Les jeunes en lutte ! « Le monde ou rien »

manif-lyceenneAu printemps : la lutte

On s’est relevé tous ensemble, contre un gouvernement corrompu, contre un système qui nous méprise, qui nous divise, les rues vivaient de nos souffles, tremblaient de nos cris, on a fait ce que personne n’aurait pu penser, on s’est mis debout face à leur classe. Ils avaient les lois, on avait la rue. Ils avaient les médias, on avait les réseaux sociaux, nos tracts. Ils avaient les forces de l’ordre, nous avions la masse, nous étions unifiés, révoltés, défendant nos droits. Article publié dans l’Egalité numéro 179

Massifier

En ces moments où on se relève enfin, nos coeurs qui battent avec passion, nos voeux qui s’élèvent à l’unisson. On y arrive, un point où on observe une convergence des luttes : les travailleurs et la jeunesse, en grève tous ensemble, on a montré qui faisait réellement tourner la société. Pas les patrons, les chefs ou les politiciens, mais nous. Ce mouvement où on prend la parole, on s’exprime. On ne perdra pas notre vie à la gagner, c’est ensemble qu’il faut agir, c’est pourquoi nous devons nous rassembler et tout ceux qui ont les mêmes intérêts que nous. On dit non à la précarité, non au recul social, non à l’exploitation.

Se politiser, comprendre les enjeux

On dit stop, assez de cette société, assez du capitalisme, assez de cet avenir qu’on nous offre. D’ailleurs, 70% des gens se disent toujours opposés à la loi « travail ». Pourtant il est dit dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen (art. 6) :« La Loi est l’expression de la volonté générale » ! L’usage à répétition du 49-3 pour faire passer la loi Travail en force, comme le disait Hollande le 9 février 2006, est un déni de démocratie.C’est donc la dictature légale de la classe dominante…

Et la Déclaration (adoptée en 1793 mais jamais appliquée) poursuit par son article 35 que : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » C’est alors à nous de défendre nos droits puisque personne n’est mieux apte à le faire. Organisons-nous dans chaque lycée ou université, que ce soit contre les mauvaises conditions d’études, pour faire respecter nos droits, contre le racisme…

Il faut chasser ce gouvernement par un mouvement de masse, jeunes et travailleurs. Tous ensemble, on peut changer cette société. Et au delà, parce que c’est ce système qui transforme la vie de la jeunesse en prison et ne lui donne qu’un avenir pourri, la Gauche Révolutionnaire lutte pour le renversement du capitalisme, prends part au combat avec nous !

Térésa Kaddim

Share Button