EHPAD, services d’aide à domicile… Solidarité avec la lutte de celles et ceux qui s’occupent de nos anciens !

Ephad de Gujan-mestra en grève en 2016

Ephad de Gujan-mestra en grève en 2016

Depuis quelques années déjà, les conditions de travail ne cessent de se dégrader dans les établissements d’accueil des personnes âgées et des services d’aide à domicile. Les problèmes de sous-effectif se généralisent et les cadences sont devenues infernales, atteignant une moyenne de 15 minutes seulement par résident pour tous les actes essentiels de la vie (toilette, habillage, repas). Ces conditions engendrent une souffrance pour les travailleurs et conduisent à des situations intolérables de négligence, voire de maltraitance.
Cette tendance s’installe également dans l’aide à domicile avec une exigence croissante de rigueur sur les horaires en baissant le temps minimal d’intervention. Le soin et l’humain devraient passer avant la rentabilité !

Tract distribué pour la grève du 30 janvier

Le vieillissement, c’est la poule aux oeufs d’or pour les capitalistes !

Alors qu’ils touchent déjà des retraites misérables, nos anciens sont dépouillés que ce soit par le prix d’une chambre en EHPAD, celui d’une prestation à domicile ou par l’achat vital de matériel adapté. Les aides ne couvrent pas les dépenses quand on sait qu’aujourd’hui par exemple, un paquet de 8 couches avoisine les 10 €. Près de 50 % des établissements d’accueil pour personnes âgées sont privés et le secteur connaît une grande expansion. C’est un domaine florissant pour les investisseurs qui, sans scrupule, cherchent à augmenter toujours plus leurs profits sur le dos des personnes, au détriment de la dignité et du bien-être.

Le gouvernement méprise l’appel du personnel santé-social

Interpellé par rapport à la situation critique dans les Ehpad, le gouvernement s’est montré particulièrement dédaigneux, niant le véritable manque de moyens et réduisant les difficultés à « un problème de management ». La réforme de tarification prévue par la Loi vieillissement se traduira, au contraire, par des suppressions massives de poste. Tous les syndicats la rejettent unanimement. Le gouvernement Macron n’a, une fois de plus, pas pris le camp des travailleurs.

Les luttes dans le secteur se multiplient et convergent !

En plus des conditions de travail déplorables, les contrats du secteur sont majoritairement précaires, avec des pourcentages d’heure imposés. Le besoin de formation est souvent ignoré et les perspectives professionnelles sont quasi inexistantes.

Beaucoup de grèves et de luttes dans les Ehpad ont été répertoriées ces derniers mois. Cet été, par exemple, suite à une grève de 107 jours, les salariés des Opalines à Foucherans (Jura) ont obtenu 2 postes supplémentaires ainsi que le versement d’une prime exceptionnelle. Même si quelques avancées peuvent être arrachées, la logique de fond reste la recherche de profit et c’est bien cela qu’il faut parvenir à enrayer.

Nous souffrons de la soif de profit d’une poignée de capitalistes

Le malaise vécu dans le secteur santé-social est un reflet de cette société qui priorise l’augmentation constante des bénéfices pour quelques uns et tue à petit feu en poussant dans la misère et en surexploitant les travailleurs. À la Gauche Révolutionnaire, nous militons pour renverser le capitalisme et instaurer une société socialiste démocratique qui libère l’économie des intérêts privés et priorise la satisfaction des besoins et le bien-être de tous. Nous sommes pour que les différentes structures d’accueil et de soin des personnes âgées soient intégrées à un grand service public géré démocratiquement par les travailleurs, avec les patients et leur famille. Ainsi seulement, la vieillesse ne serait plus aux mains des requins capitalistes.

Nous soutenons l’appel intersyndical national à la grève du 30 janvier. Une lutte massive est indispensable, impliquant à la fois les travailleurs du secteur ainsi que les résidents et leur famille. La qualité des conditions de travail est indissociable de la qualité des soins apportés aux personnes dépendantes. C’est par la mobilisation de toutes et tous que des améliorations concrètes pourront être obtenues.

* Titularisation et embauche en CDI pour l’ensemble des personnels
* Revalorisation des salaires de 5%
* Recrutement massif de personnels qualifiés, 1 soignant = 1 résident
* Pour une prise en charge de la perte d’autonomie par solidarité nationale, contre la marchandisation du secteur

Tous en grève pour la mobilisation nationale des Ehpad et services d’aide à domicile !

Share Button