Gagner la lutte contre les attaques de Macron. Mobilisation générale le 9 octobre

coul P4 lutte 2Les nouvelles attaques annoncées par le gouvernement Macron-Philippe sont annoncées alors que Macron est au plus bas dans les sondages. Nous savons l’agenda des attaques du gouvernement et nous avons une date précise pour mobiliser tout le monde, par une grande journée de grèves et de manifestation, le 9 octobre. Une journée qui a un sens si elle sert de point central, de pilier, pour la construction d’une lutte d’ensemble et déterminée. Nous ne sommes plus dans l’après « élections présidentielles » de 2017, qui conférait encore à Macron un semblant d’autorité. Et d’ailleurs, cette « autorité » s’est largement effritée dès le printemps avec les luttes des cheminots et des étudiants. Dans les facs, le seul soutien militant qu’il a reçu pour la loi Vidal mettant en place la sélection est venu… des groupuscules d’extrême droite.

Article publié dans l’Egalité 191

Nouvelles mesures antisociales tout doit y passer!

coul P4-5 sécuLe gouvernement continue les coupes budgétaires dans les budgets sociaux et les services publics pour coller au prétexte de 3 % de déficit autorisé par l’Europe. D’un côté on coupe dans le vif ou l’on accorde une hausse inférieur à l’augmentation du coût de la vie (APL, retraites, contrats aidés, etc.) alors que de l’autre on continue à dilapider l’argent public sous forme d’un ruissellement continu d’aides aux entreprises, en pure perte – sauf pour les actionnaires.Ainsi, le basculement du CICE en janvier prochain sous forme d’exonération pérenne va coûter entre 20 et 25 milliards d’euros supplémentaires !

Loi Shiappa: un coup dans l’eau

Loi-Schiappa-associations-et-professionnels-de-la-protection-de-l-enfance-ne-decolerent-pasSous ses airs de révolution anti-sexiste, la loi punissant le harcèlement de rue ne résout rien. Concrètement, la loi Schiappa se compose de plusieurs mesures : une contravention à l’encontre d’un homme harcelant une femme, pouvant aller jusqu’à 3 000 €. Mais ce n’est pas reconnu
comme un délit ! « L’ups -kirting », regarder et/ou filmer sous la jupe d’une femme sans son accord, est désormais un délit. La peine monte jusqu’à 2 ans de prison et 30 0 0 0 € d’amende. Troisième mesure : l’usage du GHB « la drogue du violeur » est puni jusqu’à 5 ans de prison et 75 000 € d’amende.

Grève au palace Park Hyatt Vendôme à Paris

42953249_1164252510380158_9172165267793379328_nDepuis une semaine, une cinquantaine de femmes de chambre et équipiers du palace parisien Park Hyatt Vendôme, dans la (très, très) riche rue de la Paix, sont en grève illimitée. Ils revendiquent de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail. Dans un Palace qui accueille des clients qui « pourraient à eux seuls résoudre la faim en Afrique », selon un gréviste, le fait d’avoir du personnel payé décemment devrait être la moindre des choses ! Mais derrière les façades luxueuses, c’est la précarité qui règne pour les travailleurs et travailleuses. Les femmes de chambre en grève ne sont même pas employées directement par l’hôtel mais par une société de nettoyage, STN. Elles sont payées un malheureux SMIC, alors que dans ce palace, une suite peut coûter 16.000 €/nuit ! Un travailleur de l’hôtel nous a dit qu’une simple bouteille d’évian 50 cl coûte 9 € ! Dans cet hôtel, il a déjà fallu une lutte acharnée pour que les équipiers en cuisine cessent de travailler 14h/jour et que toutes les heures soient payées.

Avec les travailleurs contre Macron, Jeunes tou-te-s en luttes!

coul p8 jeunesse en dangerQue ce soit pour les conditions d’étude, notre avenir, ou pour stopper les injustices et discriminations dans la société, la jeunesse peut jouer un grand rôle. Mais pour battre Macron et sa clique, il nous faut une lutte d’ensemble.
C’est ce qui a manqué au printemps dernier. En effet il y a eu une mobilisation d’une partie de la jeunesse : contre Parcoursup, contre les projets de fusions des facs, et contre le manque de moyens dans les lycées. Mais cette mobilisation n’a pas réussi à se généraliser, or pour pouvoir peser, il faut un mouvement de masse de la jeunesse. Il nous a manqué plusieurs choses. L’absence de cohésion entre les différentes universités en lutte n’a pas permis d’établir des dates de mobilisations nationales. Il faudra à l’avenir que les universités en mobilisation massive (comme Montpellier ou Toulouse l’étaient) proposent une date nationale de grève des étudiants et lycéens.

Article publié dans l’Egalité 191

Nous n’accepterons jamais la mise à pied d’un militant 

860_img_2829

Mobilisation des salariés du Tricastin en mars dernier au palais des congrès de Montélimar.

Gilles Reynaud travaille sur le site Orano du Tricastin. Il a une expérience de 32 ans dans la filière nucléaire, il est salarié d’Orano Démantèlement&Services, une filiale du groupe Orano (Ex Areva).

Il est syndicaliste depuis des années et milite pour obtenir de meilleures conditions de travail et la mise en place d’un statut plancher (convention collective) à l’ensemble des salariés sous-traitants de la filière nucléaire.

Le secteur du nucléaire comporte environ 2500 entreprises sous-traitantes.

Elles sont en concurrence en permanence entre elles, pour gagner des appels d’offres, au gré des marchés et à durée variable (maintenance-assainissement-logistique-démantèlement). Cette précarité est intolérable car elle dégrade de fait le niveau de sécurité et de sûreté dû à chacun de nous. Aujourd’hui, plus de 80% des activités sur le parc nucléaire sont réalisées par des salarié-e-s d’entreprises extérieures.