Municipales à Istanbul : « celui qui perd Istanbul perd la Turquie »

Aux élections municipales du 31 mars dernier, le CHP (centre-gauche) a été reconnu comme vainqueur en gagnant des villes comme Ankara ou encore Istanbul. Suite à la contestation par l’AKP (le parti du président-dictateur Erdoğan), l’élection d’Istanbul a été annulée, alors que le candidat CHP Imamoglu l’emportait avec plus de 13 000 voix d’avance. Le 23 juin, les Stanbouliotes sont retournés aux urnes et le CHP l’a emporté une deuxième fois avec cette fois… plus de 777 000 voix de d’avance, à 54,03 % contre 45,09 % pour l’AKP. Il s’agit d’une perte très importante pour l’AKP qui dirigeait la métropole depuis 25 ans. Cet échec est d’autant plus cuisant quand on sait qu’Istanbul, ville la plus peuplée du pays (16 millions d’habitants), représente un tiers du PIB de la Turquie.

Victoire des grévistes de Campanile et Première Classe Pont-de-Suresnes

cgtDepuis le 21 mai, la Gauche Révolutionnaire soutient la grève de ces deux hôtels, dirigée par la CGT HPE. Les gouvernantes n’avaient pas de salle pour elles afin d’organiser leur travail. La direction surveillait en permanence les travailleurs jusqu’à interdire leurs pauses pipi ! Tous les travailleurs subissaient le sous-effectif permanent et la direction n’y faisait rien. Après 32 jours de grève, Louvre Hotel a craqué ! Les grévistes obtiennent des augmentations de qualifications, de salaires et de mensualisations, ainsi que l’amélioration de leurs conditions de travail. Les augmentations pour les lingères et femmes de chambre peuvent aller de 250 à 500 € par mois, avec l’augmentation du temps de travail et la requalification ! Deux CDD seront transformés en CDI. La lutte a payé, une belle victoire pour le syndicalisme de lutte de classe !

Élections us 2020 : énorme potentiel pour un nouveau parti

Bernie-MedicareForAll-1068x712La situation aux États-Unis est bien plus polarisée aujourd’hui qu’il y a cinq ans : Trump mène une politique raciste et misogyne, attaque sans cesse les droits des travailleurs et coupe les budgets alloués aux services publics. Ce n’est pas anodin si l’année 2018 fut l’année avec le plus de luttes et de journées de grèves aux États-Unis depuis 1986 : la colère est énorme !

Contre Trump, une autre primaire démocrate ratée ?

On connaît à présent les vingt candidats à la primaire démocrate, parmi eux Bernie Sanders est certainement le candidat le plus à gauche. En 2015, il avait un programme centré autour du « Medicare for all » (une protection médicale publique), l’accès à l’université gratuite et un salaire minimum sur l’ensemble des États-Unis à 15 $ de l’heure. Cela lui a permis de réunir autour de lui énormément d’électeurs lors des primaires démocrates et de populariser l’idée du « socialisme » à une échelle de masse. Les magouilles des bureaucrates du Parti démocrate l’ont empêché de gagner la primaire face à Hillary Clinton puis éventuellement face à Trump.

France insoumise : la nécessité d’une force de lutte contre le capitalisme

maree_populaire_26022018La France insoumise a été ces deux dernières années la force la plus visible face à Macron. Forte des 7 millions d’électeurs pour Mélenchon en 2017, la FI avait acquis une certaine audience, et les manifestations massives appelées par le mouvement ou soutenues par celui-ci (comme la manif « fête à Macron » du 5 mai 2018) ont montré le potentiel qui existe et le rôle que peut jouer une nouvelle force politique défendant les intérêts des travailleurs et travailleuses, des jeunes et de la majorité de la population. Mais le score fait aux européennes déçoit, car la FI passe de 2,5 millions d’électeurs aux législatives de 2017 à 1,4 à cette élection. Alors quelles leçons ? Que proposer ? Le potentiel que représente la FI est-il encore suffisant pour rebondir ?

La campagne présidentielle de Mélenchon avait permis de s’adresser à des couches larges dans la population, popularisant un programme qui rejette le capitalisme. En ce sens, la création de la France insoumise a été un vrai pas en avant, que beaucoup de forces qui veulent (ou disent vouloir) en finir avec le capitalisme auraient pu aider à faire car le cadre était entièrement ouvert. Même si on trouve d’importantes limites au programme « l’avenir en commun » ou que l’on peut reprocher au « personnage » Mélenchon des exagérations, (bien que cela est secondaire), l’existence de la FI permet la défense des intérêts du plus grand nombre face à ceux des capitalistes incarnés par Macron, la droite, le PS et le FN.

Fnac de Rouen : licencié pour ne pas avoir vendu assez de contrats d’assurance !

fnac rouenÀ la Fnac, il ne suffit plus de vendre des smartphones ou des appareils photos, les employés doivent aussi proposer systématiquement des services annexes : assurances, extension de garanties, accès pour avoir son propre site web (Hubside). Le taux de réussite de vente pour chaque salarié doit être conséquent. Les pressions des managers sont énormes : il faut faire du chiffre ! Certains vendeurs sont poussés à la démission.

Cyril, lui, salarié depuis 14 ans à la Fnac de Rouen a été licencié. Il a refusé les méthodes de vente pour ces services, pas correctes vis à vis des clients. En fait sous couvert d’un remboursement de 30 euros à l’achat, un mois de gratuité, possibilité de se rétracter, c’était un contrat d’assurance qui était vendu. Arnaque totale !

Baisse de l’impôt sur le revenu : une arnaque !

Macron profite du mécontentement général sur le faible niveau de vie pour annoncer une baisse de l’impôt sur le revenu. Or ce dernier est le moins injuste des impôts car il devrait fonctionner sur la base de chacun qui contribue à la hauteur des besoins. Depuis longtemps, cet impôt est tronqué, la part prélevée sur les salaires moyens est bien plus importante que sur les hauts revenus. Chaque mesure visant à casser l’impôt sur le revenu s’accompagne de nouvelles taxes, ou de hausses des anciennes. Ainsi, la TVA qui est désormais à 20 % et n’a cessé d’augmenter, la CSG et bien sûr les taxes sur les carburants. Ces taxes sont l’impôt le plus inégalitaire : quel que soit son revenu, on paye 20 % plus cher les produits ; selon qu’on gagne 1000 euros par mois ou 10 000, le coût n’est pas le même et l’inégalité se creuse.