Victoire contre la provocation colonialiste en Guadeloupe

destruction d'une nouvelle statue faisant l'apologie du colonialismeUne pseudo-société d’histoire de Guadeloupe, le cercle Auguste Lacour regroupant de nombreux békés (des descendants des colons esclavagistes) voulaient faire ériger une stèle pour rendre hommage « aux hommes qui eurent le courage de tenter l’aventure et prirent possession de l’île au nom du roi de France » en 1635. La justice ne trouvait rien à redire à cet « hommage ». L’un des deux dirigeants de cette expédition, Charles de l’Olive, a eu le « courage » de faire massacrer les indiens Karib avec la volonté de les exterminer de Guadeloupe. Et pendant plus de deux siècles, cette colonie a été le théâtre de l’esclavage des noirs arrachés d’Afrique et de la répression féroce et sanguinaire de leurs révoltes.

Un tel hommage n’est pas « neutre », c’est celui fait à des pillards et à un système raciste, et à l’organisation d’une colonie où les békés blancs, colons propriétaires, avaient pouvoir de vie et de mort sur les esclaves noirs qu’ils exploitaient. Cette stèle n’était rien d’autre qu’une apologie de l’esclavage et une justification d’un ordre social raciste qu’était le colonialisme. Le 29 mars dernier, un appel à une journée d’action contre le racisme a été lancé, beaucoup d’organisations dont le LKP (liannaj kont pwofitasyon, Collectif contre l’exploitation outrancière, qui avait dirigé la grève générale de 2009) ont organisé une marche pour protester et débarrasser la Guadeloupe de cette stèle insultante qui a été renversée et brûlée.

Que le message soit clair, refuser le racisme, c’est en comprendre les racines qui sont en partie dues à la colonisation et au caractère raciste de la Traite des Noirs. Il n’y a pas d’hommage à rendre aux esclavagistes mais bien à rappeler l’horreur de leurs crimes. Nul n’est responsable pour ce qu’ont fait ses ancêtres, mais vouloir leur rendre hommage alors qu’ils ont été de tels criminels, c’est nécessairement justifier la société raciste qu’ils avaient mise en place et insulter les millions de descendants d’esclaves qui peuplent aujourd’hui les Antilles.
Bravo à la mobilisation du 29 mars dernier !

Par Alex

Share Button