Algérie: Abdelaziz Bouteflika entame un quatrième mandat

20140507Grafik5311737253182082186

L’instabilité va continuer à croître

Par Serge Jordan, CIO

Du point de vue du pur « suspense », les élections algériennes ont été un non-événement. Les Algériens sont habitués aux mascarades électorales qui appuient le candidat sélectionné dans des circonstances obscures par ceux auxquels on se rapport largement comme « le pouvoir » : les dirigeants du parti au pouvoir, le FLN, les grands magnats du business, mais également les généraux de l’armée et services secrets, qui essaient tous de tirer les ficelles sur la scène politique selon leurs intérêts personnels.

Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, fragile et souffrant, règne sur l’Algérie depuis 15 ans. C’est le candidat favori des différentes factions de l’élite dirigeante du pays, ainsi que des plus grandes puissances occidentales. Pour ces dernières, la convergence d’intérêts avec le régime algérien revêt une importance stratégique ; à la fois pour poursuivre leurs aventures impérialistes dans la région mais aussi pour sécuriser la vaste source d’hydrocarbures que représente le pays, et d’autant plus dans le contexte de la crise ukrainienne.

Bouteflika a « gagné » un quatrième mandat le 17 avril, avec un score officiel de 81,53% des voix. Sa victoire a été annoncée avant même l’annonce des résultats. Même en considérant que ce chiffre est exact, ceci signifierait toutefois que cinq millions de personnes en moins lui ont donné leur voix par rapport à la dernière élection présidentielle de 2009. Le taux de participation officiel n’a quant à lui qu’à peine dépassé la moitié de l’électorat.

Ce résultat peine à couvrir le mécontentement croissant et qui s’exprime toujours davantage de parties de plus en plus grandes de la population algérienne, l’effondrement de la popularité de Bouteflika et le grondement de la confrontation au sommet de la société. De manière significative, quelque 463 000 officiers de tous les secteurs des corps de l’armée ont été mobilisés par le régime pour superviser cette élection ; une indication de la nervosité du régime.

Un régime autoritaire derrière une façade de pluralisme

À part Bouteflika, cinq autres candidats concouraient à la présidentielle. En réalité, cette élection n’est pas apparue différemment des autres ; avec un candidat favori et un maquillage pluraliste ; les autres candidats ne représentant majoritairement que des factions dissidentes, à des degrés différents, d’un régime sclérosé.

Quelques commentateurs ont fait grand cas du soi-disant « seul opposant sérieux » à Bouteflika, Ali Benflis. Ce dernier, qui a eu 12,18% des voix (les quatre autres se sont partagés les 6,3% restants), a critiqué les résultats électoraux en déclarant qu’ils étaient marqués par des « fraudes à une échelle massive ». Alors qu’il se profilait comme candidat indépendant, Benflis a pourtant été Premier ministre pendant le premier mandat de Bouteflika et n’est, des pieds à la tête, qu’un pur produit du système : il a son propre réseau de soutiens dans le FLN et l’appareil d’État, et ne représente aucune alternative authentique au régime actuel.

Même Louisa Hanoune, candidate soi-disant « trotskyste » du petit Parti des Travailleurs (PT), est connue pour être proche de Bouteflika et son régime. Avec 1,37% des voix, elle fut la première parmi les candidats à reconnaître formellement les résultats, à appeler au respect de la supposée « volonté du peuple » et à désigner Bouteflika gagnant de l’élection.

En dehors des sphères électorales, on a pu voir une répression systématique des dissidences pendant la campagne : des actions de protestation qui se sont tenues contre le quatrième mandat de Bouteflika ou pour appeler au boycott des élections ont été brutalement réprimées par la police. Une station de télévision privée a été fermée pour avoir mis en question la réélection de Bouteflika et le gouvernement refuse leurs visas à des équipes médiatiques ou des journalistes étrangers qui se montrent trop critiques vis à vis du Président.

Une abstention massive

Cela fait bien longtemps que beaucoup en Algérie et particulièrement la jeunesse ne prêtent plus aucune crédibilité au processus électoraux du pays tellement ceux-ci sont grotesques et biaisés. La plupart des Algériens n’ont même pas de carte électorale, sachant pertinemment que tout est joué d’avance.

Le taux de participation n’a fait que diminuer ces dernières années. Même le taux officiel d’abstention cette fois-ci était à son plus haut niveau pour une élection présidentielle depuis celle de 1995, avec 49% contre 26% pour celle de 2009. Le fait même que les chiffres officiels, malgré le fait qu’ils soient vraisemblablement gonflés, doivent refléter cette abstention historiquement haute pour apparaître crédibles, en disent grand sur l’état d’apathie de l’électorat quant à une élection dont la nature factice n’est un secret pour personne.

Les tensions grandissent en Kabylie

Dans la région rebelle de Kabylie, dans le nord-est du pays, seuls 25% des électeurs se sont déplacés aux urnes, ce qui représente la participation la plus basse de tout le pays. Le jour de l’élection, dans la ville kabyle de Bouira, des jeunes ont saccagé un bureau de vote et ont affronté la police. Au début du mois, des incidents similaires avaient déjà été constatés à Bejaia, la plus grande ville de la région, où des centaines de manifestants ont bloqué les rues. Ils ont brûlé le centre culturel où les partisans de Bouteflika étaient sensés tenir un discours ; les empêchant ainsi de tenir leur meeting. Quelques jours après les élections, les forces de sécurité se sont violemment affrontées à des militants dans la ville de Tizi Ouzou, toujours dans la même région.

La Kabylie est majoritairement composée d’Amazighs , ou Berbères, dont les droits culturels et linguistiques ont été systématiquement violés par le régime algérien nationaliste. Historiquement, cette région est un foyer de résistance et le point de départ de mouvements de masse contre les autorités centrales. Avec une méthode classique de « diviser pour mieux régner », le régime a fait une montagne de la carte d’identité « arabo-islamique » pour s’opposer aux revendications des Berbères. De manière assez typique, Abdelmalek Sellal, qui a été Premier ministre de Bouteflika jusqu’à mi-mars, a récemment affirmé qu’il n’y avait « pas de problème de minorités en Algérie ».

Dans le cadre de la crise actuelle et d’une atmosphère chargée, les tensions ont toutes les chances d’être ravivées quant à la question nationale, particulièrement en Kabylie. Une attitude de principe de la part de la gauche est vitale pour apporter une solution durable à cette question. C’est à dire prendre position pour des droits égaux et l’autodétermination de la communauté berbère, en liant ceci à la nécessité d’une lutte commune de tous les travailleurs et les pauvres, Arabes et Berbères, pour une transformation socialiste de la société, autant en Kabylie que dans toute l’Algérie.

Barakat

Ce n’est pas qu’en Kabylie que la rage croît. Plus que les élections, les dizaines de mouvements populaires contre la tenue de meetings électoraux à travers le pays et contre le nouveau mandat de Bouteflika sont un bien meilleur baromètre du climat dans de nombreux endroits. Les Algériens font de plus en plus entendre leur mécontentement quant à la corruption parmi l’establishment pourri et la détérioration de leurs conditions de vie.

Un nouveau mouvement, Barakat (« Assez » en arabe) a émergé, gagnant rapidement un certain écho parmi la jeunesse de la classe moyenne sur les réseaux sociaux. En essayant de mobiliser autour d’une opposition au nouveau mandat de Bouteflika, Barakat s’adresse essentiellement à des couches de la classe moyenne. Ils n’abordent pas les problèmes sociaux pressants au cœur des inquiétudes de beaucoup de travailleurs algériens. Ils parlent d’établir une démocratie et de se battre pour des élections transparentes, ce qui est juste. Mais les dirigeants de ce mouvement ne remettent pas en cause les fondations économiques du système algérien.

Un mouvement contre le caractère autoritaire et répressif du régime actuel doit s’adresser aux travailleurs, aux pauvres, aux chômeurs, et les mobiliser autour de revendications sociales claires. Ces revendications devraient partir des immenses richesses existantes dans le pays et expliquer que seul la construction d’une lutte de masse contre le pouvoir économique et politique des oligarques corrompus peut amener un changement structurel en faveur des « 99% » de la population.

Un régime en crise

En fait, ces élections ont révélé la crise sans précédent qui frappe le régime. Le « consensus » apparent – et relatif autour de Bouteflika s’effondre ; des fractures profondes parmi les échelons supérieurs du régimes apparaissent ouvertement. Cela a particulièrement été le cas entre deux centres du pouvoir : l’armée, plus proche du cercle de Bouteflika, et le Département de Renseignement et de Sécurité (DRS) ; qui se sont engagés dans une guerre interposée via les secteurs et organes médiatiques qu’ils contrôlent respectivement.

Ce conflit est un reflet des luttes de pouvoir en cours entre les différentes factions de la classe dirigeante, en lice finalement pour contrôler la richesse du pays ; un combat dans lequel des milliards de dollars sont en jeu.

Depuis l’indépendance en 1962, l’armée et les services secrets ont une mainmise ferme sur les politiciens algériens, et surtout suite au coup d’état militaire de Houari Boumedienne en 1965. Le rôle politique de l’armée et des « services » s’est vu renforcé pendant les années 1990, lors de la guerre civile. Ces institutions, après avoir orchestré un coup d’état en 1992 contre la victoire électorale du FIS (Front Islamique du Salut, un parti islamiste radical), se sont établies comme forces craintes et toutes-puissantes au cours de leur confrontation avec les insurgés islamistes armés. Cette « guerre totale au terrorisme » fut utilisée pour imposer un règne de terreur où la barbarie de l’armée rivalisa avec la violence des fondamentalistes.

En 1999, les généraux et grands chefs du DRS acceptèrent de placer Bouteflika à la présidence. Après des accusations de fraudes par d’autres candidats, Bouteflika finit par être le seul à contester la présidence, en se présentant comme le candidat de la paix et du consensus ; et gagna une victoire écrasante – bien que frauduleuse.

Jouant sur son propre héritage de vétéran de la guerre de libération coloniale contre l’impérialisme français, s’appuyant sur l’épuisement de la population après une décennie de guerre civile abominable, donnant l’amnistie aux criminels des deux parties du conflit des années 1990, encourageant un culte de sa propre personnalité, réduisant le Parlement à une chambre d’enregistrement, préférant les décrets aux lois, ayant une attitude équilibrée entre les classes sociales et entre les clans dirigeants en concurrence les uns avec les autres, Bouteflika était typique de ce que les marxistes qualifient d’un régime « bonapartiste ».

Toutefois, la présidence autant que le régime sont devenus de plus en plus fragiles au fil des ans, et la base sociale de Bouteflika, si elle existe toujours parmi une certaine couche, s’est effritée.

Un président sénile

Pendant la campagne, deux chaînes de télévision ont constamment diffusé de précédents discours de Bouteflika pour le montrer en bonne forme. Mais la réalité est très différente. Bouteflika n’est plus qu’un candidat « fantôme » ; il n’a pas assisté à un seul meeting de la campagne, lutte pour se lever ou même pour parler. Largement sénile, Bouteflika n’est aujourd’hui rien de plus qu’une frêle figure de proue, un point d’équilibre entre les différentes factions de la classe dirigeante. La possibilité qu’il finisse son mandat présidentiel est très douteuse.

Le fait même que finalement, tous les clans dirigeants aient accepté de présenter de nouveau Bouteflika en dit long sur la force des tensions qui les agitent. Chaque faction tente de s’acheter du temps avant que la situation n’atteigne une nouvelle étape ; et Bouteflika n’est essentiellement qu’une feuille de vigne mise là pour cacher la crise du régime.

Le vide que laissera au pouvoir la fin du règne de Bouteflika s’accompagnera vraisemblablement d’une période d’instabilité profonde et de batailles féroces sur le futur du pays. Le caractère que celles-ci prendront déprendra du rôle que le peuple algérien et le mouvement ouvrier en particulier joueront dans ces événements.

La montée des luttes ouvrières

Depuis la vague révolutionnaire qui s’est abattue sur la région, le gouvernement algérien, à la tête de quelque 200 milliards de réserves étrangères emmagasinées grâce au commerce de l’énergie, dépense largement en subsides d’État, crédit à taux réduit et programmes de logement pour tenter de calmer la montée de la colère sociale.

Cet argent a pu servir de tampon jusqu’à un certain point, mais il y a des limites à cette méthode ; dans un pays où les villas en bord de mer et les belles voitures des super riches et la corruption immense des hauts fonctionnaires contraste avec un océan de besoins pressants, de chômage de masse et de salaires qui permettent à peine de survivre pour le reste de la population. Alors que l’Algérie vient d’entrer dans le classement Forbes des « Arabes les plus riches du mondes », la moitié des 35 millions d’Algériens ne reçoivent pas de soins de santé appropriés.

« L’argent empêche une explosion sociale généralisée, mais il y a tout le temps des revendications et de petites explosions », relatait un édito de Maghreb Émergent, un site économique algérois.

De plus, le FMI et les pays impérialistes mettent la pression au gouvernement algérien pour qu’il mette en place de grandes réformes néolibérales pour ouvrir encore plus le pays aux investissements étrangers, sabrer les subventions étatiques et les salaires des travailleurs.

Dans ce contexte, il est très probable qu’une période de lutte des classes renforcée ait lieu. Déjà ces deux dernières années, les Algériens font de plus en plus de manifestations, sit-in, grèves ; ainsi que des actes de désespoir tels que des émeutes, grèves de la faim ou immolations, pour faire entendre leurs griefs. Ces derniers mois, il y a eu des grèves au port d’Alger, dans les chemins de fer, à Sonatrach, l’entreprise publique d’électricité, chez Lafarge, le cimentier français, parmi les pilotes de ligne ; entre beaucoup d’autres. Des actions de protestations dans les communautés ont aussi lieu quotidiennement dans certaines zones du pays, sur des questions salariales, pour de meilleurs logements, l’accès à l’eau et l’électricité, etc.

En parallèle de ce processus, des syndicats indépendants ont fleuri dans la période récente, apportant de nouveaux canaux aux luttes des travailleurs. Le syndicat officiel, l’UGTA, est en même temps de plus en plus réduit à une courroie de transmission des politiques du régime. Elle est largement discréditée aux yeux de la plupart des travailleurs (encore une fois, elle a soutenu Bouteflika pendant la dernière élection).

Complications

Alors qu’une période de luttes intensifiée est au programme, les choses n’avanceront pas de manière linéaire. La crise sociale est profonde, et il y a un vide énorme en termes de représentation politique des travailleurs et de la jeunesse.

Le peuple algérien, qui a eu son propre « Printemps » sous la forme d’un mouvement insurrectionnel massif en 1988, a payé au prix fort pendant la décennie qui a suivi le fait de ne pas avoir eu de véritable alternative à eux. À l’époque, les islamistes réactionnaires du FIS pouvaient catalyser l’outrage ressenti par rapport au régime corrompu et dictatorial car le vide politique prévalait chez les masses. L’orgie de violence qui s’en est suivie pendant la « décennie noire » des années 1990 et pendant laquelle les masses algériennes ont été prises dans le feu d’une guerre civile qui a rapidement tourné au conflit sanglant entre deux ailes de réactionnaires meurtriers en concurrence entre eux, souligne à quel poitn il est vital pour la classe ouvrière et les masses pauvres d’avoir leur propre voix politique indépendante.

Aujourd’hui, les groupes fondamentalistes et jihadistes en Algérie sont affaiblis et discrédités. Mais d’autre part, il y a une certaine fragmentation et un manque de direction s’agissant de l’aile plus réformiste du mouvement islamique de droite (le MSP, Mouvement de la Société pour la Paix, branche algérienne des Frères Musulmans, qui a soutenu Bouteflika quand il est arrivé au pouvoir en 1999 et ce jusqu’en 2012, mais a appelé au boycott cette année, probablement pour éviter un nouveau recul électoral).

Cependant, les leçons à tirer du passé algérien sont toujours valables. La situation peut changer très rapidement, et le danger d’un islam politique de droite n’a pas disparu. Les événements dans le reste du Moyen-Orient et dans le nord de l’Afrique démontrent le besoin crucial qu’il y a de construire des organisations de gauche de masse capables de fournir au mouvement un programme combatif et consistant pour l’action révolutionnaire. Ceci afin d’éviter aux luttes de masse d’être reprises par des forces pro-capitalistes, les amis du régime, les sectaires religieux ou groupes fondamentalistes.

Sans quoi la colère et la frustration peuvent prendre des tournants catastrophiques. Ghardaia, une ville où Arabes et Berbères ont coexisté pendant des siècles, fut récemment le théâtre de conflits mortels entre les deux communautés. Ceci est une mise en garde contre le danger de la violence sectaire qui peut ressurgir dans certaines parties du pays faute d’un mouvement unifié qui se batte réellement pour les intérêts des masses et s’attaque aux causes profondes des problèmes sociaux.

Après le dur traumatisme de la guerre civile, une couche de la population algérienne continue de craindre l’instabilité qu’impliquerait une remise en cause directe du régime, même si elle peut partager le mécontentement général contre les dirigeants actuels. La peur de l’inconnu et la soif d’un semblant de stabilité restent fortes, surtout parmi les générations plus âgées. Les événements violents qui ont lieu dans des pays comme l’Égypte, la Syrie ou la Libye peuvent renforcer cela, et sont utilisés en ce sens par le régime actuel.

Bâtir l’avenir

Néanmoins une nouvelle génération de travailleurs et de militants, moins affectés par les défaites du passé, émerge ; donnant un nouvel élan aux luttes des travailleurs, protestations sociales et à une remise en question plus active du régime.

La dictature en Algérie n’est plus ce qu’elle était, et sa stabilité ne repose que sur des fondations précaires. Même les revenus importants du pétrole ne sont pas immunisés contre les turbulences économiques du marché mondial, et pourraient exposer le régime à de graves problèmes dans le futur.

Des sections importantes de la classe ouvrière prennent conscience de leur propre force, et ceci est un acquis important pour le futur. Ils auront besoin de leurs propres organisations pour imposer leur marque sur les événements à venir.

Les tentatives de différentes factions de la classe dirigeante et des réactionnaires de tout bord de court-circuiter le pays ne peuvent être empêchées que par un mouvement politique de la base, un mouvement qui puisse faire le lien entre la bataille pour les droits démocratiques, le nombre croissant de luttes de quartiers ou de luttes ouvrières, et les revendications justes de la monorité Berbère, dans une lutte générale contre le capitalisme et l’impérialisme ; pour le socialisme démocratique, qui en appelle aux travailleurs et opprimés de tout le Moyen-Orient et le nord de l’Afrique.

Share Button