L’alternative socialiste comme réponse à la misère du monde capitaliste

SocialismeDans un dictionnaire quelconque vous trouverez le socialisme sous cette définition « doctrine d’organisation sociale qui entend faire prévaloir l’intérêt général sur les intérêts particuliers au moyen d’une organisation concertée ».

Oui, on parle d’« intérêt général » et par là, on entend l’intérêt de tous et toutes. Le socialiste ne distingue pas selon le sexe, le genre, la couleur, la religion, la classe sociale. C’est-à-dire que nous n’avons pas la perspective de créer des micro groupes pour qu’ils s’affrontent entre eux et que chacun accuse les autres de la misère subie, ce qui détourne leur attention sur les vrais coupables : les ultras-riches capitalistes. Nous voulons que chacun d’entre nous puisse s’épanouir en toute sérénité sans se confronter aux discriminations et inégalités.

Article publié dans l’Égalité 190

Avec tous les efforts que l’humanité a mis en œuvre pour parvenir à une technologie qui ne connaît plus de limites, nous devrions donc pouvoir fournir à chacun les moyens pour vivre décemment. Mais aujourd’hui le tableau est catastrophique, nous ne parvenons pas même à fournir le strict minimum alimentaire, hygiénique, sanitaire, vestimentaire à la population mondiale.

Par contre le capitalisme trouve les moyens d’armer tout un régime dictatorial en investissant énormément dans les guerres. Avec une toute petite portion de tout cet argent on pourrait détruire des dizaines de désastres sanitaires. Le socialisme concrètement c’est quoi ? Le socialisme c’est le fait que chaque étudiant quelque soit son origine sociale puisse accéder à la culture librement et gratuitement. Le socialisme, c’est la participation des femmes à tout domaine de travail (culture, soins, enseignement, ingénierie, art…) par le soutien du gouvernement à leur émancipation (mise en place de crèches, d’aides…). Le socialisme, c’est des jeunes qui militent pour le vivre en paix sans être envoyé au front pour des histoires de conquêtes et de profits qui ne leur apportent à eux que la mort.

Le socialisme, c’est l’accueil humain de tout migrant et réfugié sans les laisser succomber dans les flots. Enfin le socialisme, c’est mettre aux mains du prolétariat les moyens de production, en propriété publique pour planifier l’économie démocratiquement selon les besoins sociaux et écologiques, et non que les travailleurs n’aient d’autre choix que de vendre leur force de travail à une poignée de riches capitalistes qui s’accaparent les moyens de production et nous font travailler pour leurs seuls profits. Le socialisme c’est donc la responsabilité, la tolérance de chacun pour le bien-être de tous.

Pour cela, oui il nous faut une « organisation concertée ». Et c’est ici que nous intervenons en tant que Gauche Révolutionnaire section française du Comité pour une Internationale Ouvrière (CWI/ CIO). Nous nous distinguons des autres car nos idées ne connaissent pas de frontières.

Le socialisme ne se limite pas à un seul pays. Nous ne nous limitons pas au territoire national, nous nous étendons dans le monde entier et nous mettons en œuvre des actions de lutte par le biais de nos section situés dans plus d’une quarantaine de pays.

Par Dilan Yerlikaya

Share Button