Explosion à l’usine Saipol de Grand-Couronne, près de Rouen

saipol-rouen-854x569Une explosion suivi d’un incendie s’est produite à l’usine Saipol (classé SEVESO) de Grand-Couronne près de Rouen vendredi 13 Mars 2020 en début d’après-midi. D’après Patrice Dupray, maire de Grand-Couronne, « Il n’y a pas de blessé et pas de risque de toxicité, ce n’est pas Lubrizol », ces informations ont été approuvés par le préfet.

Le feu a été maîtrisé vers 14h, et les enfants des écoles alentours ont été confinés. Par ailleurs, un périmètre de sécurité de 500 mètres a été mis en place.

Ce n’est pas première fois que l’agglomération de Rouen est confronté à l’explosion d’usine classée SEVESO. Le 26 Septembre dernier, le site Lubrizol avait explosé laissant derrière lui un nuage de fumées toxiques dont les effets sont toujours visibles dans la ville.

Municipales 15 et 22 mars : Votons « Décidons Paris » !

decidons parisParis est l’enjeu d’un match assez terrible pour qui n’en croit que les médias capitalistes. Après le retrait de la candidature de Griveaux, ce qui va malheureusement nous empêcher de le voir se prendre une défaite monumentale, c’est l’ex-ministre de la destruction de la Santé, Agnès Buzyn, qui va donc porter les couleurs de Macron.
Bolloré -pardon- Les Républicains, présentent Rachida Dati avec le projet de s’accaparer les fonds des Jeux Olympiques de 2024… À gauche, c’est encore une fois la triste alliance entre le PS d’Hidalgo et ses acolytes de Générations (Hamon), certains des Verts et… le PCF de Ian Brossat. Et ce sans scrupules, alors que la mairie fait une politique ouvertement anti-pauvres et envoie les CRS déloger les éboueurs en grève !

Besoin d’élus combatifs contre les politiques d’austérité

870x489_20191109_141849Les réductions de budget des collectivités territoriales (municipalités et départements) ont été un des axes majeurs des politiques d’austérité menées depuis la fin de la présidence Sarkozy. De manière organisée et planifiée par le gouvernement et la direction du ministère des Finances publiques, des baisses de dotations budgétaires ont été imposées aux municipalités. Et celles-ci s’aggravaient si les mairies ne baissaient pas elles-mêmes les services rendus à la population. Un système de malus a ainsi asphyxié les municipalités. Si les critères, définis par les lois de finances, ne sont pas respectés, la dotation baisse aussi.

8 mars et après: travailleuses, jeunes, retraitées… contre le sexisme et pour l’égalité

Aff 8 mars 2020Aujourd’hui, l’égalité hommes-femmes est supposée être acquise. Mais les femmes travailleuses savent très bien que ce n’est pas le cas ! Les discriminations sont toujours bien présentes, les salaires ne sont toujours pas égaux. Les services publics insuffisants et/ou bien trop chers (crèches, soins aux personnes âgées, etc.) font que toutes ces tâches, qui devraient être assumées socialement, reposent avant tout sur les travailleuses.
Et la politique de Macron c’est double peine pour les femmes ! Avec la casse des retraites par exemple, les femmes seront encore les grandes perdantes. Le système à points va renforcer gravement les inégalités dues aux petits salaires, aux temps partiels subis et aux interruptions de carrière.

Décidons Petit-Quevilly, une liste contre la casse sociale

P3 ptq

Les réductions de budget des collectivités territoriales (municipalités et départements) ont été un des axes majeurs des politiques d’austérité menées depuis la fin de la présidence Sarkozy.
Dans ces municipales, la Gauche révolutionnaire soutient les listes qui visent à rassembler les travailleur-ses, les habitant-es, « simples citoyens » comme cela est souvent utilisé, qui veulent dire stop aux politiques de casse sociale mises en place élection après élection. Lors de son assemblée représentative de juin dernier, la France Insoumise avait elle-même adopté un texte combatif, rejetant les politiques d’austérité, et toute alliance dans les élections avec les partis qui les avaient menées. En accord avec cela, nous soutenons des listes au programme combatif et qui excluent toute alliance avec le Parti socialiste et qui s’opposent à la droite, à LaRem de Macron, et au RN de Marine Le Pen.

Avançons vers une lutte massive des étudiant-es !

P2rouenFace aux attaques de Macron, les étudiant-es s’organisent dans les facs depuis janvier. Dans plusieurs universités, des Assemblées Générales (AG) se forment et sont de plus en plus suivies par les étudiant. Dans les manifs, des petits cortèges étudiants se constituent. Les inquiétudes sont multiples : bien sûr il y a la réforme des retraites, mais il y aussi la fusion des universités, la loi sur la recherche (LPPR), la vétusté des bâtiments, le manque de moyens, la précarité étudiante… autant de bonnes raisons d’être en colère et de se battre contre ce gouvernement.