L’avenir de la jeunesse, un désastre?

des-manifestants-contre-la-reforme-du-bac-a-paris-le-1er-fevrier-2018_6012638Des listes de classes/formation/parcours non bouclés, des milliers d’étudiants toujours sans affectation, 180 000 étudiants qui ont abandonné la plateforme… Parcoursup n’a pas été qu’une machine de dissuasion massive, elle a aussi été une plateforme de stress obligeant les étudiants à commencer des études dont ils ne veulent pas, en ne leur laissant que quelques jours pour se préparer à une année scolaire. Le gouvernement rejette la faute aux étudiants « indécis », mais en réalité Parcoursup n’a été là que pour sélectionner, c’est à dire empêcher ou décourager une partie des jeunes de faire des études et réserver l’enseignement supérieur à une élite issue des classes supérieures.

Article publié dans l’Egalité 191

Ce même gouvernement prétextait un taux de 70 % d’échec en première année d’études supérieures, une mauvaise orientation des élèves… Aujourd’hui, ces prétextes sont devenus réalité : certains ne feront même plus de 1ère année, d’autre devront aller à des centaines de km de chez eux. Bien sûr qu’il y avait un problème d’orientation des élèves, mais Parcoursup n’a fait que le renforcer. Le système accentue la reproduction des classes sociales : un enfant d’ouvrier recevra un minimum éducatif pour être ouvrier, et les enfants de l’élite recevront le maximum, pour garantir pendant encore des décennies l’élite bourgeoise au gouvernement ou à la tête des grandes entreprises.

Mais ce n’est pas que ça, le but est aussi de rendre rentable l’Éducation par des plans de privatisation. Il ne faut pas considérer Parcoursup comme une réforme à part, isolée. Les attaques de Macron et son programme sont un tout. Cette politique touche toute la classe ouvrière, donc autant les ouvriers, les précaires, que les retraités, les femmes, et enfin les étudiants et les enfants.

Il faut une lutte de la jeunesse pour son avenir!

Sur le sujet de l’éducation nos revendications sont très claires. Nous demandons une éducation à la hauteur des besoins, ouverte à toutes et tous, de qualité et démocratique. Nous luttons pour la liberté de choisir ses études supérieures, de les poursuivre ou non, la liberté d’échouer en première année de fac et d’apprendre de nos erreurs, la gratuité de l’enseignement à tous les niveaux !

Il y en a marre de ce système qui ne garantit aucun avenir à la jeunesse ! Ce système qui s’attaque à nos parents en détruisant le Code du  ravail, à nos anciens en leur demandant de serrer la ceinture sur leur misérable retraite et en les maltraitant dans les EHPAD. Pour faire reculer ce gouvernement et ses réformes, il nous faut une organisation de masse, jeunes, travailleurs, chômeurs, retraités…

Organisons-nous ! Devenons une force pour lutter contre ces lois, pour l’égalité et la liberté dans les études. Contre le capitalisme, pour créer sur ses cendres un avenir à la jeunesse, pour le socialisme !

DILAN YERLIKAYA & Y. BIS

Share Button