Soudan, la révolte n’est pas écrasée !

soudan2_m_0Excédés par l’augmentation des prix et le chômage, le mouvement révolutionnaire des travailleurs et du peuple Soudanais a mis fin au pouvoir du dictateur Omar el-Bechir. Néanmoins couper une tête ne tue pas l’hydre et les manifestations continuent.

Le lundi 3 juin, le sit-in qui se déroulait devant le ministère de la Défense depuis 5 mois dans la capitale a subitement pris fin lorsque les « Forces de Sécurité » ont tiré sur les manifestants qui réclamaient la fin du pouvoir militaire et des élections démocratiques !

Préparons une grève et une lutte de masse pour dégager Macron et toute sa politique!

direct-guerre-des-chiffres-entre-le-ministere-et-les-syndicats-enseignantsDes milliards pour les riches et les patrons, pour nous précarité, privatisations casse des retraites… Assez! Macron et Philippe poursuivent de leur côté leur contre-révolution sociale à coups de réformes de l’éducation, de l’assurance chômage, des retraites, de privatisation des Aéroports de Paris et des barrages hydro-électriques… Tout ce qu’ils touchent devient or pour les gros actionnaires. Mais ils savent que la colère ne s’est pas éteinte. Ils sont assez satisfaits que les élections européennes ne les aient pas trop exposés et affaiblis.

Géodis Calberson, stop à la répression et aux licenciements!

geodiscgt_0La répression anti-syndicale règne au sein de l’entreprise Géodis Calberson, filiale du groupe SNCF, l’une des plus grandes entreprises de transport du pays. Depuis mi-mars, sur la plate-forme de Gennevilliers dans le 93, 7 travailleurs ont été licenciés pour des prétextes fallacieux, et mi-juin, la direction avait déjà planifié 11 entretiens préalables à licenciement, pour des motifs bidon. Tous les travailleurs licenciés ou convoqués sont membres de la CGT et ont déjà participé à des grèves ou à des blocages sur le site pour dénoncer les bas salaires et les mauvaises conditions de travail.

Le rôle historique des dockers pour empêcher la guerre

dockers

Le 30 juin, Carola Rackete, capitaine du navire Sea Watch, a été arrêtée pour avoir sauvé des migrants et appliqué le principe de base de la navigation maritime : toute personne en situation de détresse doit être secourue. Les dockers de Gênes ont déclaré être prêts à ouvrir le port pour accueillir le navire

Le 28 mai dernier, les dockers de Marseille ont indiqué qu’ils « ne chargeront aucune arme, aucune munition pour quelque guerre que ce soit » en refusant de charger des armes à destination du Yémen. Une semaine plus tôt, les dockers italiens se sont mis en grève au port de Gênes pour bloquer tout chargement de matériel susceptible d’être utilisé à des fins militaires.

Cela s’inscrit pleinement dans l’histoire militante des dockers. Dans les années 1950, au port de Bordeaux, ils furent les protagonistes actifs de l’opposition aux débuts de la guerre d’Indochine en se couchant devant les trains d’armement.

Pride 2019: pour une société sans discriminations!

AFFICHE GAYPRIDE 2018-page-001Macron veut se faire passer pour un libéral en faveur d’une plus grande égalité en particulier en pour les jeunes et les LGBT. Mais depuis le début de son mandat, les droits n’ont pas avancé !

Depuis le mariage gay, les droits pour les LGBT piétinent : don du sang toujours interdit aux hommes homo- sexuels, démarches administratives lourdes pour les changements d’état civil, coupes budgétaires dans les – nancements des associations en charge d’accueillir et d’aider les jeunes LGBT… Alors que les jeunes en rupture familiale n’ont toujours aucun moyen d’aide et d’accueil, et que le nombre d’agres- sions homophobes ou transphobes augmente encore, que des migrants qui continuent de fuir leur pays en raison de leur orientation sexuelle ne sont pas accueillis en France, le gouvernement continue une politique qui opprime les personnes LGBT.

La lutte révolutionnaire du peuple algérien doit triompher !

bejaia 25 juin manif étudiante

Mardi 25 juin – Manifestation des étudiants et enseignants de l’université de Bejaia, pour le départ du système, contre la mise en place d’un système militaire et pour protester contre la détention des manifestants ayant brandi le drapeau amazigh

Depuis plus de 18 semaines, les mobilisations continuent. Notamment de la part des étudiants. Le mardi 25 juin a eu lieu la 18ème semaine de la manifestation des étudiants. Notre camarade sur place a pu en faire partie et notamment assister à la thématique principale des slogans, qui correspondaient à la dernière manœuvre du gouvernement qui est celle de diviser le peuple en utilisant un moyen sensible qui est celui de l’identité culturelle. Le chef de l’armée, Gaïd Salah, a déclaré vouloir interdire tout drapeau autre que « l’emblème national ». Le régime entend donc décider ce qui peut être présent dans les manifestations qui veulent la chute du régime ? Évidemment, c’est le drapeau berbère, représentant pourtant tous les peuples d’Afrique du Nord, quelle que soit leur langue, qui est visé. Suite à cela, plusieurs manifestants ont été arrêtés pour la simple raison qu’ils ont brandi un drapeau amazigh, les étudiants ont donc fait un cortège aux côtés des enseignants jusqu’au palais de justice pour exiger leur libération.

Également plusieurs appels à la grève générale ont été lancés pour la journée du 25 juin à Ouzellaguen, commune de la wilaya de Béjaïa, et aussi à Bouira et Boumerdès, tout était fermé sauf les urgences, pharmacies et les transports en commun.