Malcom X : 50 ans après son assassinat

MALCOLM X

Malcolm X

Le mois de février 2015 marque le 50ème anniversaire de l’assassinat de Malcolm X (19 mai 1925 – 21 février 1965). Dans le sillage des révoltes qui ont lieu aux Etats-Unis contre la violence policière endémique, l’exploitation économique et l’aliénation sociale, aujourd’hui l’embryon d’un nouveau mouvement dirigé par de jeunes noirs grandit sous la bannière #BlackLivesMatter (La vie des Noirs compte).

Mexique : le gouvernement de Perez Nieto continue de tuer et réprimer les travailleurs !

Répression contre les enseignants dans l'État de Guerrero

700 policiers anti-émeute déployés le 25 février pour empêcher les professeurs de bloquer l’aéroport d’Acapulco : un mort et 112 arrestations

Pendant que le président mexicain Perez Nieto se ballade tranquillement à Pékin, la police de l’État de Guerrero continue les assassinats.

Le 25 Février, à l’appel du syndicat Unico et de la coordination des travailleurs de l’Education de Guerrero, près de 4000 instituteurs ont défilé aux environs de l’aéroport d’Acapulco pour protester contre les retards de salaires.

Ils ont demandé qu‘il y ait des négociations, mais les autorités de la branche éducation ont refusé de les recevoir. Alors, ils se sont dirigés jusqu’au boulevard des Nations. C’est là que se produisirent les affrontements avec la police qui les réprima comme elle sait si bien le faire ! Un des manifestants est mort sous les coups au thorax portés par la police. C’était un retraité de 65 ans qui participait toujours aux manifestations et comme il avait des difficultés à marcher, il tenait le mégaphone. Le bilan de la manifestation est aussi de 12 blessés et 100 arrestations. Féroce répression contre des travailleurs dont le seul délit était de demander d’être payés en temps et en heure comme il se doit.

L’acharnement du gouvernement contre le peuple mexicain ne s’arrête pas là, avec des disparitions, des traites des femmes, des assassinats qui restent impunis voire même ne font l’objet d’aucune enquête. Tout cela avec la complicité des États d’Europe ou d’Amérique(s) qui n’ont pas pris une seule décision, ni fait un seul geste pour dénoncer ces actes.… Seule une femme parlementaire du Costa Rica a dénoncé avec courage et publiquement ces actes de barbarie de l’Etat mexicain.

Le ministère français des Affaires étrangères a juste mis à jour sa fiche de conseils pour inviter les touristes à éviter l’État de Guerrero….

La justice est faite pour la classe dominante et pour défendre ses intérêts. Mais la colère populaire ne faiblit pas depuis le massacre des 43 étudiants le 26 septembre dernier. La barbarie ou le socialisme ! A Guerrero où police et gangs marchent main dans la main, ce slogan illustre parfaitement le combat qui se mène.

Diana

Grèves victorieuses des facteurs à Rouen et Lisieux

Rassemblement des postiers dans l'Orne

Rassemblement des postiers dans l’Orne

Les dirigeants de la Poste continuent leur guérilla contre les conditions de travail des postiers. Le but est de pouvoir imposer de plus en plus de charge de travail tout en maintenant les salaires assez bas. Cela donne lieu à des « réorganisations » successives, accompagnées de suppressions d’emploi, (66 000 entre 2004 et 2014, le plus vaste plan de suppression jamais organisé) et dans le même temps, la Poste a engrangé 660 millions d’euros de bénéfices en 2013.

De Lisieux à la Côte Fleurie en passant par Alençon

Là, il s’agissait d’obliger les facteurs à allonger leur « pause méridienne », la pause du midi, déjà fixée à 20 minutes en la faisant passer à 45 minutes, non payées ! Pourquoi allonger la « pause midi », pour évidemment faire effectuer des tâches l’après midi, une sorte de temps de battement que connaissent trop bien certaines professions de livreurs et qui allonge la semaine de travail de plusieurs heures tout en maintenant les salaires très bas. Lancée à une échelle régionale par une intersyndicale FO-CFTC-CGT-SUD, la grève s’est rapidement étendue sur les départements de l’Orne et du Calvados et a obligé la direction à reculer rapidement devant les taux de grévistes (100 % dans certains bureaux). Dans la plupart des centres, un accord a été signé qui maintient une pause méridienne de 20 minutes. Il reste néanmoins des centres en grève comme à Flers, et il est dommage qu’une intersyndicale régionale (ce qui est une très bonne chose et devrait inspirer au niveau national) n’ait pas obtenu un accord régional.

Rouen et Petit Quevilly en grève

Désormais réunis sur un même site, les facteurs de Rouen et de Petit-Quevilly se sont retrouvés au coude à coude contre une nouvelle attaque de la direction (qui avait pourtant promis, en 2014, qu’il n’y aurait pas de réorganisation durant « au moins deux ans »).

Elle a essayé d’imposer des sécabilités de tournées de manière chiffrée. La sécabilité, c’est ce qui permet à la Poste de distribuer des morceaux de tournée de postiers absents aux facteurs présents, ce qui allonge leur temps de travail, le kilométrage parcouru, et le poids du courrier transporté, et sans compensation salariale… Vouloir un certain nombre de semaines de sécabilité chiffrée sur l’année permet à la direction de diminuer encore plus les perspectives d’embauche et surtout de faire d’importants gains sur le dos (et les jambes) des facteurs.

En septembre, la direction parlait de 30 semaines sécables mais craignant une réaction très colérique des postiers, elle a finalement voulu en obtenir 16. La grève ayant été bien suivie le 25 février et reconduite le 26, animée principalement par les militants CGT, la direction a reculé, signant un accord avec 11 semaines de sécabilité, soit à peine plus que ce qui est déjà en cours. Autrement dit, un coup pour rien pour la direction et une grève qui renforce et donne le moral aux postiers.

Sachant le nombre de grèves locales sur les mêmes sujets (dans le Doubs, le Lot etc.), il reste plus qu’étonnant que les deux principaux syndicats à la Poste (SUD et CGT) ne proposent pas une initiative nationale dans toute la Poste et contre les réorganisations, synonymes de suppressions d’emplois et de dégradation des conditions de travail.

Alex

Débat: discutons d’un programme socialiste révolutionnaire sur la question de l’environnement

Manif Roybon

Lutte à Roybon contre la construction d’un Center parcs

L’environnement est de plus en plus dégradé par les méthodes de production qui se sont généralisées sous le capitalisme. C’était un danger déjà soulevé de nombreuses fois par Marx et Engels dès les débuts de la « révolution industrielle ». Mais c’est désormais à une échelle mondiale qu’il y a pollution des eaux, de l’air et de certaines terres.

Syriza recule sous les menaces de la Troïka

Dijsselbloem, président de l’Eurogroupe et Varoufakis, ministre des finances grecs

Le 20 février, les négociateurs grecs ont accepté une extension de quatre mois du programme de renflouement actuel avec ses créanciers (la Troïka – l’UE, le FMI et la Banque centrale européenne).