Soyons solidaires avec les réfugiés !

thLe gouvernement prétend avoir résolu le problème du gigantesque campement de Calais par son démantèlement et la répartition de force des milliers de réfugiés partout en France. Mais rien n’est résolu. Déjà à Paris, des migrants arrivent nombreux. Et en réalité, depuis plusieurs mois déjà, des mobilisations en faveur et contre les réfugiés se produisent un peu partout, dans une ambiance souvent très tendue.

Stop à la propagande anti-migrant !

À Montpellier, fin septembre, des jeunes du bloc identitaire ont construit un mur en parpaings devant un futur centre de réfugiés, certains lieux d’accueil ont été la cible de coup de feu comme à Saint- Hilaire-du-Rosier (Isère) ou de tentative d’incendie comme à Forgesles- Bains (Gironde). Les rassemblements et manifestations contre la venue de réfugiés sont également fréquents, souvent à l’appel d’élus du FN. Mais partout des mobilisations pour l’accueil des migrants et s’opposant au racisme ont eu lieu, réunissant chaque fois bien plus de monde. Ce fut le cas dans des villages ou des petites villes comme à Saint-Hilaire, mais aussi à Allex (Drôme), à Chomérac (Ardèche) ou à Trégunc (Bretagne)… ou dans de grandes villes comme Paris. A Grambois, dans le Vaucluse, là où Marion Maréchal-Le Pen, députée, appelait à manifester, la centaine d’anti-migrants a dû faire face à plus de 450 personnes en faveur de l’accueil. Le FN ne parvient pas à mobiliser les foules, mais il utilise cette question des réfugiés. Cela lui permet d’attiser la peur des vols et de la délinquance et de mettre en avant le coût de l’accueil. Il en ajoute avec la propagande raciste d’islamisation de la France.

Plus généralement, tout est fait pour que les réfugiés fassent peur. Et les médias et le gouvernement minimisent les raisons de leur arrivée, l’horreur, soit à cause de guerre ou de conditions de vie misérables et souvent par un voyage dans des conditions terriblement dangereuses…

S’unir contre les vrais responsables

Il ne faut laisser aucun terrain à ceux qui se servent des réfugiés pour justifier la difficulté de nos conditions de vie. Les migrants ne sont en rien responsables de la précarité croissante que nous connaissons. Certes, l’accueil a bien un coût, mais les infrastructures sont là. On peut accueillir 84 millions de touristes par an. Et l’argent et les places nécessaires existent pour loger des milliers de réfugiés sans déshabiller les habitants moins favorisés et les quartiers populaires. Les dividendes du CAC 40 peuvent être utilisés, avec au passage une partie pour améliorer les services publics pour tous, certainement que peu s’y opposeraient alors.

Plutôt que de nous opposer à eux, nous avons tout intérêt à unir nos forces contre les capitalistes, car ce sont les mêmes qui s’enrichissent à la sueur de notre dos, nous imposent de nous serrer la ceinture à travers des politiques d’austérité et qui mènent des guerres ou fournissent des armes à des dictatures, anéantissant par là des millions de vies.

Partout où nous sommes présents, nous encourageons la solidarité avec les réfugiés et avec tous ceux qui sont dans le besoin, nous participons aux mobilisations de soutien et aux collectifs qui se structurent. Nous devons tous nous unir, travailleurs avec ou sans emploi, jeunes, retraités, immigrés avec ou sans papier… Car la lutte contre la misère dépasse les frontières et ce n‘est qu’en unissant nos forces que nous pourrons en finir avec cette société capitaliste qui repose sur le racisme, les divisions et les inégalités.

Par Rachel

Share Button