Menaces sur l’Environnement

imagesNicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, déjà sous la tutelle d’un Premier ministre peu enclin à défendre l’environnement face aux intérêts des capitalistes,est maintenant encadré par deux secrétaires d’État, l’une ancien cadre de chez Véolia et l’autre un politicien connu pour ses positions néolibérales. Le message est clair et le retard pris sur la feuille de route française concernant l’accord de Paris n’est en rien étonnant. Article publié dans l’Egalité 184

Il n’aura pas fallu longtemps d’ailleurs pour que les premières discordes en la matière apparaissent au sein du gouvernement. C’est autour de la question de l’interdiction d’ici 2018 de certains pesticides
contenant des néonicotinoïdes (responsable, entre autres, de la surmortalité des abeilles) que le bal a commencé.Cependant contrairement à ce qu’ont dit les médias, l’affaire n’est pas définitivement classée. En effet, les lobbyistes de l’industrie chimique sont à l’œuvre au niveau de l’Europe et le communiqué du 1er Ministre, suite au cafouillage, est ambigu puisqu’il rappelle le travail en
cours avec l’Europe à ce sujet.

Concernant l’exploration et l’extraction des hydrocarbures non-conventionnels (gaz et huile de schiste) si Nicolas Hulot semble vouloir faire une loi d’interdiction de l’exploration du sous-sol français, incorporant les gaz de charbons, il ne dit rien des 132 permis en cours de validation ou la cinquantaine qui doivent être prolongés.

La lutte contre les grands projets inutiles continue à Notre Dame des Landes contre l’aéroport, à Bure contre le dépotoir radio-actif, ou en région parisienne contre Europacity n’est pas finie. D’autres combats vont avoir lieu, contre la libéralisation des transports et en particulier contre l’ouverture d’autoroute
(A31 Bis, liaison A28-A13, A45…) qui détruisent les zones naturelles alors que nous devrions privilégier les transports de personnes et de marchandises collectifs et les plus faiblement polluants.

La liste des problèmes environnementaux est sans fin. Afin d’accroitre leur fortune, l’appétit des capitalistes n’a aucune limite. Si nous voulons cesser le saccage de notre environnement, nous devrons en finir avec le système capitaliste qui,comme le disait déjà Karl Marx au 19ème siècle, épuise deux choses : la Nature et les travailleurs !

Par Yann Venier

Share Button