Hôpitaux St Maurice : non au Plan de Réduction des Effectifs !

36670192_1858884590843022_8948263919663710208_n

Rassemblement à l’hôpital St-Maurice le 3 juillet

Les 22 juin et 3 juillet, le personnel des Hôpitaux Nationaux St-Maurice (rassemblant Hôpital Psychiatrique, maternité, Soins de suite et réadaptation, et dialyse) s’est mobilisé devant les bureaux des RH pour dire non au PRE, le « plan de retour à l’équilibre », plan social qui prévoit la destruction de 67 postes (dans un premier temps). Voilà comment le gouvernement Macron compte combler le déficit en milieu hospitalier, alors qu’il faudrait au contraire augmenter le budget, les financements et les postes. Car ce PRE n’apportera rien d’autre que de la souffrance. Pour les patients, qui verront leur accès aux soins diminuer et perdre en qualité, et pour le personnel soignant qui devra encore un peu plus se débattre pour assurer le service dans des conditions toujours plus dégradées. C’est pourquoi il faut s’unir, personnel et patients, pour faire front à cette nouvelle attaque de Macron. La mobilisation du 22 juil a envahi le Conseil de surveillance de l’hôpital, et fait ajourner le vote sur le PRE. Le 3 juillet, la mobilisation a été soutenue par les kinés qui se préparent aussi à une grève nationale le 5 juillet. Quatre-vingt personnes se sont rassemblées et la direction de l’hôpital a appelé des vigiles pour empêcher les personnels de s’exprimer face aux cadres ! Cela ne les a pas empêchés de manifester dans l’enceinte du parc de l’hôpital aux cris de « ARS : rends l’argent ! ». À suivre !
Les services publics nous appartiennent, défendons-les ! Aide-soignant-e-s, infirmier-e-s, médecins, et patients, tous unis contre le PRE et toute cette politique destructrice !

Mato

La Turquie après les élections : Interview d’Ismail Okay, Sosyalist Alternatif (CIO-Turquie)

HDP2L’interview ci-dessous a été réalisée par nos camarades du SAV, la section allemande du Comité pour une Internationale Ouvrière (CIO).

Comment analysez-vous les résultats des élections pour Erdoğan et son alliance avec le MHP ?

Le référendum de l’année dernière a abouti à un système présidentiel en Turquie, mais il ne devait être introduit qu’après les prochaines élections. C’est l’une des raisons pour lesquelles des élections anticipées ont été organisées. Une raison encore plus importante est la situation alarmante de l’économie. Bien qu’il y ait une reprise économique sur le papier, elle semble très différente dans la vie réelle pour les masses. Erdoğan a considéré une possible crise économique comme une menace majeure pour sa préservation du pouvoir. Avec cette victoire électorale, le régime d’Erdoğan est consolidé.

Nous voulons être nous-mêmes! Stop à l’homophobie et aux discriminations!

P8 Pride 2017Juin 2018 a été un « mois des fiertés » (Pride Month) dans de nombreux pays. Des droits nouveaux sont gagnés comme celui de se marier. Cependant, des actes et des décisions politiques montrent des régressions. Revendiquer est toujours d’actualité. En France aussi, les prides peuvent jouer un rôle essentiel pour dénoncer et mobiliser bien au-delà des associations LGBT et se battre pour obtenir l’égalité des droits complète pour tous et toutes !

La poudre de perlimpinpin

Macron peut se fait prendre en photo pour la fête de la musique à l’Elysée avec Kiddy Smile arborant un t-shirt « fils d’immigrés, noir et pédé », les actes de Macron président parlent autrement depuis un an. Les promesses électorales de Macron sur les droits LGBT n’ont clairement pas été tenues. Le changement d’état-civil est encore très difficile, les agressions homophobes restent nombreuses… Au quotidien la vie de nombreux LGBT est très délicate.

Article publié dans l’Egalité 190

Les cheminots continuent la lutte. La bataille du rail est elle perdue?

P4 CheminotsLa grève des cheminots démarrée en mars est historique par sa longueur et elle aura bien mis en difficulté le gouvernement. Sur toute la durée du conflit, les taux de grévistes étaient importants. La manifestation nationale du 22 mars a rassemblé plus de 40 000 cheminots à Paris, deux « journées sans cheminot » ont été un succès et malgré toutes les tentatives de la SNCF pour masquer les chiffres et la propagande anti-cheminot des médias et du gouvernent, cette grève a reçu un large soutien de la population.

Le gaz en hausse et la précarité énergétique avec !

augmentation-prix-gaz-crise-economie-paie-cou-L-16,5 %, c’est l’augmentation prévue du tarif réglementé du gaz au 1er juillet. En cause : la hausse des coûts d’approvisionnement et des infrastructures, mais aussi une augmentation des « coûts commerciaux » de 2,6 %. Une fois de plus c’est la population, qui va mettre la main à la poche au lieu de faire baisser les profits des actionnaires. Cette décision touche de plein fouet les familles les plus pauvres qui consacrent 15 % de leur revenu aux dépenses énergétiques contre seulement 6 % pour les plus riches alors même que 9 millions de personnes sont en précarité énergétique en France.

Que dire aussi des mystérieux « coûts commerciaux » en hausse ? Ce n’est lié ni aux salaires, ni aux embauches : Engie fait payer le coût faramineux du démarchage publicitaire destiné à mettre fin aux abonnements réglementés soi-disant « contraires aux règles européennes »… mais surtout contraires aux besoins des capitalistes d’augmenter les prix comme ils le souhaitent !

Comment le OUI a-t-il remporté le référendum irlandais sur l’avortement ?

Ruth Coppinger prend la parole à un rassemblement au lendemain de la tenue du référendum. « Nous sommes rentrés dans l’Histoire! »

Ruth Coppinger prend la parole à un rassemblement au lendemain de la tenue du référendum. « Nous sommes rentrés dans l’Histoire! »

Le référendum sur la suppression de l’interdiction constitutionnelle de l’avortement (le 8e Amendement) qui s’est tenu le 25 mai dernier a abouti à une éclatante victoire pour le camp du OUI. 66,4 % des participants au référendum se sont prononcés en faveur de son abolition contre 33,6 % dans le camp opposé, alors que le taux de participation était de plus de 64 %, soit le taux le plus élevé jamais enregistré pour un référendum en Irlande. Ce résultat est quasiment l’exact opposé de celui de 1983 qui a imposé l’interdiction de l’avortement. Mais, cette fois, près d’un million de personnes de plus y ont participé. Le gouvernement a déclaré avoir l’intention de légiférer pour permettre l’avortement jusqu’à 12 semaines sans conditions, conformément aux propositions de l’Assemblée citoyenne (mise en place en 2016 pour débattre de l’IVG, NDT). Cela ne peut être interprété que comme un puissant vote pro-choix.

Les politiciens de l’establishment et les médias essaient désespérément de réécrire la véritable histoire de la lutte radicale qui a donné naissance à ce changement. Ce qu’ils redoutent par-dessus tout, c’est que la population en tire confiance et réalise qu’elle est capable d’organiser par elle-même de puissantes luttes de masse sur toutes les questions clés de société et même d’entrer en confrontation ouverte avec l’ensemble du système capitaliste lui-même, un système qui repose sur le principe de l’inégalité.

Ruth Coppinger – membre du Socialist Party et députée de Solidarity (un mouvement plus large auquel participe le Socialist Party et qui dispose actuellement de trois élus au Parlement irlandais : Ruth Coppinger, Paul Murphy et Mick Barry) – a été consciemment exclue des médias nationaux durant la durée de la campagne alors qu’elle est une des figures clés du mouvement. Cet article, écrit par des membres du Socialist Party, tente de remettre les pendules à l’heure. Au côté d’autres activistes, le Socialist Party a joué un rôle vital dans la campagne nationale de ROSA (for Reproductive rights, against Oppression, Sexism & Austerity) dont l’impact a été considérable. Le Socialist Party et ROSA ont également fait partie du groupe Together4Yes.

Document du Socialist Party (section irlandaise du Comité pour Internationale Ouvrière)