Partout et ensemble : dégageons l’extrême droite !

logo-msedPorté par les médias, le FN se sent pousser des ailes et consolide ses positions dans les sondages d’opinion. En juin dernier, un sondage Ifop les créditait de 21 % pour les futures élections européennes, ex aequo avec le PS et l’UMP.

 Pourquoi cette montée du FN ?

• D’un côté il y a l’appauvrissement croissant de la population avec les attaques sociales qui s’enchainent, les gigantesques écarts de richesse mis au jour, les scandales de corruption et les choix politiques du gouvernement en faveur des riches qui maintiennent un climat de défiance envers les capitalistes et les partis traditionnels qui les représentent.

• De plus, aucune alternative de gauche ne met réellement en avant des réponses à toutes ces préoccupations. Le FDG, qui se présente comme le grand opposant du FN, ne dénonce pas clairement la dérive droitière du PS. Il développe des arguments chauvins qui sont finalement réutilisés par le FN, qui les lie de manière plus claire à la dérive du système.

• Enfin, le FN fait tout pour récupérer l’électorat qui n’a plus confiance dans la politique des partis traditionnels. Qu’ils soient clairement de droite comme l’UMP ou qu’ils se prétendent encore de gauche comme le PS, ils reprennent tous, à différents niveaux, les thématiques racistes, discriminatoires et sécuritaires du FN. Ce dernier représente d’ailleurs le parti du mécontentement pour 1/4 de la population. Il a su adapter son discours à la colère qui règne parmi les travailleurs, en présentant l’Europe et les politiques néo-libérales comme nuisibles à la France et en teintant son discours raciste de revendications sociales.

 Tous ensemble, barrons la route à l’extrême droite !

Le vote « utile » pour les partis traditionnels qui font une politique de misère et de chômage qui rend la vie des travailleurs avec ou sans emploi de plus en plus difficile est contre-productif pour lutter contre le FN. L’approche moraliste portée jusqu’alors par certains partis ou associations pour stopper ce parti populiste, nationaliste et raciste n’a jamais servi à rien pour convaincre celles et ceux qui sont tentés par ce parti.

Il est important de démonter le programme du FN car toutes ses propositions restent dans le cadre du capitalisme et ne remettent pas en question l’exploitation et l’enrichissement d’une classe minoritaire au détriment de la majorité. Diviser les travailleurs sur base de leur origine, de leur religion ou de leur sexe, est une tactique des capitalistes pour maintenir leur hégémonie. Cela permet de détourner la colère qui devrait normalement s’abattre sur leur dos.

Pour combattre le FN, il nous faut une vraie opposition de gauche qui réponde sur le fond aux arguments racistes qui permettent aux travailleurs de s’organiser pour lutter et qui montre les vraies responsables de la crise et de la misère inhérente à ce système : les capitalistes et leurs représentants politiques.

 Luttons contre le FN et le capitalisme !

Les luttes pour les salaires, contre les plans de licenciements ou pour l’amélioration des conditions de travail ont été très nombreuses ces derniers mois dans les entreprises et dans les services publics, mais elles sont restées trop isolées. Nous avons besoin que les luttes convergent pour mettre un coup d’arrêt à la politique libérale menée par le gouvernement Hollande-Ayrault qui continue à faire payer la crise du capitalisme à la classe ouvrière.

C’est à travers une lutte collective contre ce gouvernement et le capitalisme que nos intérêts communs se révéleront pour beaucoup et que la haine se transformera en énergie pour combattre les inégalités et les divisions. C’est dès maintenant, avec les salariés des entreprises qui ferment, avec ceux des services publics dont les postes sont supprimés, en soutenant celles et ceux qui luttent pour des augmentations de salaires, ou auprès des précaires et des chômeurs, qu’il faut combattre, tous ensemble; pour reprendre l’initiative et redonner l’espoir. Nous devons montrer notre force par une grève totale qui bloque l’économie pour mettre fin aux politiques autoritaires et en faveur des riches et des patrons.

C’est bien la pauvreté, l’exploitation et les guerres engendrées par le capitalisme et sa division en classes sociales inégalitaires qui sont le terreau pour le racisme et le fascisme. C’est pourquoi la Gauche révolutionnaire lutte pour une société socialiste où ce seront les travailleurs, quelles que soient leurs origines, qui auront en main l’économie et la dirigerons ensemble de manière démocratique pour satisfaire les besoins de tous et toutes.

Share Button