Barrage de Sivens : Arnaque et répression policière

sivens

Fin mars les 21 zadistes arrêtés vont être jugés Aucune condamnation judiciaire ! Non à la répression policière !

Vendredi 6 mars, le Conseil Général du Tarn a voté un nouveau projet de barrage. C’est celui proposé par la ministre Royal. Il est quasiment similaire à l’ancien dont la construction a été stoppée suite à la mort de Rémi Fraisse tué par les forces de l’ordre en octobre 2014. Il sera deux fois plus petit mais ne posera pas deux fois moins de problèmes.

C’est une vraie arnaque ! Comme si rien ne s’était passé, cyniquement le président du Conseil général. a déclaré «on verra où on le positionnera» avant de faire voter illico l’expulsion des zadistes. Ils sont gênants ces opposants qui dénoncent les collusions d’intérêts (des élus du CG sont également au conseil d’administration de l’entreprise qui devra construire le barrage). Faut dire que pour faire pression sur le Conseil Général, les gendarmes ont pu compter sur l’aide de véritables milices d’agriculteurs de la FNSEA armés de bâtons. Elles ont encerclé le camp jour et nuit, harcelant les zadistes mais aussi les habitants des alentours qui s’étaient ouvertement prononcés contre le barrage, dont certains paysans, et laissant les 300 gendarmes armés jusqu’aux dents virer manu militari les 40 occupants qui restaient encore sur le site. Depuis, des arrêtés municipaux des villes voisines interdisent la présence des zadistes même pour faire leurs courses ou pique niquer : c’est un véritable délit de faciès !

Share Button