École d’été du Comité pour une Internationale Ouvrière

cwi-school-2016

L’école d’été du Comité pour une Internationale Ouvrière, édition 2016

Une délégation de la Gauche Révolutionnaire s’est rendue cette année encore, du 16 au 23 juillet, en Belgique pour l’école d’été de notre internationale, le CIO.

L’école d’été ?  C’est-à dire ?

C’est une semaine complète de débats, échanges, informations, dans une université dont une aile est prêtée pour l’occasion (enfin, louée) ainsi qu’un amphithéâtre. Là, des membres de chaque section du CIO (Comité pour une Internationale Ouvrière) dans le monde (en France la Gauche Révolutionnaire) se rencontrent, se réunissent, échangent. Ils donnent des séminaires sur des sujets tels que l’économie marxiste ou l’Histoire de grandes luttes, décident de la manière de poursuivre nos actions et des militants de chaque pays où nous sommes implantés informent les autres sur la situation politique, économique de leur pays.

Ce fut une semaine très instructive, très positive, qui donne la pêche, bien qu’on en ressorte en sérieux manque de sommeil ! Des camarades de la délégation française ont fait des interventions au sujet de la France et de la loi « travail », de nuit debout, de la mobilisation, ainsi que sur le sujet du FN en France. Elles ont été très bien accueillies. Les camarades de la GR ont aussi pu animer la commission sur les grèves de masse de mai-juin 1936, qui a été un succès.

Des débats riches

Bien évidemment la richesse des discussions nous empêche de restituer l’ensemble des débats qui ont eu lieu durant cette semaine : l’économie toujours en crise, le Brexit et l’Angleterre, les USA et la présidentielle, la Turquie et Erdoğan, mais aussi des thèmes comme la lutte contre le racisme et l’extrême droite et bien sûr les luttes des travailleurs qui sont plus importantes dans la dernière période.

L’UE dans la tourmente

L’onde de choc que représente le Brexit pour la bourgeoisie a largement été discutée. Ce référendum a constitué une véritable révolte des travailleurs frappés par la crise. Les camarades britanniques ont pu nous décrire à quel point l’envie de dégager ce gouvernement conservateur était forte. Et la démission consécutive de Cameron a fait exploser la crise politique.

Il y a un sentiment général « euro-sceptique » dans les pays d’Europe. L’UE, institution antidémocratique au service des patrons, impose une cure d’austérité à ses pays, la Grèce connaît actuellement la plus grande « fuite de cerveaux » de son histoire… en même temps, elle ferme ses frontières et les morts se comptent par milliers. Nos sections défendent le droit de venir et de rester pour tous ceux qui fuient la guerre, la misère, la barbarie.., et nous mettons en avant l’égalité des droits pour tous, car l’argent pour construire des logements, augmenter les salaires, etc. existe – il faut une lutte unie pour le prendre des poches des patrons et des grands actionnaires !

Un monde en crise

Le constat global à retirer après cette semaine d’échanges fructueux est que la situation mondiale est extrêmement instable et volatile. La classe dirigeante est faible et ses partis sont généralement en crise. La situation aux US en est un reflet criant. La crise économique, qui n’est pas terminée, verra de nouvelles attaques sur les conditions de vie mais aussi des luttes de masse. Les camarades de Hong Kong ont pu nous décrire la lutte des travailleurs de Walmart en Chine qui a défié la dictature. On le voit déjà, avec la grève générale en Inde qui a vu 180 millions de travailleurs participer à cette première journée le 2 septembre.

Les inégalités abyssales entre la poignée d’ultra riches tout au sommet et les milliards de jeunes, travailleurs, paysans pauvres, mais aussi la destruction de l’environnement, continueront d’attiser la colère. Mais cette colère a besoin d’une direction et d’un programme réellement socialistes et révolutionnaires. Avec l’intervention dans les débats et les formations de gauche plus larges, les sections du CIO utilisent tous les vecteurs pour présenter un tel programme au plus grand nombre de travailleurs et de jeunes, encourager les luttes et la nécessité de s’organiser tous ensemble pour en finir avec le marasme capitaliste.

Lucie et Cécile

Share Button