Non à la terreur en Tunisie, quelles que soient ses formes – oui à la lutte de masse !

Voici la déclaration5311139_tunisie1s de Alternative Socialiste – Al-Badil al-Ishtiraki (section sœur de la Gauche Révolutionnaire) suite aux derniers attentats et aux mesures prises par le gouvernement.

Encore une fois les terroristes de Daesh ont frappé fort, cette fois en plein centre-ville à l’avenue Mohamed 5, et en pleine Journée Cinématographique de Carthage. Un bus transportant des forces de l’ordre (sécurité présidentielle) a explosé près de l’ancien Bâtiment du RCD, causant la mort de 12 personnes au dernier décompte.

Au-delà de la sauvagerie habituelle de Daesh, cette attaque apporte un nouveau désaveu d’une politique se focalisant exclusivement sur les aspects sécuritaires du problème, tout en continuant les politiques qui poussent à bout des pans entiers de notre jeunesse et renforcent les atteintes à nos libertés durement gagnées.

Pour cette raison, la décision de la direction de l’UGTT de reporter toutes les grèves et rassemblements programmés dans les prochains jours est une erreur, car elle abandonne la rue aux mains de l’appareil policier et laisse une nouvelle fois la réponse face au terrorisme dans les mains du gouvernement capitaliste d’Essid, qui a sauté sur l’occasion de l’attaque d’aujourd’hui pour imposer couvre-feu et état d’urgence.

Non à la terreur, quelles que soient ses formes – oui à la lutte de masse ! Pour une journée d’action de grèves nationale et intersectorielle contre la terreur et la misère, pour l’emploi et les salaires.

Share Button