Tragédie au Marché de Noël de Berlin

648x415_marche-noel-berlin-theatre-attaque-terroriste-19-decembre-2016

Le marché de Noël du Jardin zoologique de Berlin le 19 décembre

La compassion avec les victimes ne doit pas être récupérée par les racistes ! Déclaration de Sozialistische Alternative, l’organisation-sœur de la Gauche Révolutionnaire en Allemagne

Le 19 Décembre, un camion est entré à toute vitesse dans le marché de Noël sur la Breitscheidplatz au Jardin zoologique de Berlin. Au moins douze personnes sont mortes, 48 sont grièvement blessées. Bien que les raisons de cette attaque soient encore loin d’être claires, la droite a immédiatement commencé sa récupération. Des politiciens comme Seehofer (le président de la CSU, le parti d’Angela Merkel) ont exigé un changement dans la politique d’immigration.

Notre compassion et pleine sympathie vont avec les victimes de lundi, leurs parents et amis. Ils étaient d’innocents visiteurs et employés du marché de Noël, et un chauffeur de camion polonais. Ces jours-ci, des millions de personnes visitent les espaces publics et les marchés de Noël. Le choc, et le sentiment que cela aurait pu être n’importe qui, empreignent la ville et saisissent les gens dans tout le pays.

Réaction de la droite

Même avant que les faits ne soient clairs, les figures de proue de l’AfD (le parti d’extrême droite) s’étaient déjà exprimé et ont essayé d’exploiter le choc, la peur et l’inquiétude, à leurs propres fins. Le président de l’AfD du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie et député européen Marcus Pretzell a tweeté: « Ce sont les morts de Merkel ! », sous-entendant que l’immigration et les flux de réfugiés étaient la cause de l’attaque. Une campagne du parti nazi NPD annonce pour mercredi 21 décembre à 18h00 une manifestation à Bahnhof Zoo à sous le titre « faire fermer les frontières – les mains de Merkel sont pleines de sang. » Les médias sociaux déversent le racisme anti-musulman. Il faudra résolument ne pas se laisser diviser, peu importe qui est responsable de l’attentat. Parce qu’il se trouve que la revendication de Daesh est authentique, cela ne signifie pas que « l’islam » ou « les musulmans » sont responsables, mais une droite, réactionnaire et une dictature, un soi-disant mouvement politique dont les victimes sont principalement les musulmans et musulmanes au Proche-Orient et au Moyen-Orient.

La droite veut nous diviser selon l’origine, la religion ou la sexualité afin de faire passer son programme anti-social, alors qu’en même temps ils n’ont aucune solution à offrir contre le terrorisme. Les organisations terroristes n’ont absolument pas besoin de passer par les routes que prennent les réfugiés ou le droit d’asile. Il a ainsi été dit que deux des attaquants des attentats de Paris étaient supposés s’enregistrer comme réfugiés, dans une volonté consciente de discréditer les demandeurs d’asile. Cette réaction raciste sert les groupes réactionnaires de l’islam politique de droite. La guerre et la discrimination raciste sont des arguments importants dans le recrutement en Allemagne et à l’étranger pour eux.

À juste titre, il y a une grande indignation contre ces premières réactions de la droite. Beaucoup de gens ont partagé des commentaires ou des photos sur Facebook avec cette phrase : « Les terroristes et les droites ne doivent pas et ne sauront pas gagner ! ».

État de guerre ?

Même les chefs des partis établis ont été rapides à tirer des conclusions. Le chef de la CSU Horst Seehofer a demandé un changement de la politique d’immigration et de sécurité. Et voilà les victimes coupables. Le président de la Conférence des ministres de l’Intérieur a dit que l’on serait en « état de guerre ». Contre qui, ça il n’a pas répondu. À une époque où le gouvernement fédéral, en dépit de grandes protestations, conduisait des expulsions vers l’Afghanistan et où les opérations de l’armée allemande étaient rejetées par de nombreuses personnes, certains dirigeants politiques ont été rapides à exploiter la douleur et le choc pour demander le renforcement de l’armement d’État et des lois plus dures sur le droit d’asile.

Il s’agit d’un acte horrible. Un acte qu’un assassin impitoyable aurait pu commettre presque n’importe où.

À moins que soient éliminées les causes qui font que les forces terroristes ont une base sociale parmi les opprimés et exploités, il y a un grand danger que quelque chose d’aussi horrible se reproduise.

Il y a une grande colère contre la droite, les droites, les migrants ont peur qu’il pourrait y avoir des représailles contre eux. Encore et toujours, les migrants, en particulier ceux originaires du monde arabe seront rendus coupables de quelque chose que l’immense majorité d’entre eux rejette.

Il existe à juste titre une forte volonté, de ne pas céder aux terroristes, de ne pas paniquer, ne pas renforcer la droite et ne pas permettre l’instrumentalisation de l’attaque. C’est juste, mais cela ne suffit pas. Les syndicats et la gauche doivent scruter les mesures étatiques qui sont prises et les critiquer si nécessaire. Les préjugés racistes et les mobilisations de droite doivent être combattus. Si les nazis manifestent, ils doivent être arrêtés en masse.

Peu importe qui est responsable de l’attaque de Berlin, une spirale de la guerre et du terrorisme s’est développée ces dernières années, qui effraie profondément de plus en plus de gens. Il faudra donc aussi montrer comment sortir du système capitaliste qui domine le monde entier, qui est responsable de cette spirale et n’a aucune solution à y offrir.

 

Par Michael Koschitzki, Berlin, le 20 décembre 2016

Share Button