Les appels à la grève se multiplient dans tous les secteurs

manuf

Grève à la Manufacture de maroquinerie : «Nous sommes dans l’obligation de travailler de plus en plus vite, de faire de plus en plus de sacs. D’avoir de moins en moins de vie de famille parce qu’on nous impose des heures.» photo Tommy Cattanéo – Radio France

Dans les hôpitaux, Sud Santé a posé 45 jours de préavis de grève, la CGT deux fois 15 jours. L’intersyndicale CFTC, FO, CGT, SUD appelle aux journées centrales de grèves contre la loi travail tout en mobilisant contre le plan de suppression de 22.000 emplois.

Article paru dans l’Egalité n°177 mai-juin 2016

L’intersyndicale SNCF a appelé à une grève unitaire le 26 avril contre le décret «socle» (l’équivalent de la loi Khomri mais pour les cheminots), et la privatisation du rail qui a pour objectif de se débarrasser de 30 % des cheminots. La grève peut être reconduite ou bien reprendre courant mai.

Le lien avec la loi El Khomri devra se faire car avec son arsenal anti-travailleurs, les recours pour lutter contre les licenciements disparaîtront. Et les sujets de grèves sont nombreux qui doivent favoriser l’unité de tous les travailleurs dans la lutte. Il est difficile d’entreprendre un nouveau rapport de force chez les ouvriers du secteur automobile après les grands plans de licenciements de ces dernières années. Pourtant le nouveau concept « push to pass » à Peugeot (accélérer soudainement le niveau de production des véhicules) va s’attaquer à la masse salariale pour augmenter les profits.

Ce sont les sous-traitants qui en subissent en premier les conséquences. Mais la réaction existe, comme les 2 usines MGI Coutier à Romans sur Isère, qui ont réussi, par 2 jours de grève totale, à obtenir 200 euros de prime et de nouveaux acquis.

L’intersyndicale CGT, CFDT, CFE CGC des cimenteries CALCIA a entamé une grève illimitée sur tous leurs sites contre des propositions au rabais sur les salaires dans les Négociations annuelles obligatoires (NAO).

Les patrons ont dû se passer le mot car leurs revenus ont augmenté en flèche comme le PDG d’Air France, de Juniac, qui s’augmente de 65%. Le même qui disait que des sacrifices allaient encore être nécessaires pour les salariés… Les travailleurs ont perdu la part variable de leur salaire (les primes de participation et de productivité se sont volatilisées en 2015) et la part fixe est restée gelée.

Maintenant ça pète partout

L’ intersyndicale CFDT, CGT, UNSA de Biocoop a appelé les 600 salariés à la grève pour renégocier les NAO.

À XPO Logistics (ancien Norbert Dentressangle), qui emploie 11.000 conducteurs routiers, les syndicats (CGT, CFDT, FO etc.) ont appelé à la grève générale. Moins d’un an après la fusion du groupe, le géant va fermer 2 plateformes avec 66 chauffeurs sur le carreau. Pourtant le chiffre d’affaire était en hausse de 16% et les actionnaires avaient promis 0 licenciement pendant minimum 18 mois. Yassine Azouagh, délégué CFDT explique « on a plus aucun décisionnaire autour de nous, on voit juste des costumes-cravates incapables de nous répondre ».

Gattaz menace de quitter la table des négociation UNEDIC si le gouvernement ne fait pas un geste fort en faveur du patronat mais c’est un coup de pression. La réaction du collectif des intermittents du spectacle et des précaires ne s’est pas faite attendre. Ils multiplient les appels aux manifestations avec blocage et viennent renforcer les rangs des grévistes.

La liste continue de s’allonger: hôpital de Digne, de Gonesse, grève dans les cantines scolaires à Villeurbanne, Rouen…, grève à la Manufacture de la Maroquinerie (sous-traitant pour Louis Vuitton et Hermès) à Grange les Beaumont pour des salaires…

Mensonges du patronat, sur-enrichissement et plein pouvoir des dirigeants d’entreprise, corruption des élites, désapprobation des représentants politiques… »Ça va mieux dit François Hollande » , « On vaut mieux que ça » disent les jeunes et les travailleurs.

Par Matthieu J

Share Button