Non au racisme ! On ne se laissera pas diviser !

marche

Marche pour l’Egalité et contre le racisme de 1983

Les meurtres monstrueux des 7 et 9 janvier ne peuvent qu’attrister et choquer toute personne sensée. Les racistes de tout bord ont essayé d’en profiter, depuis le FN et Sarkozy, jusqu’aux abrutis qui ont été insulter des musulmans, taguer voire incendier des mosquées ou proférer des insultes antisémites ou prétendre que les assassinats barbares à Charlie Hebdo ou à l’épicerie casher seraient justifiés. Rien ne justifie de massacrer des innocents, ni des dessinateurs (de 75 ans !).

Nous refusons de nous laisser diviser par l’extrême droite politique ou religieuse, par les racistes, par tous ceux qui jettent de l’huile sur le feu de la division.

Les marches spontanées qui ont eu lieu dès le premier soir des attentats étaient autant en défense de la liberté d’expression et de conscience que contre le racisme et la tentation de certains de faire monter un racisme antimusulman.

Pas d’unité derrière les Valls, Sarko ou Le Pen !

Valls-Hollande, aidés par la plupart des politiciens de droite, ont voulu prendre la tête de la manifestation parisienne.
Et le Front National, pourtant régulièrement attaqué par les dessins de Charlie Hebdo, a voulu en profiter aussi. La quasi totalité des manifestations ont refusé au FN de pouvoir se joindre. Beaucoup n’oublient pas les déclarations racistes, antisémites et islamophobes de nombreux dirigeants de ce parti. La manoeuvre de Valls, c’était d’utiliser la tristesse et l’émotion de milliers de personnes pour redonner à son gouvernement une légitimité. Il a donc invité des gens aussi épris de liberté d’expression et de paix que les gouvernants israéliens (dont l’attaque sur Gaza a fait plus de 2000 morts l’été dernier), saoudiens, turcs, et même des nostalgiques des dictatures fascistes du 20ème siècle comme les 1er ministres ukrainiens, espagnol, ou hongrois…

Ces dirigeants politiques sont des menteurs. Ils prétendent défendre les valeurs de liberté et de fraternité. Quelle bande d’hypocrites ! Ils ne font rien contre le racisme, bien au contraire. Et la plupart de ces gouvernants sont les responsables directs des guerres impérialistes au Moyen Orient et en Afrique, où meurent des milliers d’innocents.
Dans ces parties du monde, c’est désormais le chaos où les groupes comme Daesh, Boko Haram… pillent, violent et torturent, s’enrichissent sur le dos des populations civiles, en premier lieu musulmanes.
Après ces lâches attentats, il y aura d’autres manoeuvres autant du gouvernement que de la droite ou de l’extrême droite, et pas seulement en France. Les seuls qui se frottent les mains ce sont les
islamophobes. Ceux qui risquent de subir les insultes, les menaces, les discriminations renforcées, ce sont principalement les musulmans, ou supposés l’être. De même, un éventuel repli communautaire ou religieux en réponse serait une erreur : les seuls qui gagnent à voir les travailleurs, les jeunes et la majorité de la population désunis, ce sont les capitalistes qui nous exploitent et rêvent d’un monde où les travailleurs sont incapables de s’unir dans leurs luttes.

La liberté de conscience et d’expression, c’est une lutte

Nous n’avons jamais été fan de Charlie Hebdo. Pendant toute une période, certains de ses journalistes défendaient des positions similaires à celle de Valls aujourd’hui et certains de leurs dessins pouvaient apparaître comme un soutien à la propagande islamophobe de certains intellectuels et politiciens. Mais un dessin n’a jamais tué personne. Souvent, ce n’était pas la croyance religieuse qui était attaquée mais l’utilisation qui en est faite par les puissants pour justifier les guerres ou le racisme. Nous sommes pour la liberté d’expression, autant pour Charlie Hebdo que pour Dieudonné par
exemple, sans le soutenir pour autant, alors qu’il fait lui aussi son business dans la provocation stérile, avec de forts relents d’antisémitisme, et en étant pote avec les racistes, jusqu’au FN.

Et cette liberté d’expression et de conscience, c’est une lutte, ce n’est pas un cadeau des dirigeants politiques. Lorsque des dessinateurs comme Cabu ou Wolinski ont commencé leur travail d’artistes dans les années 60, ils dénonçaient le colonialisme, les pratiques barbares de l’armée française, la propagande de l’extrême droite etc. Leur recours à la provocation systématique ne nous plaisait pas toujours, mais c’est un choix qu’ils avaient le droit de faire. Tant qu’il n’y a pas d’appel à la haine ou au meurtre, alors la liberté d’expression ne doit pas avoir d’obstacle.
Le gouvernement va désormais essayer d’utiliser le prétexte des attentats pour limiter cette liberté d’expression, notamment avec de nouvelles lois anti-terroristes qui vont attiser les tensions, avec une multiplication des contrôles au faciès par la police et la présence banalisée d’hommes en armes (police et armée) dans la rue.

Quant à la situation sociale dans les quartiers, le chômage de masse qui touche la population et notamment beaucoup de jeunes issus de l’immigration, elle va continuer de se dégrader. Les terroristes n’ont vengé personne, ils ont même d’une certaine manière aidé
les racistes et le gouvernement Valls.

Pour l’unité des travailleurs et de la population contre le racisme, l’islamophobie et l’antisémitisme !

Le racisme est interdit par la loi mais dans la vraie vie, il y a de nombreuses situations dans lesquelles être arabe ou noir est un handicap, notamment pour avoir un boulot ou un logement.
Les réflexions racistes débiles contre les musulmans et contre les juifs, c’est régulier aussi. On ne peut pas forcer les gens à s’aimer les uns les autres, mais on peut montrer qu’une majorité d’entre nous refuse le racisme et refuse de se laisser diviser.
Valls fait des remarques odieuses sur les Roms, interdit les manifestations parisiennes de soutien au peuple palestinien et viendrait nous faire la leçon sur la tolérance, l’anti-racisme, ou la liberté d’expression ? Non, on ne marche pas, nous combattons le racisme et le gouvernement Valls-Hollande !

Les travailleurs, les jeunes, les chômeurs, les retraités, quelque soit leur origine souffrent de conditions de vie toujours plus pourries. 1,5 million d’enfa n t s pauvres en France, 5 mi l l ions de chômeurs, de plus en plus de l i c e n c i ements et de salariés sans logement. C’est cette réalité-là qui mine les relations humaines. Est-ce que le racisme quotidien est le fond du problème ? Non. Beaucoup sont conscients que pour être unis et forts et transformer la société durablement, il faut s’en prendre à la racine de nos problèmes.

Divisés, nous ne pouvons pas renverser leur système pourri ! Tout ceci permet aux capitalistes et aux gouvernements qui les servent de maintenir des conditions de vie désastreuses sans craindre de révolte massive. Comme le disait Malcom X, leader pour les droits des afro-américains aux États-Unis : il n’y a de capitalisme sans racisme !
C’est dès maintenant qu’il faut discuter et s’organiser pour agir ensemble. Contre le racisme, pour l’égalité entre tous et toutes, pour une société tolérante, où chacun et chacune pourra vivre comme il l’entend, selon la culture qu’il souhaite.

Contactez-nous ou rejoignez-nous si vous voulez mener campagne et lutter contre le racisme et le capitalisme !

Par Leila et Alex

Share Button