La lutte révolutionnaire du peuple algérien doit triompher !

bejaia 25 juin manif étudiante

Mardi 25 juin – Manifestation des étudiants et enseignants de l’université de Bejaia, pour le départ du système, contre la mise en place d’un système militaire et pour protester contre la détention des manifestants ayant brandi le drapeau amazigh

Depuis plus de 18 semaines, les mobilisations continuent. Notamment de la part des étudiants. Le mardi 25 juin a eu lieu la 18ème semaine de la manifestation des étudiants. Notre camarade sur place a pu en faire partie et notamment assister à la thématique principale des slogans, qui correspondaient à la dernière manœuvre du gouvernement qui est celle de diviser le peuple en utilisant un moyen sensible qui est celui de l’identité culturelle. Le chef de l’armée, Gaïd Salah, a déclaré vouloir interdire tout drapeau autre que « l’emblème national ». Le régime entend donc décider ce qui peut être présent dans les manifestations qui veulent la chute du régime ? Évidemment, c’est le drapeau berbère, représentant pourtant tous les peuples d’Afrique du Nord, quelle que soit leur langue, qui est visé. Suite à cela, plusieurs manifestants ont été arrêtés pour la simple raison qu’ils ont brandi un drapeau amazigh, les étudiants ont donc fait un cortège aux côtés des enseignants jusqu’au palais de justice pour exiger leur libération.

Également plusieurs appels à la grève générale ont été lancés pour la journée du 25 juin à Ouzellaguen, commune de la wilaya de Béjaïa, et aussi à Bouira et Boumerdès, tout était fermé sauf les urgences, pharmacies et les transports en commun.

Un rassemblement a eu lieu ensuite à Aokas sur la place « Katia Bengana » pour protester contre la détention de ce que les Algériens appellent maintenant « les détenus d’opinion ». Le lendemain, à savoir le 26 juin, une jeune femme a été arrêtée à Alger pour la simple raison qu’elle était en robe kabyle. Le journal national « El Watan » est le seul à crier au scandale, tandis que les autres tiennent des discours plus au moins neutres, en rapportant des faits déjà connus. Cette date correspond également au 21ème anniversaire de la mort du chanteur/poète engagé politiquement pour la cause berbère et algérienne Matoub Lounes, une minute de silence au sein de la foule a été faite près de son portrait à Béjaïa.

Le mercredi 26 juin, c’était le tour des magistrats de faire un rassemblement devant le palais de justice afin de protester contre la détention des « détenus d’opinion », plusieurs avocats n’ont donc cessé de dire « qu’aucun texte de loi n’interdit le port d’un emblème autre que le drapeau national », ces arrestations sont donc une offense à la loi elle-même. Comment prétendre être pour une loi équitable et pour le peuple, si le « gouvernant » lui-même ne respecte pas les lois du pays qu’il gouverne !

On en a assez !

Tout ceci est sans doute une manœuvre des militaires capitalistes pourris, corrompus jusqu’à l’os, voulant à tout prix garder leur place au sein du gouvernement, à l’image de Gaïd Salah. De ce fait, nous ouvriers, paysans, travailleurs, étudiants, jeunes, femmes et hommes devons nous battre, rester mobilisés et ne pas laisser tomber, le seul moyen de nous faire entendre est de nous entraider et construire des comités démocratiques de lutte dans les entreprises et les quartiers et un parti des travailleurs de masse qui se bat pour l’égalité des droits, notre dignité et la récupération du pouvoir au peuple !

El Yassar El thawri lutte pour que le mouvement révolutionnaire du peuple triomphe et que le système dégage ! Nous luttons pour une Algérie débarrassée du capitalisme et de la corruption qu’il entraîne, avec l’enrichissement des clans au pouvoir sur le dos des travailleurs et du peuple algérien.

Pour une Algérie réellement libre, démocratique, égalitaire : une Algérie socialiste, où ce seront les travailleurs, les jeunes, le peuple révolutionnaire qui gouverneront eux même le pays.

Aidez-nous et rejoignez-nous.

Vive la révolution du peuple algérien !

 

Dahlia

Share Button