Élections en Turquie: Erdogan perd Ankara mais la répression ne cesse pas

Manifestation en soutien aux candidats HDP à Istanbul le 24 mars 2019 (AFP) Les manifestantes portent les visages des grévistes de la faim Zülküf Gezen et Leyla Güven

Manifestation en soutien aux candidats HDP à Istanbul le 24 mars 2019 (AFP)
Les manifestantes portent les visages des grévistes de la faim Zülküf Gezen et Leyla Güven

Lors des élections municipales turques du 31 mars 2019, le quasi-dictateur Erdogan a pris une claque avec la perte de grandes villes, notamment Istanbul et la capitale Ankara, au profit du parti républicain (CHP). C’est en partie grâce à l’appel de Demirtas, co-président du HDP (parti kurde), à voter contre Erdogan qui, de plus, n’a pas présenté de candidats dans les
grandes villes.

Article publié dans l’Egalité 195

Rouen: personnels non enseignants en grève dans les écoles

2291Le 25 avril, à l’appel de la CGT territoriaux les personnels non enseignants des écoles maternelles et primaires de la ville se sont mis massivement en grève. 53 des 54 écoles de la ville n’ont pas tenu de cantine et 300 grévistes étaient présents au rassemblement devant la mairie avant de l’investir. L’entrée dans la mairie, l’installation dans la salle du conseil municipal et la participation collective à une réunion avec les responsables de la mairie ont été déterminées et joyeuses. sont en grève reconductible. C’est une forte mobilisation tellement le ras le bol est grand : fatigue, travail précaire de beaucoup. La grève a été reconduite dans plus de 30 écoles. Les services de restauration, l’accueil et les garderies sont fortement impactés.

Algérie: mouvement de masse et révolution

p2 manif algerLe mouvement de masse initié en février a clairement établi les deux camps en lutte. D’un côté, le peuple : travailleurs, chômeurs, étudiants, femmes ou hommes, et de l’autre l’opposition politique soi-disant démocratique (mais qui rêve de prendre la place du pouvoir actuel sans changer grand-chose), les islamistes, les grands patrons et affairistes, les intellectuels bourgeois et le régime avec ses militaires et ses bureaucrates. C’est une lutte de classes entre un peuple dépossédé et un régime qui détient tous les pouvoirs et toutes les richesses.

Pompiers débordés, population en danger!

indexC’était le slogan des pompiers des Deux-Sèvres qui ont manifesté à Niort le 27 avril. Ils sont en grève depuis le 6 mars et plus d’une centaine d’entre eux, professionnels et volontaires, se sont mobilisés pour dénoncer le manque d’effectifs qu’ils subissent. Ils ont besoin d’embauches de pompiers avec un véritable statut et de plus de moyens pour intervenir dans de meilleures conditions, ce qui veut dire réduire les risques pour eux-mêmes et pour les victimes à secourir ou les infrastructures à protéger.

Annonces de Macron: encore de l’enfumage

macronMacron a déclenché son grand « débat » lors du mouvement des gilets jaunes. Poussé par la révolte, il a voulu nous faire croire à une profonde écoute et une volonté de changer. Or si on regarde mieux les annonces qu’il a faites fin avril, il ne s’agit que de petites réformes mais rien qui change sur le fond : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’État, des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté. Pas de hausse des salaires, ni retour de l’ISF…

Macron, Philippe, Castaner: qu’ils dégagent tous! Il faut une lutte de masse et une grève tous ensemble

gilets-4214669

Manifestation du 1er Mai à Toulouse

Les Gilets Jaunes ont révélé avec fracas l’injustice de la situation de millions de personnes : travailleurs, avec ou sans emploi, jeunes, retraités… On survit avec des salaires trop faibles, on subit la pression du management agressif partout, Macron continue à fermer et privatiser nos services publics et à casser notre Éducation, et on nous dit qu’il n’y a pas d’argent dans ce pays. Mais la révolte qui a commencé à éclater a aussi montré qu’on est des millions à ne plus vouloir continuer comme ça.