Stop à La présence française au Sahel !

En 2013, François Hollande a envoyé des forces armées françaises dans les pays du Sahel (région d’Afrique entre le désert saharien et la zone soudanienne), avec pour motif la lutte anti-terroriste. Dans ces pays sévissent des groupes comme Boko Haram et Daesh. Pourtant, depuis maintenant 8 ans le bilan n’est pas glorieux ! En 2020, il y eu près de 2 400 civils tués dans les affrontements au Burkina Faso, Mali et Niger selon l’ONG ACLED. Deux millions de personnes ont été forcées de partir de chez elles.

L’an passé, le nombre de militaires envoyés par la France a encore augmenté de quelques centaines de soldats mais cela ne règle rien. Les terroristes ont changé de tactique en tentant de s’unir à la population en se présentant comme les anti-impérialistes. Au Mali, certains jeunes en colère et privés d’avenir rejoignent les rangs de groupes terroristes.
Les 15 et 16 février se sont réunis les chefs d’État du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad) avec d’autres « partenaires » dont la France. Macron a alors confirmé que la France garderait son implantation sur ces pays par les forces armées locales, avec une modification cependant : un appui des forces armées des politiciens pro-capitalistes locaux. Ainsi, ça va permettre au gouvernement français de se dédouaner des exactions commises sur place, tout en continuant à défendre les multinationales françaises.

La lutte anti-terroriste n’est qu’un prétexte ! Avoir des forces au Sahel et s’assurer du soutien mutuel des dirigeants localement permet aux capitalistes de continuer à faire leurs profits, avec Total, Areva, le groupe Bolloré implantés sur place. Les impérialistes aident des régimes rejetés par la population à rester en place par leur soutien militaire et financier. À cause de cela, les pays sont maintenus dans un état de sous-développement économique. Les travailleurs ne gagneront ni à l’impérialisme et les régimes qui s’y allient, ni à s’allier aux groupes terroristes qui ne font que violence et division.

Seule la lutte commune des travailleur-ses et des opprimé-es en défense de leurs propres intérêts permettra d’y mettre fin, et le mouvement ouvrier de France doit soutenir en se prononçant en faveur du retrait des troupes et de l’auto-détermination des populations.

Par Lucie Mendes, article paru dans l’Egalité n°204

L’intervention militaire française est une des méthodes de l’impérialisme français parmi d’autres (franc CFA, exploitation sur place, etc) © AFP 2021 Philippe Desmazes