Municipales 2020 s’opposer à Macron, à LREM et à leur politique

P1 mini décidons

Le 6 septembre à Paris a été lancée la campagne « Décidons nous-mêmes ». Cette campagne aura nu véritable impact si elle permet aux travailleurs de se mobiliser autour d’un programme qui s’oppose à la politique des LR-En Marche-PS

Les habitants ont un droit démocratique très réduit en votant seulement tous les 6 ans pour les élections municipales ou communales. Souvent, c’est une Métropole tentaculaire, avec des responsables qui ne sont même pas élus, qui imposent à tout le monde leurs volontés. Pourtant, c’est d’abord dans la commune où nous vivons qu’il faudrait pouvoir décider pour nos services publics et l’aménagement. Et c’est localement qu’on voit d’abord les dégâts de leur politique. Ces six dernières années, c’est par dizaines que des Postes, des guichets du Trésor public, des écoles, des hôpitaux ont fermé dans de nombreuses communes.

C’était le cas sous Sarkozy, puis le PS avec Hollande a renforcé ce dépeçage des services publics locaux, et LaREM poursuit cette destruction. Les grandes villes, dirigées par des maires PS ou des Républicains, se transforment toutes sur le même modèle : des centre villes aseptisés, bétonnés, dont on a éloigné les classes populaires avec le coût des loyers, et des nouveaux quartiers soi-disant « éco » inaccessibles à la majorité des habitants. Et les petites communes rurales ou populaires sont les oubliées.

On ne reprend pas les même pour recommencer !

Ces politiques sont clairement contre les classes populaires et la majorité de la population. La soi-disant « gauche », avec des majorités autour du PS, qui ose parfois se dire du côté des travailleurs et de la population, a mené cette politique à plein régime. Aujourd’hui, une bonne partie de ces dirigeants poursuit une politique locale compatible avec celle de Macron. Mais ils ne sont pas à l’aise, car depuis 2014, les choses ont changé.

Le PS a été clairement sanctionné pour cette politique lors des élections présidentielle, législatives et européennes. Aucune commune ne doit passer ou rester dans les mains de LaREM, des Macron compatibles du PS ou des Républicains. Pas question de remettre en selle ces gens, ni de chercher une alliance avec eux ! Et avec le RN de Le Pen, ce serait pire. Ils ne sont que magouilles, mesures contre les plus pauvres en privant par exemple de cantine les enfants de chômeurs (mairie RN du Pontet). Il nous faut des listes clairement du côté des travailleurs, des jeunes, des retraités, des chômeurs.

Il est temps de décider nous-mêmes!

Face au mal-logement et à la misère croissante, avoir une vraie politique municipale pour la majorité de la population est crucial. Un logement décent et peu cher pour tous et toutes, des services publics proches, de qualité pour tous et toutes,le droit de vivre dans un environnement sain, de se déplacer avec des transports en commun de qualité et gratuits… Autant de besoins vitaux qui doivent être discutés largement dans la commune par les habitants et décidés ensemble. Une équipe municipale au service des travailleurs, des jeunes et de la population devrait soumettre tout cela à la discussion et décision de la population.

Cette politique municipale rentre en rupture avec celle menée dans les métropoles ou par Macron. Pour l’imposer, il faudra être unis et mobilisés. C’est dans ce sens que des listes municipales ouvertes doivent se constituer pendant l’automne.

Par Leïla Messaoudi

Share Button