Au Havre, la mobilisation des enseignants se poursuit ! Retrait de la loi Blanquer !

0-20276-190326111258555-0-689685Le 19 mars a marqué le début de la mobilisation contre la loi Blanquer au Havre. Avec plus de 60 % des écoles fermées et un taux de gréviste avoisinant les 80 % sur la ville, ce sont plus de 200 enseignants qui se sont retrouvés en Assemblée Générale pour organiser la suite du mouvement. Parmi les sujets d’inquiétude principaux : l’article 1 de la loi « école de la confiance » qui prévoit d’imposer un devoir de réserve (en fait une obligation de se taire) aux enseignants ou encore la possibilité de créer des « Établissements Publics des Savoirs Fondamentaux », grosses structures administratives regroupant un collège avec une ou des écoles sous l’autorité du principal et de ses adjoints.

Mais les sujets d’inquiétude dépassent le cadre de cette loi et le seul premier degré. Ainsi, on assiste bel et bien à un démantèlement du service public : augmentation des effectifs par classe dans de nombreux établissements, baisse des dotations horaires dans le secondaire, inclusion des enfants handicapés dans les classes à marche forcée et sans moyens, suppression du caractère national du bac et renforcement des inégalités entre les établissements, sélection accrue pour le supérieur… Une aubaine pour les boites privées qui se retrouvent avec de nouveaux marchés juteux à investir : ainsi, avec l’obligation de scolarisation dès 3 ans, les mairies se trouvent dans l’obligation de financer les maternelles privées et les offres de coaching pour choisir ses spécialités au lycée fleurissent… Face à cette analyse, et au refus de voir se développer une école à deux vitesses de la maternelle à

l’université, les collègues et les parents d’élèves s’organisent pour faire reculer le gouvernement. Ainsi, au Havre, les actions se sont multipliées : grèves le 19 et le 28/03, mobilisation avec les parents et les gilets jaune les samedi (plus de 1000 manifestants samedi 30/03), rassemblement devant l’inspection, réunions publiques et aussi organisation, couronnée de succès, de journées école morte par les parents élèves dans plusieurs écoles.

Par Sarah

Share Button