En Algérie, les catastrophes naturelles empirées par le capitalisme

ob_906f13_incenL’année 2018 a été déclarée l’année la plus chaude jamais enregistrée. Cela cause des désastres comme de nombreux feux de forêts. Le capitalisme et sa loi du profit ne font qu’empirer partout le désastre. Pour sauver notre planète, il faut en finir avec ce système, mettre en place une gestion des ressources et des services publique et démocratique, et planifier la production : c’est ce que permettra une société socialiste et démocratique !

L’été dernier, comme celui d’avant, d’énormes feux touchaient la région de Kabylie en Algérie, sans aucune intervention de l’État, dans des zones proches de la mer où les feux sont, un peu, maîtrisables. La politique d’austérité, les coupes budgétaires et surtout la diminution du budget destiné au service des pompiers sont autant de facteurs qui ont facilité la propagation des feux et des pertes humaines et matérielles énormes. Mais quelques temps plus tard, on a vu fleurir des constructions dans les zones touchées et complètement ravagées, particulièrement dans le département de Bejaia. La mafia de l’immobilier s’est emparée de ces endroits pour y mettre en œuvre des chantiers de constructions immobilières !

Benhamouche Amar

Share Button