Les Communards massacrés en 1871 n’ont pas besoin d’être réhabilités par les faux socialistes d’aujourd’hui

manif-commune-mur-des-federes-mai-1936

Le 24 mai 1936, la classe ouvrière commémore la Commune révolutionnaire – 500.000 personnes manifestent devant le Mur des fédérés au Père-Lachaise

La « Réhabilitation » des Communards massacrés en 1871 est une pitoyable manœuvre d’un parti qui n’a plus rien de « socialiste ». Le 29 novembre, un texte a été adopté par l’assemblée Nationale, qui dit qu’il est temps que la « République rende honneur et dignité à ces femmes et ces hommes qui ont combattu pour la liberté au prix d’exécutions sommaires et de condamnations iniques ». Fort bien, cela va-t-il permettre de faire du 18 mars (la date anniversaire de l’insurrection de la Commune) un jour férié ? Un jour où seront affichées partout les principales mesures de l’œuvre de la Commune, le régime le plus égalitaire qu’ait jamais connu la France ? Depuis la réquisition des logements vides jusqu’à la reconnaissance des orphelins par la Commune, la fin des amendes au travail ou encore l’éducation pour tous et toutes… Sans parler de tout ce que la Commune a permis : séparation complète de l’Église et des institutions, fermetures de couvents qui servaient de lieux de prostitution de jeunes filles orphelines, organisation des femmes travailleuses au sein de l’Union des femmes, etc. Évidemment, on en doute.

D’autant que le texte précise bien qu’il s’agit de diffuser : « les valeurs républicaines portées par les acteurs de la Commune de Paris de 1871 ». Un vote empoisonné en somme, quand on sait que la Commune proclamait notamment dans son manifeste du 19 avril 1871 : « La Commune c’est la fin du vieux monde gouvernemental et clérical, du militarisme, du fonctionnarisme, de l’exploitation, de l’agiotage, des privilèges auxquels le prolétariat doit son servage, la patrie ses malheurs et ses désastres. ».

Si la Commune était « républicaine », c’est en opposition complète à la République actuelle, et certainement pas avec le gouvernement PS qui aura en quelques années rappelé que sa politique c’est toujours plus d’exploitation des travailleurs, et toujours plus de répression de ceux et celles qui luttent.

La droite, qui considère certainement aujourd’hui encore comme absolument justifié le massacre d’au moins 20000 communards, s’est bien sur opposée au texte, trop contente de pouvoir parler des « victimes » de la Commune qui pourtant se comptent en poignées. Mais il semble que ce soit devenu une manie autant au PS, qu’à la droite ou au FN, que de vouloir écrire l’histoire qui les arrange et d’établir ainsi une histoire officielle et du coup mensongère et intéressée.

En hommage aux révolutionnaires et au peuple parisien de la Commune de Paris, nous renvoyons ces deux camps dos à dos.

Nous ne remercions pas le vote de réhabilitation car les communards n’ont jamais eu besoin de votre légitimité. C’est un vote où les bourreaux finissent par dire que leurs victimes n’étaient peut être pas si coupables. 145 ans après, c’est évidemment un vote qui n’engage à rien, d’autant qu’il ne nomme nullement les massacreurs et le gouvernement Thiers.

Les communards n’ont jamais été illégitimes, bien au contraire. Ils et elles ont ouvert la voie à des centaines de révolutions et luttes. Ils et elles ont permis que pour la première fois, de simples travailleurs, des gens du peuple, prennent le pouvoir et montrent que la société peut et doit fonctionner autrement.

En cela, la Commune de Paris reste un des plus grand moment de l’histoire de ce pays et du mouvement ouvrier et révolutionnaire mondial, c’est là sa force, sa beauté, et sa grandeur. Dans un contexte extrêmement difficile, elle a été la première tentative de construire le socialisme, le vrai, celui qui combine égalité entre tous et toutes, démocratie complète, organisation de l’économie pour la satisfaction des besoins, certes avec encore beaucoup d’hésitations et de tâtonnements mais avec la volonté de construire une société meilleure pour tous et toutes.

Les communards n’ont pas besoin de la « réhabilitation » des laquais de la bourgeoisie, qui sont les descendants des massacreurs de la Semaine Sanglante. Vive la Commune !

Alex Rouillard

Share Button