« La santé, pas les profits ! » une vague de grève balaie l’Italie

operai-pomigliano2-540x300

Grève spontanée à l’usine Fiat de Pomigliano, le 10 mars

L’Italie est enfermée dans la lutte contre le coronavirus. Les bars, restaurants et magasins sont fermés, à l’exception des supermarchés, des pharmacies et des kiosques à journaux. Et pourtant, sous la pression de l’organisation des patrons, la Confindustria, les travailleurs sont toujours censés aller travailler ailleurs, souvent dans les transports publics surchargés. Il s’agit clairement de faire passer le profit avant la santé.

Mais les travailleurs ont répondu par une vague de grèves spontanées dans toute l’Italie. Chez Fiat, à Pomigliano, Toyota, à Bologne, les chantiers navals et de nombreuses autres usines et lieux de travail, les travailleurs sont entrés en grève pour leur santé et leur sécurité. Dans certains cas, il y a eu un manque d’équipements de protection comme à l’aciérie les Pouilles où les travailleurs sont en grève depuis dix jours et dans d’autres aucunes mesures de santé et de sécurité n’ont été mises en œuvre ou ont été totalement inadéquates.

Le chef de la Confindustria, en Lombardie, a qualifié les grèves d’« irresponsables » et a accusé les travailleurs d’« exploiter » le coronavirus ! Cependant, l’action d’en bas a forcé le gouvernement à élaborer un protocole de sécurité avec les trois principales fédérations syndicales.

Mais à lui seul, cela ne suffira pas. « Ce qui s’applique dans la rue doit s’appliquer dans l’usine », a été l’un des slogans de la vague de grève. Seuls les travailleurs des secteurs essentiels devraient être appelés à travailler, et les syndicats devraient être associés aux décisions sur ce qui constitue un travail essentiel. Tous les travailleurs à la maison devraient recevoir un salaire entier. Les travailleurs devront continuer à s’organiser sur le terrain dans les usines et faire grève si nécessaire pour s’assurer que les patrons respectent le protocole.

Par Chris Thomas, du Socialist Party, l’organisation soeur de la Gauche Révolutionnaire en Angleterre & Pays de Galles

Share Button