A la rentrée, pour une lutte déterminée à gagner !

ob_97ee41_1458915001 (1)Les attaques d’ampleur s’enchaînent, Macron sait qu’il a très peu de soutien et que cela n’ira pas en s’arrangeant. S’il peut agir ainsi, c’est parce qu’il n’a pas d’opposition politique organisée et face à lui. Le dégoût parmi la population face à leurs politiques peut rapidement se transformer en colère explosive. Alors Macron agit vite tant que notre camp n’est pas organisé.

Nous sommes des millions à refuser de voir nos possibilités d’avenir rognées encore alors que les richesses sont largement là pour offrir une vie décente à tout le monde. Mais cette force du nombre, pour être effective, doit entrer en action. L’enjeu est là : que tous les travailleurs et les jeunes s’emparent de la lutte pour défendre leur avenir. Pour cela, il faut un plan d’action qui annonce la teneur de notre détermination. Avec des fins de mois déjà difficiles, pour faire grève et perdre des journées de salaire, il faut se donner les moyens de gagner. Ce plan d’action doit permettre de convaincre ceux et celles qui regardent avec sympathie les luttes et hésitent à s’y joindre. Toute action qui peut permettre d’expliquer davantage et de mobiliser est positive !

Préparer une grève de masse

L’appel à une journée de grève le 12 septembre est une bonne base pour commencer à mobiliser pendant l’été.
Autour de nous et sur nos lieux de travail, dans la rue autour de stands, il faut que nous discutions des attaques du gouvernement et des enjeux pour nous de construire un mouvement massif pour les stopper.

Mais il faudra une grève de masse, associant des couches très larges de travailleurs et de jeunes. Et ne pas se limiter aux seules revendications autour de la nouvelle loi travail mais également rejeter toutes les mesures qui favorisent les super riches au détriment des travailleurs et de la population.

La grève est le meilleur moyen que nous ayons pour faire céder le gouvernement et les grands patrons qu’il représente. En bloquant les usines, les transports, les services… nous rappelons que cette société tourne grâce à notre travail. Nous avons le pouvoir de tout mettre à l’arrêt avec une grève totale et donc de taper là où ça fait mal : dans leurs profits.

Pour mobiliser largement et dépasser l’échec des grèves « saute-mouton » de 2010 et 2016 qui pèse encore dans les esprits, il faut qu’avant le 12 septembre, un plan pour la suite soit déjà mis en discussion par des assemblées générales sur les lieux de travail, dans les quartiers…

Il faut dire d’ores et déjà que le mouvement ne se contentera pas de grèves de 24h. Que si nous ne sommes pas entendus le 12 septembre, nous serons prêts à bloquer le pays plus longuement, jusqu’à ce que le gouvernement recule. Contre la loi Travail XXL et avec toutes nos autres revendications contre les licenciements et la précarité, pour des salaires décents, nous pouvons rassembler les jeunes, les travailleurs et les retraités dans une offensive déterminée pour qu’ils cèdent. Viens militer pour cela avec nous !

Par Rachel

Share Button