Faisons de 2019 une grande année de lutte contre la politique de Macron

640x410_mardi-5-fevrier-des-manifestants-ont-defile-dans-les-rues-de-paris-a-l-appel-de-syndicats-mais-aussiMacron a annoncé lors de ses voeux qu’il maintiendrait le cap des réformes mais il a déjà perdu. Le plus jeune président sera aussi le plus rapidement illégitime. Il n’avait pas vu venir ce vaste mouvement populaire des gilets jaunes qui ne rentre dans aucune case et que personne ne contrôle. Il l’a traité avec mépris et répression, et se retrouve avec une révolte. Même les capitalistes du CAC 40 ont vu le danger. Ces grands patrons ont eu très peur en voyant des milliers de gilets jaunes « incontrôlables » voulant marcher sur l’Élysée et manifester dans leurs beaux quartiers. Ils ont appelé Macron pour qu’il cède un peu mais sont aussi venus à son secours car ils attendent encore beaucoup de lui et ils n’ont pas de remplaçant pour le moment.

Syrie, le dépouillement du moyen orient sur le dos des peuples

343f9ee_qPJqw5ZunJK8Tw5HWsBGpvb-La défaite de Daesh marque un tournant qui sera encore au détriment de la population et des Kurdes. L’actualité c’est le retrait des troupes US de Syrie annoncé par Trump. Cette annonce a été vécue comme une trahison par les Kurdes. En effet, les frappes de l’armée US ont aidé les Forces Démocratiques Syriennes (FDS, en partie dirigées par les unités de défenses kurdes, les YPG-YPJ) à combattre Daesh – qui, contrairement à ce que dit Trump, n’est pas totalement vaincu. Il y a encore des poches de résistance à l’Est du pays et en Irak, ce qui permettrait à ces barbares de revenir terroriser et piller les populations.

Changer réellement la société!

GJ jaccuseMacron, le 31 décembre dernier, a voulu faire peur en qualifiant de « foule haineuse » les « gilets jaunes » mobilisés. La classe dominante tente de serrer les rangs mais est affolée devant les dimensions révolutionnaires du mouvement actuel. Elle multiplie les provocations et entend restreindre encore nos libertés démocratiques, comptant sur un essoufflement pour le moment peu probable mais pour combien de temps. Comment avancer ? Le mouvement doit s’unifier autour de revendications claires, qui s’attaquent vraiment aux ultra-riches et aux capitalistes, et se doter de structures démocratiques permettant de décider collectivement.

Non aux bas salaires et autres injustices!

Les inégalités croissantes, les salaires trop bas, c’est notre problème principal. Les actions des gilets jaunes contre les multinationales comme Amazon ou la grande distribution symbolisent cela. Il faut donc prendre sur leurs profits et réclamer une hausse immédiate des salaires, du SMIC à 1800 € net. C’est la première des revendications, celle qui nous unit tous et toutes.

Article publié dans l’Egalité 193

Les gilets jaunes exigent la démocratie!

GJ champs elyseesLe mouvement des gilets jaunes a permis de remettre au goût du jour un certain nombre de revendications très larges et diverses parmi lesquelles des doléances démocratiques : paiement des parlementaires au salaire moyen des travailleurs, droit de révocabilité des élus, le RIC (référendum d’initiative citoyenne) ou RIP (référendum d’initiative populaire)…

Le ric, révolution ou illusion ?

Face à la diversité des revendications et à la difficulté de les centraliser à l’échelle nationale, certains présentent le RIC comme la nouvelle revendication centrale des gilets jaunes.

Article publié dans l’Egalité 193

La résistance s’organise contre l’extrême droite au Brésil

Ato-29-de-setembro-600x400-600x264Après son élection en octobre avec 55,6% des voix, le 1er janvier 2019, Jair Bolsonaro, d’extrême droite, raciste, homophobe, sexiste et ultra capitaliste, est officiellement président. Dans son discours inaugural, il réaffirme vouloir libérer l’économie et éliminer l’opposition de gauche.

Dès le lendemain, les premières mesures tombent pour satisfaire ses soutiens principaux, les évangélistes et les capitalistes : retrait des droits LGTB des droits humains, attribution des terres des autochtones d’Amazonie au ministère de l’agriculture, qui est favorable aux multinationales agro-industrielles et des grands propriétaires. Des contractuels « de gauche» sont virés des administrations. C’est un gouvernement réduit de militaires à la retraite et de ministres pro privatisation qui est à la manœuvre.

Article publié dans l’Egalité 193

2019, un vent de révolution?

gilets-jaunes revolte non revolutionLa mobilisation des gilets jaunes a tous les aspects d’une révolte profonde et qui n’est pas terminée. Il y a même des éléments révolutionnaires. Elle est à la fois l’expression de changements profonds parmi des couches larges de travailleurs, de retraités… qui soudain se sont retrouvées prêtes à lutter et à contester collectivement la politique de Macron. Dans la lutte contre les capitalistes et leurs politiques, lorsque la situation est devenue intenable pour une grande partie de la population, l’étincelle qui met le feu aux poudres est souvent étonnante, loin des habitudes pour ceux qui ne voient la lutte des classes que comme un scénario répétitif. Or, parfois, la lutte des classes provoque des manifestations un samedi, ou des occupations de ronds-points.