IMS : Non aux 310 suppressions de postes

IMS health rst 24 mai 2016 (5)L’entreprise IMS Health en chiffres : 417 millions de profits en 2015… et 310 suppressions de poste ! Il semble que c’est le maître mot dans le secteur santé-pharmaceutique : gavons les actionnaires et les patrons en virant les salariés ! À Sanofi, c’est l’annonce de la suppression de 600 postes sur trois ans alors même que le patron, Olivier Brandicourt, gagnera cette année 16,6 millions d’euros (contre 8,25 millions en 2015) ! Chez les laboratoires Servier, c’est 610 postes menacés.

Aujourd’hui rebelote à IMS Health : l’annonce a été faite de 310 suppressions de postes (un tiers des effectifs) dont 220 licenciements malgré des profits record.

IMS a fait 417 millions de bénéfices en 2015 (une augmentation de plus de 28%!) et son patron, Ari Bousbib, s’est mis 34,8 millions de dollars dans les poches grâce au travail des salariés ! La direction a bricolé un plan « social » pour liquider des centaines d’emplois. La société IMS, qui a racheté Cegedim en 2015, est un véritable « expert en plans sociaux », dit Mourad, le délégué CGT de la boîte. « Honte à IMS ! »

Aujourd’hui des centaines de salariés se sont rassemblés devant leur siège à Boulogne lors d’une seconde journée de « négociations », pour dénoncer le plan qui n’a aucune autre cause économique… sinon les profits astronomiques sur lesquels lorgnent les dirigeants de la boîte. Le patron a 80 millions de dollars en actions et il espère toucher un gros pactole en licenciant les travailleurs car cela fera monter le cours de l’action !

 

L’ambiance était colérIMS health rst 24 mai 2016 (7)ique et survoltée. Simon, militant CGT qui était à la négociation, disait « Ils n’affichent que du mépris, c’est un scandale. Ils ne veulent rien lâcher. Ils n’ont aucun respect pour les hommes ».

Alors que la CFDT est prête à lâcher pour des miettes ridicules (malgré la colère de certains de ses syndiqués qui ont par ailleurs manifesté contre la loi « travail » aux côtés de leurs camarades des autres syndicats!) l’UNSA demande un « meilleur » plan social. La CGT quant à elle a la revendication du retrait pur et simple du plan social car en effet vu la masse d’argent qui existe aucun licenciement n’est justifiable !!!

Alors à IMS comme ailleurs : le fric est là : Zéro licenciement, zéro suppression de poste !

Les travailleurs d’IMS seront présents à la manifestation de jeudi 26 mai et la semaine prochaine un nouveau rassemblement aura lieu devant leur entreprise. Ils pourront compter sur le soutien des militants de la Gauche Révolutionnaire !

Cécile

Share Button