Turquie. Arrestation de dirigeants du Parti démocratique des peuples (HDP)

hdp-rallyAppel urgent à la solidarité pour leur libération immédiate

Dans la nuit du 3 novembre, les habitations de plusieurs dirigeants et députés du parti de gauche pro-kurde HDP (Parti démocratique des peuples) ont été attaquées par la police turque. Les deux coprésidents du parti, Selahattin Demirtas et Figen Yuksekdag, ainsi qu’au moins neuf députés ont été arrêtés et placés en détention.

Par Sosyalist Alternatif (section du Comité pour une Internationale Ouvrière dans l’Etat turc)

Le siège du parti à Ankara a également été violemment attaqué. Ces raids ont eu lieu au milieu de la nuit en combinaison du blocage des médias sociaux, une méthode habituelle de l’État pour empêcher les réactions de colère de se propager.

Cela fait suite à la mise aux arrêts des deux co-maires HDP de la ville kurde de Diyarbakir dimanche dernier. Au cours de ces derniers mois, les maires kurdes démocratiquement élus ont été arbitrairement démis de leurs fonctions par le gouvernement et remplacés par des administrateurs nommés agissant conformément à

la volonté du gouvernement central. Tout ceci se passe sous le couvert de la lutte contre le ‘‘terrorisme’’, un prétexte utilisé à la discrétion du régime pour faire taire toute voix d’opposition.

Ces nouvelles arrestations, ciblant des personnalités influentes du HDP et du mouvement kurde représentent toutefois un précédent inédit. Cela marque une nouvelle étape dans la répression qui a lieu en Turquie contre tout ce qui se trouve en travers du chemin du président Erdogan et de son parti au pouvoir, l’AKP, dans leur volonté de renforcer leur emprise sur le pouvoir.

Le HDP est dans la ligne de mire car il s’agit de la principale force d’opposition du pays qui ne s’est pas alignée sur le soi-disant ‘‘consensus national’’ qui a fait suite à la tentative de coup d’Etat militaire du 15 juillet dernier. Le HDP est perçu par Erdogan comme le principal obstacle politique sur la voie de la sécurisation des conditions nécessaires à l’instauration d’une dictature présidentielle.

Après la tentative de coup d’État de cet été, un important contre-coup a eu lieu. Les attaques contre les droits démocratiques se sont intensifiées. Toutes les authentiques voix d’opposition sont ciblées : des universitaires, des journalistes et des militants politiques ont été arrêtés, des milliers de fonctionnaires ont perdu leur emploi et des médias critiques ont été arbitrairement fermés. Lundi dernier, le rédacteur en chef et plusieurs membres du personnel de ‘‘Cumhuriyet’’, l’un des principaux journaux d’opposition turcs, ont été arrêtés.

Parallèlement, la guerre prend de nouvelles proportions pour améliorer le prestige et les ambitions régionales d’Erdogan. Cela augmente le risque d’effusions de sang et d’insécurité pour tous les habitants de la Turquie, du Kurdistan et de la région en général.

Sosyalist Alternatif et l’ensemble des sections du Comité pour une Internationale Ouvrière condamnent ces nouvelles arrestations et exigent la libération immédiate de tous les représentants du HDP. Nous soutenons la mobilisation et les protestations populaires de masse et nous ne tomberons pas dans le piège de répondre aux provocations de l’État par des actions individuelles de violence. Une explosion de voiture a eu lieu ce matin à Diyarbakir, peut-être en réponse aux arrestations, tuant au moins huit personnes. Ce genre de réaction contre-productive ne fera que faciliter les visées de répression et de division du régime. Ces actes minent la construction d’un mouvement efficace d’opposition unitaire contre le régime d’Erdogan.

Plus que jamais, ce qui est nécessaire, c’est l’unité et la solidarité des travailleurs contre la répression, la terreur et la guerre. Le mouvement ouvrier et étudiant ainsi que le reste de la gauche, des deux côtés de la fracture ethnique, doivent se réunir et discuter d’une riposte urgente face à l’assaut de l’Etat turc. Des manifestations de masse et des grèves devraient être organisées à travers le pays, assistées par des actions de solidarité internationale, afin de développer une lutte soutenue capable de défier les politiques d’Erdogan.

• Libération immédiate de tous les dirigeants et élus du HDP
• Restitution de leurs postes aux maires destitués démocratiquement élus
• Fin de l’état d’urgence et de toutes les persécutions contre les voix dissidentes
• Droits démocratiques pleins et entiers, parmi lesquels celui de s’organiser et de protester
• Liberté d’expression et de presse
• Non aux guerres et aux occupations, que les soldats reviennent chez eux
• Pour des actions de protestation unitaires en Turquie et internationalement, comme point de départ d’une riposte contre le règne d’Erdogan
• A bas Erdogan et le régime capitaliste de l’AKP

Envoyez des lettres de protestation au Ministère turc de la Justice à : info@adalet.gov.tr, avec des copies à cwi@worldsoc.co.uk et grcontact@hotmail.com

Share Button