Les Nuvias chez Framatome à Romans, au cœur d’un conflit de classe

nuviaLes travailleurs de Nuvia sont en grève depuis deux mois. Leur détermination est sans faille. Quatre jeunes hommes épaulés par leur syndicat CGT tiennent la barre pour être reconnus au niveau de leur qualification et pour diminuer les heures de travail, par l’embauche de plus de personnel. NUVIA sous-traitante et Framatome engrangent de gros profits sur le dos des travailleurs, au détriment de la sécurité préconisée par l’ASN (l’Aurorité de sûreté nucléaire, Framatome fournissant des équipements de chaudière nucléaire et des services de maintenance des réacteurs). La direction de NUVIA a joué sur le pourrissement, la lutte devait s’éteindre à petit feu, cette poignée de travailleurs devait reprendre le travail la tête basse et leurs revendications devaient rester lettre morte. L’inspection du travail nommée conciliatrice adhère complètement à l’attitude des salariés et elle pointe du doigt le mutisme du PDG de NUVIA.

Un combat de cette ampleur est réalisable avec une immense solidarité de classe. Les Nuvia vont chercher le soutien de tous les travailleurs conscients que la lutte des classes se gagne en se serrant les coudes. Ils ont reçu sur le piquet de grève Mathilde Panot, députée de la France Insoumise et elle a rapporté leur combat dans l’Assemblée nationale. Ils ont participé aux mobilisations du 22 mars sur Privas et Valence pour faire connaître leur mouvement. Ils ont reçu des dons de la CGT Paris, d’ UCR CGT, de syndicats CGT Educ’ Action, le l’UL CGT Romans sur Isère et d’autres. La caisse de soutien est l’élément qui permet aux travailleurs de garder leur dignité.

Ils vont prochainement organiser un barbecue entre midi et deux pour interpeller les Romanais et les 800 travailleurs du site de Framatom. Faire connaître à un maximum de monde la légitimité de leurs demandes est un bon moyen de pression sur leur patron.
Soutenons-les jusqu’à la victoire. Faites un don à la caisse de grève en ligne !

Par MJ

Share Button