transforme en explosion sociale portant bien d’autres revendications.
Les journées de mobilisation se succèdent après celles de septembre-octobre dans de nombreux secteurs, transports, la Fonction publique est appelée à se mobiliser le 18 novembre et une manif nationale des hôpitaux en lutte le même jour, le 6 décembre ce sont les associations de chômeurs. Beaucoup de secteurs sont en ébullition. Des luttes locales se développent pendant que d’autres finissent. Au cours du mois de novembre, la colère va aussi s’exprimer sur le terrain contre la rigueur et le budget de misère imposé par le gouvernement pour les services publics et la santé. Une manifestation le 15 novembre des forces politiques à gauche du PS (Pg, Pcf, Npa, Ensemble…) aura lieu contre l’austérité et le gouvernement. Certains espèrent davantage pouvoir peser sur le PS avec ce type de défilé que de construire la riposte nécessaire face à Hollande et Valls. Le 15 novembre sera utile s’il est un point d’appui pour proposer d’engager la mobilisation politique et syndicale.
Il ne faut plus attendre pour nous unir avec un plan de bataille contre ce gouvernement et le patronat.
Organiser la grève et l’action dans nos secteurs en novembre et décembre et converger en janvier 2015 autour d’une même journée de grève partout qui permette de bloquer le pays et de commencer à
changer le rapport de force.

Share Button