Soutenons les grèves des travailleurs sans papiers

sans-papiers-occupation-chronopost-alfortvilleDébut octobre, en quelques jours, les 130 travailleurs sans papiers des 12 piquets de grève ont arraché leur régularisation et des conditions de travail décentes. Ils ont refusé de continuer à être payés pour certains 1400 € pour 15h de travail, 6 jours/7 !

Cette situation vulnérable des travailleurs sans papiers, les patrons voyous la connaissent bien et s’en frottent les mains. En ce moment, depuis 5 mois, les grévistes de Chronopost Alfortville luttent pour des revendications similaires. Ils sont déjà allés sur d’autres piquets – comme celui des femmes de chambre de l’hôtel Ibis Batignolles – pour faire connaître leur grève, mais aussi le 7 novembre à la maison de quartier Villejean de Rennes. Eux aussi peuvent gagner, grâce à notre soutien !

Par Pauline Isambert

Share Button