Le coronavirus plonge le capitalisme mondial dans le chaos : la nécessité du socialisme

stock-exchange-corona-678x381Le déclenchement de la pandémie de coronavirus a plongé le capitalisme et la société mondiale dans une ère entièrement nouvelle de bouleversements et d’agitation. Pays après pays, la pandémie s’est installée et a rapidement mis à nu tout ce qui est pourri dans la société capitaliste. De la couverture initiale du virus à Wuhan en Chine par le régime dictatorial au sort désespéré des personnes âgées et des malades, en particulier en Italie, en Espagne, en France, en Grande-Bretagne et dans d’autres pays, qui souffrent à cause d’installations médicales inadéquates, la nature décadente du capitalisme et de ses dirigeants a été exposée. Cela a provoqué des craintes généralisées et une remise en question de la manière dont la société est gérée.

Déclaration du Secrétariat International du Comité pour une Internationale Ouvrière (CIO/CWI), 23 mars 2020

Les conséquences des plans d’austérité appliqués dans des pays comme la Grande-Bretagne, la France, l’Espagne, l’Italie et bien d’autres ont été révélées de façon choquante alors que la pandémie frappait ces pays et d’autres encore.

Outre les effets dévastateurs sur la santé de millions de personnes, cette pandémie a également été le déclencheur d’une nouvelle récession économique mondiale. En Chine, où la crise a commencé à faire plonger l’économie mondiale, on estime que le PIB s’est contracté de 13 % au cours des deux premiers mois de 2020 ! La Chine représentant environ 14 % du commerce mondial, ce seul fait aurait un effet dévastateur sur l’économie mondiale. (En 2007-2008, elle ne représentait qu’environ 4 % du commerce mondial).

Cependant, les « verrouillages » imposés dans la plupart des grands pays capitalistes, combinés aux effets de l’arrêt de travail d’une grande partie de la main-d’œuvre pendant un certain temps, font également en sorte que la récession est déjà en cours dans les économies capitalistes d’Allemagne, de France, d’Italie, de Grande-Bretagne et de l’UE, ainsi qu’aux États-Unis et au Japon.

Une nouvelle crise pire que 2007

La crise économique et sociale qui se déroule actuellement sera probablement plus profonde que celle de 2007-2008. Certains estiment que l’économie britannique pourrait se contracter de 15 % au cours du deuxième trimestre 2020. Larry Elliot, écrivant dans le London Guardian, a parlé de « ce qui s’annonce comme la récession de toutes les récessions ». Encore plus grave que la crise de 2007-2008 ! Un effondrement dans une dépression mondiale ne peut être exclu, tant la crise est dévastatrice. Des licenciements massifs ont déjà lieu dans de nombreux pays et la menace d’une croissance massive du chômage est désormais présente dans tous les pays.

Tout cela se produit dans le contexte d’une situation économique déjà périlleuse avant que la crise du coronavirus ne frappe. Les capitalistes craignent qu’il ne s’agisse pas d’une courte récession en forme de « V », mais d’une récession beaucoup plus longue et profonde. Avant le début de la pandémie, l’économie mondiale était dans une situation extrêmement précaire. Des ralentissements s’étaient déjà amorcés en Allemagne, en Chine et dans d’autres pays. Au Japon, les dépenses des ménages ont chuté de 7 % à l’automne 2019. Malgré une « reprise » extrêmement anémique, malgré tous les plans de relance et d’assouplissement quantitatif mis en place à la suite du krach de 2007-2008, l’économie mondiale n’avait pas encore retrouvé sa croissance d’avant 2007. Le krach de 2007-2008, s’il n’a pas entraîné une grande dépression comme celle des années 1930, a été l’une des plus longues récessions de l’histoire du capitalisme, comparable à la « longue dépression » de 1873-96 et à la « grande dépression » de 1929-39. La crise de 1974 a mis fin à la période d’essor qui a suivi la Seconde Guerre mondiale et a inauguré une nouvelle période d’instabilité et de bouleversements. Aujourd’hui, les classes dirigeantes sont confrontées à la possibilité de devoir affronter une période prolongée de récession, voire une dépression. Elles entrent dans la nouvelle crise non sans être en position de force et de stabilité économique ou politique.

La dette mondiale a grimpé en flèche pour atteindre le chiffre colossal de 250 000 milliards de dollars au cours du premier semestre de 2019. En fait, le niveau d’endettement mondial en 2019 n’avait jamais été aussi élevé, la dette totale – publiques, entreprises et ménages – étant plus de trois fois supérieure à celle de l’économie mondiale.

Cela signifie que l’économie capitaliste mondiale avant cette crise était plus endettée qu’en 2007-2008. Cependant, comme l’a souligné l’investisseur et éditorialiste du New York Times Ruchir Sharma, les masses de dettes les plus risquées sont passées des ménages et des banques aux entreprises dans le monde entier. Il y a eu une augmentation spectaculaire des entreprises dites « zombies » qui gagnent trop peu pour payer les intérêts de leurs prêts et qui ne survivent qu’en émettant de nouvelles dettes. Les entreprises « zombies » représentent aujourd’hui 16 % des entreprises cotées en bourse aux États-Unis et 10 % en Europe.

Un autre domaine de « stress lié à l’endettement » comprend une série de sociétés qui, pour éviter les réglementations imposées aux entreprises depuis 2008, ont conclu des transactions privées qui les ont accablées de dettes énormes. En moyenne une société américaine détenue par une société de capital-investissement a des dettes équivalant à six fois ses revenus annuels, soit deux fois le taux que les agences considèrent comme « pourrie ».

Tous ces facteurs conduisaient clairement à une nouvelle crise économique avant l’éruption de la pandémie de coronavirus.

Le capitalisme était au bord d’une nouvelle crise économique et d’un ralentissement ou d’une récession. L’arrivée de la pandémie l’a fait basculer et a plongé l’économie mondiale dans une grave récession, voire une dépression. La nature de la pandémie signifie que, pour la première fois, la récession aura un double caractère – la demande et l’offre. Il ne s’agit pas seulement d’une crise de la consommation, mais aussi de l’offre, c’est-à-dire des chaînes d’approvisionnement, de la production et de la distribution. Cela aurait des conséquences économiques, sociales et politiques dévastatrices à l’échelle mondiale et constituerait une crise multiple de tous les secteurs de l’économie capitaliste. La hausse spectaculaire du chômage qui se produit déjà et les effets qu’elle aura en est un aspect.

Actuellement, après la Chine et la Corée du Sud, cette crise a son plus grand impact en Europe et aux États-Unis, mais elle s’étend rapidement à d’autres régions. La crainte des conséquences de cette crise qui se développe rapidement a contraint la classe dirigeante de la plupart des pays à changer de cap et à adopter des mesures keynésiennes massives et à abandonner les politiques néo-libérales.

L’un après l’autre, en quelques jours, des quantités massives de fonds publics ont été injectées dans l’économie pour soutenir les entreprises. La BCE vient d’annoncer une injection de 750 milliards d’euros. Macron a annoncé un total de 345 milliards d’euros à injecter dans l’économie française [Il s’agit de 45 milliards d’euros pour les entreprises et de 300 milliards d’euros en « assurance » pour les prêts des banques, ndt]. Johnson, une semaine après les annonces budgétaires, a injecté 330 milliards de livres supplémentaires dans l’économie britannique. Même Trump envisage d’utiliser la méthode de « monnaie hélicoptère » qui consiste simplement à de l’argent aux consommateurs pour essayer de maintenir le pouvoir d’achat à un niveau élevé. Trump envisage apparemment de verser 2000 dollars sur le compte bancaire de chaque Américain ! Une mesure que le gouvernement de Hong Kong a déjà prise.

Les taux d’intérêt bas ont été réduits dans une tentative désespérée de maintenir une certaine activité économique – en Grande-Bretagne à 0,1% – le plus bas niveau de l’histoire ! Déjà, avant cette crise, certains taux d’intérêt étaient effectivement négatifs.

Le néo-libéralisme abandonné

En quelques jours, face à cette crise sans précédent en temps de paix, les politiques néo-libérales ont été rejetées au profit de l’intervention de l’État et des méthodes keynésiennes. Des éléments de ce qui a été fait pendant la première et la deuxième guerre mondiale ont été repris par de nombreux gouvernements dans un effort désespéré pour éviter un effondrement complet et la révolte sociale qui s’ensuivrait.

Le gouvernement italien a nationalisé la principale compagnie aérienne du pays et le gouvernement espagnol a nationalisé les soins de santé privés. Macron a été contraint de dire qu’il est prêt à nationaliser les compagnies françaises en difficulté. En Allemagne, le ministre de l’économie démocrate-chrétien a évoqué la possibilité d’une nationalisation, tout en avertissant que « les principes de l’économie de marché ne doivent pas être oubliés ». Même Johnson, en Grande-Bretagne, a été contraint d’approcher les fabricants et de leur « demander » de modifier leur production pour produire des ventilateurs pour les hôpitaux.

Ils ont tous abandonné leur non-intervention étatique et leurs politiques néo-libérales en un clin d’œil face à une crise de cette ampleur. Comme en temps de guerre – notamment les guerres mondiales de 1914-18 et 1939-45 – ils sont prêts à tout mobiliser pour tenter désespérément de soutenir leur système.

On ne sait pas encore dans quelle mesure ils réussiront à éviter une dépression ou une récession profonde. La semaine dernière, ils ont montré qu’ils étaient prêts à hypothéquer l’avenir pour tenter d’éviter une dépression et si possible un effondrement complet, par crainte des conséquences économiques, sociales et politiques qui en découleraient. La crise se déroulant à l’échelle mondiale, il est certain qu’elle aura un effet encore plus dévastateur en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

Au cours d’une période historique antérieure, une crise économique de cette ampleur, caractérisée par une montagne de dettes, l’absence de nouveaux marchés durables et une crise de surproduction, des campagnes de réarmement et des tensions croissantes avec les capitalismes rivaux, a conduit à des méthodes barbares pour « redémarrer » le système tout entier par la destruction des forces productives. Cela a conduit chaque État capitaliste national à prendre des mesures pour protéger ses propres intérêts et a même conduit à la guerre et à la guerre mondiale. Aujourd’hui, ce n’est pas une option pour la classe dominante en raison de la destruction mutuelle qu’elle entraînerait, à l’ère des armes nucléaires. Cependant, les guerres régionales entre puissances rivales, ou guerres par procuration, sont une conséquence inévitable de cette crise. Le capitalisme peut donc être confronté à une période prolongée de récession économique, voire de dépression, au cours de laquelle une partie des forces productives est détruite. Cela pourrait signifier une période intense de bouleversements sociaux, politiques et économiques à l’échelle mondiale, sans précédent dans l’histoire récente du capitalisme.

Le recours aux programmes keynésiens pour tenter d’éviter un tel effondrement cataclysmique ne s’est cependant pas fait avec une stratégie internationale coordonnée et concertée des classes capitalistes. Cela n’a pas non plus été fait à partir d’une position économique forte. En 2007-2008, après une première panique, les classes dirigeantes ont coordonné leurs politiques pour intervenir et soutenir le système bancaire et financier mondial.

La crise actuelle se déroule dans des conditions politiques internationales totalement différentes. Le déclin de la puissance de l’impérialisme américain, bien qu’il reste la plus grande puissance mondiale, et l’émergence de la Chine et d’autres puissances régionales, signifient que ni les États-Unis ni aucune autre puissance ne peut imposer une politique unique aux autres puissances. La position affaiblie de l’impérialisme américain et la montée en puissance de la Chine et d’autres puissances régionales comme la Russie ont entraîné un processus de démondialisation et de retour à des politiques nationalistes protectionnistes. Cela a été clairement démontré pendant cette crise, chaque puissance capitaliste ayant adopté des mesures pour défendre ses propres intérêts.

Le capitalisme mondial fait face à cette crise sur fond des guerres commerciales en cours. Il est entré dans la crise avec un conflit entre les deux plus grands producteurs de pétrole – la Russie et l’Arabie Saoudite – ce qui a fait baisser le coût du pétrole brut avec des conséquences désastreuses pour des pays comme le Nigeria et le Venezuela, qui dépendent de l’exportation de leur pétrole.

À cela s’ajoute l’ineptie des hommes politiques capitalistes populistes de droite comme Trump, Johnson et Bolsonaro qui ont aggravé la crise par leur gestion de la situation. Contribuant à accroître encore les tensions, Trump surnomme l’épidémie le « virus chinois » dans le cadre de sa campagne de réélection ; Johnson refuse de généraliser les tests, même au personnel de l’hôpital public, et Bolsonaro continue de nier l’existence d’un problème grave, se promenant en saluant les gens en attendant ses propres résultats de tests. Modi, en Inde, a adopté une approche similaire.

Il existe un contraste saisissant dans la gestion de la pandémie de virus entre les grandes puissances capitalistes occidentales et la Chine – une économie capitaliste d’État unique avec les vestiges du régime stalinien bureaucratique qui a existé dans le passé, malgré la dissimulation initiale du virus qui a causé beaucoup de torts au régime. L’État chinois a pu construire des hôpitaux d’urgence en deux semaines (bien que les travailleurs concernés aient enduré des conditions proches de l’esclavage) et envoyer des médecins de tout le pays dans les zones les plus touchées. Il a également veillé à la mise en place d’un réseau de distribution de nourriture. Cuba a également, malgré une planification bureaucratique et les avancées partielles de la restauration capitaliste, utilisé l’un des médicaments les plus efficaces actuellement pour traiter les personnes les plus touchées par le virus – l’interféron Alpha 2B – ce qui a permis de réduire considérablement le nombre de décès. Son gouvernement a ensuite envoyé 2 000 médecins en Europe pour aider à soigner les malades en Italie. La Russie, pour ses propres raisons, a également trouvé la capacité d’envoyer de l’aide en Italie.

La crise actuelle représente un tournant décisif pour le capitalisme mondial, tant sur le plan économique et social qu’en termes de relations géopolitiques. La manière exacte dont il sortira de cette crise est totalement incertaine à ce stade. Cependant, une reconfiguration majeure des relations mondiales et géopolitiques est certaine, ainsi que de grandes batailles entre les classes impliquant des éléments plus puissants de la révolution et de la contre-révolution.

Tout comme la première guerre mondiale a ouvert l’ère de la montée en puissance de l’impérialisme américain, cette crise va maintenant miner davantage sa position à l’échelle mondiale. On ne sait pas encore très bien jusqu’où cela va évoluer. La Chine est également ravagée économiquement par la crise et on ne sait toujours pas comment elle va en sortir. Les tensions et les conflits internationaux vont s’intensifier. La coopération et l’intégration régionales peuvent s’effondrer, voire disparaître. En Europe, la classe dirigeante est terrifiée par le spectre de cette crise qui déchire l’UE telle qu’elle est actuellement constituée. La crainte de la désintégration de la zone euro a été l’un des points abordés par la BCE lorsqu’elle a décidé d’injecter massivement des fonds.

Inévitablement, cette crise a vu toutes les limites imposées par l’Union européenne aux membres de la zone euro en termes de niveaux de déficits budgétaires des États et d’intervention des gouvernements pour soutenir les industries en difficulté jetées par la fenêtre. Dans le même temps, les tensions nationales au sein de l’UE ont été renforcées et se sont aggravées. Cela s’est traduit par un appel à l’aide médicale d’urgence lancé par l’Italie aux pays de l’UE, qui n’a obtenu aucune réponse. Il a été laissé à Cuba, à la Chine et à la Russie le soin d’envoyer des fournitures médicales, des médecins et de l’aide.

À court terme, la crainte compréhensible des conséquences du virus et des effets de la crise économique qu’il a déclenchée dans la plupart des pays a conduit à un premier sentiment de nécessité d’une « unité nationale » pour faire face ensemble à une crise aussi dévastatrice. Les mouvements de masse en France, au Chili et dans d’autres pays ont ainsi été suspendus pendant un certain temps.

Les gouvernements de tous les pays ont assumé ou sont en train d’assumer des pouvoirs d’urgence étendus. Cela fait deux ans que Johnson en Grande-Bretagne et Abe au Japon ont des pouvoirs d’urgence ! En Italie, le déploiement partiel de l’armée a été accompagné d’amendes de 5000 euros infligées à toute personne se trouvant dans la rue sans permission. Dans certains pays, une certaine militarisation de la société a eu lieu avec le déploiement ou le déploiement partiel de l’armée et d’autres forces de l’État.

De telles mesures ont été largement acceptées au départ comme étant nécessaires pour faire face à la crise et protéger la vie du plus grand nombre possible de travailleurs et de leurs familles. Cette attitude est similaire à celle qui s’est développée dans de nombreux pays au début de la première et de la deuxième guerre mondiale. Le CIO soutient toutes les mesures prises qui sont nécessaires pour protéger la vie et les intérêts des travailleurs et de leurs familles. Cependant, on ne peut pas être sûr que les gouvernements capitalistes n’utiliseront les mesures de lutte contre la pandémie que de manière démocratique et dans l’intérêt de la masse de la population. Leur principale préoccupation est de défendre les intérêts du capitalisme. En outre, à un certain stade, ils tenteront de faire payer la classe ouvrière et la classe moyenne pour cette crise, soit directement, soit indirectement. Cela provoquera inévitablement d’autres grands bouleversements sociaux.

Les mesures autoritaires d’urgence peuvent être retournées contre la classe ouvrière et ses organisations par les gouvernements capitalistes. Le report d’un an des élections locales en Angleterre, y compris des élections municipales à Londres, montre comment la crise peut être utilisée pour miner les droits démocratiques. Il n’est pas exclu que Trump tente même d’utiliser la crise pour reporter les élections présidentielles et législatives de novembre – bien qu’un amendement constitutionnel soit nécessaire pour ce faire, ce qui ne serait pas facile. Ce serait une mesure extrêmement dangereuse pour la classe capitaliste américaine mais, selon la manière dont les événements se déroulent aux États-Unis, une mesure aussi drastique de la part de Trump ne peut être exclue.

Le CIO revendique que les syndicats et les travailleurs puissent vérifier et contrôler démocratiquement toute mesure d’urgence prise pendant cette crise. Il est essentiel que nous luttions pour que les syndicats et la classe ouvrière adoptent une position de classe indépendante. Il y a des pressions pour « l’unité nationale » et même pour la participation à des gouvernements de coalition avec les partis capitalistes. Tout en étant sensible à cet état d’esprit, le CIO s’oppose à toute démarche de collaboration de classe de la part des partis de « gauche » et des syndicats. Des pas dans cette direction par les dirigeants syndicaux vont à un moment donné ouvrir des luttes et des conflits au sein des syndicats. Nous nous opposons à la participation à des gouvernements de coalition capitalistes « d’unité nationale » qui défendront les intérêts de la classe dirigeante et non ceux des travailleurs. Le mouvement ouvrier a plutôt besoin de son propre « programme d’action » pour faire face à la crise.

Les divisions de classe exposées et la nécessité d’une alternative socialiste

Cela ne signifie pas que la lutte des classes est terminée. Au contraire, les divisions de classe dans la société ont été encore plus exposées. Il est certain qu’une polarisation de classe plus importante et plus profonde va se développer. Malgré les sentiments initiaux de peur et de trépidation, les antagonismes de classe sous-jacents ont été exposés dans une mesure encore plus grande par la crise en tant que présents et ils se manifesteront de plus en plus à mesure que la crise progressera.

Les grèves qui ont éclaté en Italie et en France sont le reflet de tout cela, tout comme celles des travailleurs de Mercedes Benz en Espagne et du personnel de nettoyage hospitalier à Londres et d’autres travailleurs ailleurs, y compris aux États-Unis. Une solidarité instinctive avec les travailleurs de la santé et les autres, ainsi qu’un sens commun de la nécessité de s’entraider se sont développés dans la plupart des pays, en particulier ceux touchés par le « confinement ». Les concerts de casseroles et slogans contre le roi d’Espagne à Barcelone, à la suite des révélations sur ses gains secrets, illustrent comment, pendant cette crise, les problèmes de classe se manifesteront avec plus d’intensité à mesure qu’elle progressera. Même au Brésil, la gestion inepte de la pandémie par Bolsonaro a provoqué certaines des plus grandes protestations contre son gouvernement depuis son arrivée au pouvoir.

Les conséquences politiques de cette crise conduiront, à un certain stade, à un bouleversement majeur de la conscience politique et cela mettra le système capitaliste sur le banc des accusés ! Cela commence déjà à se produire avec une remise en cause d’une couche de travailleurs du « capitalisme » et du type de société qui a été construit. De grandes parties de la classe ouvrière, de la jeunesse et de la classe moyenne peuvent tirer des conclusions révolutionnaires lorsqu’elles sont confrontées aux conséquences d’une longue récession économique ou d’une dépression. Les mesures keynésiennes, tout en ayant un effet, ne satisferont pas en fin de compte les revendications de la classe ouvrière et des masses. Dans de nombreux pays, une profonde méfiance à l’égard du gouvernement et des riches se reflète déjà dans les perspectives de certaines couches de la population.

Même le Financial Times, dans son récent briefing Brexit, a conclu : « Il est dans la nature des événements cataclysmiques, tels que la pandémie, d’accélérer et de remodeler des développements historiques qui se seraient produits de toute façon. La première guerre mondiale a intensifié les troubles en Russie, ce qui a conduit aux révolutions de 1917, et a favorisé l’émergence des États-Unis en tant que première puissance mondiale du XXe siècle. La seconde guerre mondiale a marqué la fin définitive de la suprématie européenne dans les affaires internationales et la transformation de la planète en une arène de rivalité américano-soviétique. La pandémie et ses retombées économiques, si elles ne sont pas maîtrisées, auront certainement des conséquences similaires à grande échelle ». (Financial Times 17/3/20).

La radicalisation et les bouleversements dramatiques qui ont eu lieu après la dépression des années 1930 et la Seconde Guerre mondiale, qui ont entraîné un soutien massif aux nationalisations et à des mesures de type socialiste, fournissent des leçons importantes. Ayant eu recours à des méthodes keynésiennes majeures et à l’intervention de l’État pendant cette crise, la classe dirigeante aura beaucoup de mal à les abandonner tout simplement alors qu’elles émergent des effets immédiats de la pandémie.

Dans le même temps, les conséquences de la crise ont donné lieu à une montée du racisme au sein d’une certaine couche et ont également donné à l’extrême droite nationaliste l’occasion d’obtenir un certain soutien. Cela peut se révéler être une menace majeure dans certains pays, par exemple en Pologne, en Hongrie et dans d’autres pays où la droite peut prendre des mesures répressives bonapartistes extrêmes.

Ces événements poseront de nouveaux défis et de nouvelles tâches à la classe ouvrière et à ses organisations au niveau international. La nécessité de construire des syndicats combatifs pour lutter et défendre les intérêts de tous les travailleurs et des exploités est maintenant plus urgente que jamais. Par-dessus tout, la lutte pour construire des partis de masse de la classe ouvrière et des pauvres pour lutter pour une nouvelle société et le socialisme comme alternative au capitalisme est plus urgente que jamais. La lutte pour des services de santé décents, d’assainissement, d’approvisionnement en eau potable et d’autres questions de santé a joué un rôle crucial dans de nombreux pays dans la construction de partis de masse de la classe ouvrière. Au Sri Lanka, l’ancien parti trotskyste de masse, le parti Lanka Sama Samaja, a d’abord construit sa base de masse dans la lutte contre la malaria. Il a démontré qu’il existait une alternative à l’inaction de l’État et ce que pouvait signifier une alternative socialiste. La crise actuelle du coronavirus peut aussi, à terme, donner l’occasion à la classe ouvrière de construire des partis et des organisations capables de défier le capitalisme dans le monde entier avec une alternative socialiste.

Share Button