Après le redémarrage des usines Lubrizol et Total, c’est toujours le brouillard!

au-moins-1-800-agriculteurs-ont-ete-touches-par-les-suies-de-l-incendie-de-l-usine-lubrizol-de-rouen-photo-lou-benoist-afp-1570770885Le 10 décembre 2019 trois mois après l’incendie, Lubrizol a rouvert à Rouen, malgré une forte contestation. On ne connaît toujours pas les causes de l’incendie. L’enquête judiciaire est encore ouverte ! Les indemnisations promises par les dirigeants restent secrètes. Silence sur : les conditions de sécurité pour les travailleurs de l’usine, celles des riverains, de ceux de l’agglomération.

On s’attaque à de longues batailles ! Quels ont été les travaux entrepris pour lutter contre les incendies, le transports des fûts… ? C’est silence radio tant de la préfecture que des dirigeants de Lubrizol. Ils tiennent au mieux des discours rassurants dont personne n’est dupe. Le cas de Lubrizol n’est pas isolé. Ce genre de situation à risques arrive tous les jours. Le 14 décembre 2019 près du Havre chez Total, la plus grande raffinerie de France, un grave incendie a eu lieu : une pompe de pétrole brut s’est enflammée. Il n’y a eu pas de morts ou de blessés mais le préfet a encore répété que le nuage d’hydrocarbures n’était pas toxique ! On nous prend pour des idiots !

Chez Total, les incidents à répétitions se sont multipliés après un arrêt technique de deux mois. Là encore silence de la direction. Comme à Lubrizol, on répare vite et on redémarre, au nom des économies et de la course aux profits! C’est la gestion capitaliste désastreuse et dangereuse ! Nous n’en voulons plus et la combattons !

Par MJ Douet

Share Button