Deliveroo, les livreurs à vélo s’insurgent

delivDeliveroo, un des monstres de la livraison de plats cuisinés, se fait remarquer par la dégradation des conditions de travail chez ses « employé‑e‑s ». L’assurance, la mutuelle, l’achat et l’entretien de leur vélo sont déjà à leur charge. Ils ne sont payés que lorsqu’ils sont actifs, ils ne sont rémunérés ni pour l’attente, ni pour la présence. De plus, ils reversent 25 % de leur gain à Deliveroo, puis 25 % au RSI, puisque chaque employé est auto-entrepreneur. Jusqu’en septembre, les livreurs cyclistes étaient payés 7,50 €/h, plus une prime allant de 2 à 4 € par course. Aujourd’hui, ils sont payés 5 € la course (5,75 € à Paris), soit une baisse de revenus estimés de 30 à 40 % par la CGT. La prime pluie passe de 15 € par service à 1 € par course ! Après des rassemblements à Paris, Lyon, Nantes et Bordeaux, ils ont rencontré le 1er septembre la direction de l’entreprise, accompagnés des syndicats SUD et CGT, pour imposer leurs revendications. Un nouveau rassemblement pourrait avoir lieu fin septembre. Nous soutenons entièrement leur lutte contre la précarité.

Lucie Mendes