Victoire pour les grévistes du collège Branly !

Les enseignants ont reçu le soutien de collègues et parents d’élèves lors d’un barbecue qui a réuni une centaine de personnes

Les enseignants ont reçu le soutien de collègues et parents d’élèves lors d’un barbecue qui a réuni une centaine de personnes le 15 juin

Après six mois de mobilisation, la lutte a payé ! Le 1er juin, le personnel mobilisé du collège Branly de Grand Quevilly a enfin obtenu satisfaction sur sa revendication principale : la chef d’établissement ne reprendra pas son service au collège. Un «nouveau pilotage» sera mis en place à la rentrée 2016.

La lutte contre le management agressif de la direction, entraînant une grande souffrance au travail et de nombreux arrêts de maladie (une collègue est toujours en arrêt depuis début décembre) a été longue et dure pour les enseignants mobilisés: deux journées de grève en décembre 2015 et février, une audience au Rectorat en janvier (sans résultat), un droit d’alerte déposé au CHSCT76 (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) en janvier (enquête CHSCT refusée par l’Inspection académique), de nombreux rassemblements devant le collège et devant le Rectorat avec un grand soutien des collègues, des parents, des syndicats, de nombreux distributions de tracts aux parents et aux collègues d’autres établissements.

Le personnel mobilisé a remporté une première victoire fin mars grâce à sa mobilisation: l’Inspection académique a maintenu deux postes de délégués syndicaux qui étaient menacés par une tentative de répression syndicale de la part de la direction du collège.

Cependant, 7 collègues étaient en arrêt de maladie fin mars et la situation était alors devenue insupportable, aussi parce que la direction a continué et accentué son management agressif malgré le diagnostic effectué au collège par deux responsables du Rectorat. Le Rectorat voulaient régler ce conflit en interne, en catimini, tout en maintenant la même direction.

Le personnel mobilisé a fait un tout autre choix: le 9 mai, le personnel mobilisé a commencé une grève reconductible, qui a duré 3 semaines, pour augmenter la pression sur le Rectorat et pour obtenir le départ de la principale, seule condition pour protéger la santé du personnel.

C’est cette grève majoritaire (2/3 des enseignants) et déterminée qui a été décisive : les grévistes ont mené de nombreuses actions (voir page facebook «Branly en lutte»), ont participé aussi aux actions et manifestations contre la loi Travail, ont rencontré des parents qui ont créé un collectif des parents, ont tissé davantage de liens avec les soutiens, les syndicalistes,…

Finalement, le Rectorat a du reculer à cause de la détermination des grévistes et grâce à la pression publique et politique.

Cette lutte victorieuse des grévistes de Branly, qui n’ont jamais accepté le management agressif, ni la loi du silence, a une importance au-delà du collège Branly. Le management agressif est en œuvre dans de nombreux établissements de l’Éducation nationale, de la Fonction publique, sans parler du secteur privé, pour faire passer les suppressions de postes et des contre-réformes. Cette longue mobilisation, très collective et solidaire, et très médiatisée, a montré que la lutte paye, que c’est possible de gagner contre ce management agressif des chefs, très souvent couvert par leurs hiérarchies et qu’il ne faut jamais rien lâcher.

Le soutien sans faille et la grande solidarité (aussi la solidarité financière) de nombreuses personnes (parents, collègues des autres bahuts, syndicalistes, amis et familles,..) et des syndicats ont permis au personnel mobilisé de tenir si longtemps, de continuer la lutte jusqu’au bout.

Pour autant la directrice n’a pas digéré cette victoire des grévistes et a décidé de porter plainte en diffamation contre trois animateurs du mouvement :

« Nos trois collègues risquent d’être condamnés par le tribunal correctionnel à des amendes importantes pouvant aller jusqu’à 10 000 euros, sans parler des frais de justice. Ils ont, comme nous, subi le management agressif de la direction pendant des mois et risquent d’être sanctionnés au niveau pénal, alors que ce management, qui a généré de grandes souffrances, ne le sera pas. Nous dénonçons ces méthodes et cette situation invraisemblable et nous allons défendre nos trois collègues collectivement et publiquement avec l’aide de nos nombreux soutiens. »

branly soutienLe premier juillet, une grève de solidarité aura lieu au collège Branly et un rassemblement solidaire sera organisé devant le palais de justice de Rouen à 12H, soyez nombreux !

Une caisse de soutien en ligne a été ouverte pour soutenir les grévistes attaqués en justice. Participez-y, chaque don compte !

Share Button