Afrique du Sud : Le Workers’ And Socialist Party challenge l’ANC aux élections

WASP2014Le 29 mars, le WASP a lancé officiellement son manifeste de campagne. Les élections générales, prévues pour le 7 mai prochain, se tiennent dans un contexte où la révolte des travailleurs, des pauvres et des jeunes gronde, et surtout où l’aspiration des masses à un changement radical de société doit absolument se doter d’un programme de lutte contre le capitalisme !

Le nombre et l’intensité des luttes, tant dans le public que dans le privé ou dans les quartiers ou parmi la jeunesse, ne cessent d’augmenter depuis le 16 août 2012, quand l’ANC a envoyé sa police pour réprimer violemment la grève des mineurs à Marikana ; résultant en la mort de 34 d’entre eux.
L’ANC a montré son vrai visage ce jour-là : un parti qui est prêt à défendre les intérêts des patrons au prix de la vie de ceux-là mêmes qui font leur richesse – les travailleurs. De plus en plus de syndicats contestent ouvertement voire se désaffilient de la COSATU, la confédération syndicale liée à l’ANC.

La nécessité d’une véritable opposition, au gouvernement ANC, aux grands capitalistes et à tout leur système se pose à une échelle toujours plus large. C’est pour cela que le WASP, fondé par nos camarades du Democratic Socialist Movement (DSM) et des comités de grève de mineurs, participe à ces élections. Moses Mayekiso, président du WASP, a dit pendant le meeting de lancement : « Nous affirmons qu’à moins que l’économie soit redressée à travers la nationalisation des mines et des autres secteurs clés il ne pourra y avoir de sécurité en Afrique du Sud. Pourquoi devrait-il y avoir de la pauvreté alors que notre pays est riche ? Mais pour une réelle émancipation, nous devons avoir des structures pour donner le pouvoir à la classe ouvrière ».

Avec son manifeste de lutte, le WASP ne propose pas qu’une liste de revendications mais bien un guide pour la lutte des travailleurs contre le capitalisme. Il appelle à la nationalisation des banques, des mines, des grandes propriétés agricoles et des industries, sous contrôle démocratique total de la classe ouvrière et des communautés, dans le cadre d’une planification démocratique de la production et d’un programme d’investissements massifs dans le logement, les infrastructures, la santé et l’Education ; ainsi qu’à l’unité de la classe ouvrière contre le sexisme, le racisme, la xénophobie et la répression et pour un gouvernement ouvrier dont les élus seraient révocables et payés au salaire moyen d’un travailleur qualifié. Le manifeste se positionne également contre l’impérialisme sud-africain et appelle à la solidarité de la classe ouvrière internationalement.

Les intervenants au meeting, tous candidats pour le WASP dans ces élections, ont reflété l’écho énorme qu’a le parti parmi les travailleurs et les communautés pauvres, comme Liver Mngomezulu sous-secrétaire du National Transport Movement, qui est intervenu pour apporter le soutien et la solidarité des 50 000 syndiqués de son organisation.

L’entrée de la voix des travailleurs à l’Assemblée nationale sera un soutien crucial pour les luttes qui auront lieu dans les entreprises, les services publics, dans l’Education… et sera un pas en avant vers l’indispensable construction d’un parti de masse des travailleurs pour le socialisme. Nos camarades ont besoin de tout le soutien possible pour arriver à réaliser cet objectif. C’est un enjeu majeur non seulement pour la classe ouvrière sud-africaine ; mais aussi pour les travailleurs ici, car c’est un exemple sur lequel nous pourrons nous appuyer contre ceux qui veulent nous faire croire que rien ne peut être fait contre la misère et l’exploitation !

Lisez le très enrichissant Manifeste de campagne du WASP (en anglais) :
http://workerssocialistparty.co.za/

Share Button