24 novembre: Assez des violences et du sexisme! Révoltons-nous!

stopviolencesTous les ans, fin novembre, a lieu la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes. Nous sommes de plus en plus nombreux/ses à ne plus supporter que près d’un demi-million de femmes subissent chaque année des violences sexuelles, ou que 80 % des femmes disent être victimes de sexisme au travail. La colère gronde !

Tract pour la manifestation du 24 novembre contre les violences faites aux femmes*

Succès du 17 novembre, unissons les colères #MacronDégage

Le 17 novembre, les actions de masse ont rassemblé des centaines de milliers de manifestants en colère sur 2500 blocages. Édouard Philippe peut très bien dire qu’il y avait 285 000 participants, on est bien loin de la réalité : 400 000, 500 000 voire même le double ? Pour beaucoup, majoritairement des travailleur-se-s aux faibles salaires, dans les services, le commerce, la santé, mais aussi des retraités, des artisans, quelques petits patrons aussi parfois. Même si c’est la hausse du prix des carburants (due à la hausse des taxes mais aussi à 60 % à la hausse des prix imposés par les multinationales pétrolières) qui a été le déclencheur, la colère est bien plus profonde.

Partout sur les blocages, les opérations escargot, péages gratuits… on parle de la dureté de la vie, de la difficulté des fins de mois, des impôts qui ne servent pas à financer ce qu’ils devraient (de vrais services publics), de l’injustice de la politique de Macron qui file tout aux riches. Ce mouvement, soutenu par 78 % des employés et ouvriers, a un potentiel gigantesque !

C’est l’expression d’un ras le bol profond, contre tout ce qui ne va pas, contre la marche folle de cette société qui écrase les « petits » et qui ne fonctionne que pour les privilégiés.

Turquie: luttes, crise politique.. Erdogan en chute libre

Actuellement, Erdoğan est en train de préparer l’ouverture en Turquie du « plus grand aéroport jamais construit ». Fin septembre, ce gigantesque chantier a connu un grand mouvement de lutte : 600 ouvriers en grève pour protester contre les conditions de travail esclavagistes. Le chantier a été le cimetière de plusieurs centaines d’ouvriers. La réponse du gouvernement n’a pas tardé : les 600 travailleurs en grève ont été placés en garde à vue. Depuis, une centaine d’entre eux a été libérée, mais pour les autres les nouvelles se font rare.

Article publié dans l’Egalité 192

Syndicats lutter ou collaborer?

les-trois-leaders-syndicaux-pascal-pavageau-fo-philippe-martinez-cgt-et-laurent-berger-cfdt-a-la-manifestation-pour-la-defense-de-la-fonction-publique-le-22-mai-a-paris_6062004Depuis quelques années, des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent dans les syndicats, en particulier à la CGT, contre les directions confédérales qui vont discuter lors des grandes messes de prétendues concertations sociales, très en vogue durant le quinquennat d’Hollande, qui servent à faire avaliser les contre-réformes par les organisations syndicales.

Article publié dans l’Egalité 192

Le 17 novembre et après, la révolte en marche !

Blocage à Guingamp

C’est la révolte contre le président des riches. Depuis que Macron est au pouvoir ça a été : la baisse des allocations pour les plus précaires (APL, AAH…), l’augmentation incessante des prix (péages, électricité, gaz, timbres, transports, alimentation), la baisse des revenus (hausse de la CSG pour les retraités, salaires gelés chez les fonctionnaires, précarité généralisée pour les travailleurs)… alors que pour les riches, l’impôt sur la fortune a été supprimé et les cadeaux n’ont cessé de pleuvoir. À tel point que le nombre de millionnaires en France a augmenté de 259 000 en 2017, alors qu’il y a 9 millions de pauvres !

La goutte de gazole a finalement fait déborder un vase bien trop plein. Plus de 15% d’augmentation depuis janvier, en grande partie dus à la hausse des prix exercée par les compagnies pétrolières. Mais le gouvernement Macron a aussi annoncé vouloir augmenter les taxes sur ce carburant des plus modestes : celles et ceux qui ont déjà dû habiter loin des centre-villes parce que les loyers y sont trop chers, et qui n’ont que leur voiture pour aller se faire exploiter pour un salaire insuffisant.

Unissons la révolte contre Macron !

coul p8 jeunesse en dangerMacron et sa bande volent les travailleurs, les chômeurs, les retraités… pour donner aux riches. En un an, les retraites ont été baissées, les salaires ont reculé, les allocations logement diminuées. Pendant ce temps là, le prix du gaz, de l’essence, des péages, ont augmenté, des millions de travailleurs et leurs familles sont touchés. Et tout cela pour qui ? Les ultra-riches et les multinationales capitalistes. Les riches ont vu leurs impôts baisser, les multinationales comme Total enregistrent des milliards de profits mais ne payent aucun impôt !

Tract lycéen sur la mobilisation du 17 novembre