Le capitalisme fait chauffer le climat!

p8 manif climatEngager une transformation pour changer de système est urgent : le capitalisme basé sur l’accaparement des moyens de production et sur leur propriété privée implique une logique de court terme : le profit via l’exploitation des Hommes et des ressources naturelles ! Or, selon le discours politique actuel, nos problèmes seront résolus grâce au développement de nouvelles productions : énergies vertes, voitures électriques, objets recyclés…

Article publié dans l’Egalité 194
– Les énergies vertes ? Depuis 2001, la loi Y. Cochet oblige EDF à racheter 2 fois plus cher l’énergie verte pour financer de « pauvres » investisseurs privés, Ikea, Total, des fonds de pension… Ce cadeau ? Une ligne sur notre facture : la CSPE ! Depuis 2010, ce marché spéculatif est soutenu par la loi obligeant EDF à céder à prix coûtant ¼ des mégawatts nucléaires à ses concurrents !

– Les voitures électriques ? Leur production énergivore nécessite eau et produits chimiques pour l’extraction et le raffinage de métaux particuliers ! La pollution est alors déplacée vers des pays pauvres. La pollution n’ayant pas de frontière, la solution n’est donc pas en des subventions publiques à l’électrique ni en des taxes sur le diesel. N’en déplaise à Macron qui défend les marchés et les profits des lobbies sous prétexte de nouveaux emplois et développement !

– Trier et recycler ? Au contraire de la nature, l’Homme produit des déchets qui pour être recyclés nécessitent transports, eau, énergie : « beaucoup de sale pour faire du propre » ! Veolia spécule sur ce marché dans plus de 30 pays, un marché juteux surtout si chacun trie et paie pour sa poubelle ! Alors arrêtons de croire que l’on peut sauver le monde seulement par notre rôle de consommateurs, en triant ou en mangeant bio : c’est mieux, mais l’impact est limité car on ne pourra jamais faire de l’écologie avec des multinationales capitalistes!

Le capitalisme tue notre planète!

Rejoignons les luttes et les manifestations qui s’amplifient partout dans le monde. On ne peut changer les comportements si on reste dans le capitalisme où on ne décide de rien et où le seul et unique objectif est le profit ! Changer la production, la planifier, supprimer les produits nocifs… en nationalisant les multinationales et principaux moyens de production et en les passant sous contrôle démocratique des travailleurs et de la population.

Seules des prises de décisions collectives peuvent nous préserver d’intérêts et d’accaparements privés destructeurs ! Rejoignons et amplifions tous les mouvements de lutte pour le climat. Partout dans le monde, le peuple se révolte uni déjà par une grève mondiale le 15 mars. Faisons en sorte que ce ne soit qu’un début !

Par Christine

Share Button